14 juillet : allocution de l’Ambassadrice de France Florence Robine [bg]

Pour visionner la vidéo :

Chers compatriotes, chers partenaires, chers amis,

Notre Fête Nationale prend aujourd’hui une forme bien particulière. Comme annoncé la semaine dernière sur nos réseaux sociaux, en ce 14 juillet 2020, il n’y a pas de réception dans le jardin de la Résidence de France. Vous en connaissez tous la raison.

Je saisis cette occasion pour vous remercier toutes et tous pour votre action et votre vigilance lors de cette crise sanitaire qui a tant marqué notre planète et qui a durement frappé notre continent. Dans cette épreuve commune, nous avons bénéficié de la réactivité de nos partenaires bulgares qui ont pris très vite des mesures, et qui ont notamment permis à notre consulat de mener à bien le rapatriement des Français de passage qui le désiraient, y compris à travers la Grèce et l’Italie.

L’Ambassade, ses services diplomatiques, consulaires, économiques et culturels n’ont jamais cessé de fonctionner, même si bien sûr les modalités ont été adaptées. Toutes nos équipes ont été mobilisées pour informer, pour accompagner nos compatriotes, nos entreprises, et pour poursuivre le dialogue avec l’ensemble de nos partenaires en Bulgarie.

La solidarité des pays européens a été au rendez-vous de cette crise, et le sera encore dans les temps à venir. Et c’est bien la solidarité qui sera le maître mot de ce 14 juillet national. A Paris avec bien sûr l’hommage de la Nation à celles et ceux qui se sont engagés dans la lutte contre le Covid-19. En Bulgarie, où j’ai souhaité qu’une partie des moyens soit redistribués cette année vers des actions en direction de l’hôpital et des enfants, avec les gestes solidaires accomplis hier en faveur de l’hôpital d’Harmanli, demain en faveur des orphelinats de Varna.

Nous constatons en effet que cette crise n’est pas terminée et nous savons bien que ses effets sanitaires, mais aussi économiques et sociaux, se feront sentir pendant de longs mois, peut-être des années. Notre communauté devra s’adapter à ce que l’on appelle désormais « l’après COVID 19 », au regard de l’expérience acquise et, bien sûr, de l’évolution des choses. Et nous avons d’ailleurs bien compris que certaines habitudes adoptées sous la contrainte des mesures de protection sanitaires, ne disparaîtront pas sans laisser de trace.

Au cours de l’année, les Français de Bulgarie n’ont toutefois pas limité leurs activités, familiales ou professionnelles, à la lutte contre la pandémie et ses conséquences. Mais même si celles-ci nous préoccupent gravement, elles ne doivent pas porter atteinte à nos espoirs, à notre détermination. Nos projets conservent tout leur bien fondé, toute leur acuité, en dépit d’une situation que nul n’avait envisagée.

L’excellence de la relation franco-bulgare, dans tous les domaines, culturels, éducatifs, universitaires, politiques, économiques, est bien restée intacte, malgré les effets de la distanciation sociale, mettant en lumière l’amitié entre nos peuples, l’importance de nos intérêts et de nos projets partagés, l’ampleur de nos espoirs communs

L’attachement du peuple bulgare à son pays, et à son ancrage au sein de l’Union Européenne, nous rendent confiants. C’est d’ailleurs précisément pour entretenir la flamme européenne dans ce pays que nous devons rester vigilants sur les questions d’Etat de droit, et de liberté de la presse, pour un Etat de droit durable et irréversible, conforme aux engagements souscrits lors de l’accession à l’Union européenne.

C’est bien l’essence même du message que la France souhaite porter en Europe, et qui prendra tout son sens dans les mois à venir, avec la Présidence allemande de l’Union Européenne qui commence, porteuse d’espoirs nombreux, tant au sein des institutions européennes que sur le terrain.

Nous sommes animés par la volonté de travailler ensemble, unis, à la reconstruction économique, écologique et sociale :
• économique pour soutenir nos entreprises et nos emplois ;
• écologique conciliant production et climat ;
• sociale, en particulier pour notre jeunesse, investissant dans la formation et l’emploi ;
• et enfin politique, pour retrouver la maîtrise de notre destin collectif, et notre souveraineté.

Dans ce domaine, soyez tous assurés que mes pensées ne quittent pas ceux dont la situation s’est détériorée en conséquence du confinement et notamment de la fermeture des frontières. J’ai en effet pu mesurer au cours de mes contacts avec la communauté d’affaires, l’ampleur et la dureté des revers subis. Mon souhait est que tous puissent bénéficier de l’écoute nécessaire et de l’aide disponible, grâce notamment au plan de relance paneuropéen.

Le 14 Juillet est, en effet, porteur d’espoir par essence, et je vous adresse à toutes et tous mes vœux sincères pour une sortie de crise dont j’espère qu’elle comportera son lot d’opportunités partagées, tant professionnelles que familiales.

Vive la France,
Vive la Bulgarie,
Vive l’amitié franco-bulgare !

Dernière modification : 13/08/2020

Haut de page