28 juin 2007

MNSE

La presse rapporte que « le leader du MNSE (Mouvement national pour la stabilité et l’essor- centre), Siméon de Saxe-Cobourg-Gotha, n’a pas honoré de sa présence la discussion sur l’avenir du parti qui s’est tenu hier. Celle-ci a été organisée par le Ministre de l’Education et de la Science, Daniel Valtchev, et a également porté sur les prochaines élections municipales ».
Seuls 20 députés se seraient rendus à l’hôtel Hilton. L’ancien président du Parlement, Ognian Guérdjikov, l’ancien ministre des Finances, Mieln Veltchev (principal adversaire de Valtchev depuis le dernier congrès controversé du parti), l‘ancienne vice-président de l’Assemblée nationale Kamélia Kassabova, ainsi que Plamen Panayotov, auraient été absents.

Mme Boriana Dimitrova, sociologue et directrice de l’agence Alpha Research, a pour sa part présenté hier devant les participants à la rencontre des données d’un sondage effectué par l’agence en mars dernier, selon lesquelles « le MNSE est un parti d’un seul leader, où personne n’est libre d’exprimer ses points de vue, un parti de conjoncture, en voie de disparition... ».
« Le parti ne peut compter sur un noyau dur, le vote en Bulgarie est irrationnel, les électeurs se laissent guider plutôt par les qualités morales et émotionnelles du leader que par ses capacités politiques. La victoire aux prochaines élections des leaders populistes est presque inévitable », est-il dit dans le rapport.
Mme Dimitrova a toutefois appelé les militants du MNSE à « sortir du silence et à s’adresser plus souvent aux électeurs plutôt que de se focaliser sur les problèmes internes ».

Intervenant au sujet des possibles remaniements au sein du gouvernement, des sources informées indiquent pour la première fois que « l’un des ministres dans le collimateur de Siméon est Guergana Grantcharova, ministre aux Affaires européennes, pour avoir notamment dit des choses au congrès ayant indigné l’ex-roi ».
(Dnevnik, Troud, Sega)

MDL

« Le MDL (Mouvement pour les droits et libertés - centre) réfléchit sur une nouvelle formule de participation aux élections municipales », a appris hier Troud par une source haut placée du mouvement.
Le quotidien ajoute que « le Conseil central du parti se réunira la semaine prochaine pour examiner les résultats des européennes et pour établir une stratégie pour les municipales ».
Les responsables du parti de Dogan se sont déclarés « contre l’idée de la création d’une coalition qui entend présenter une candidature unique contre l’actuel maire de Kardjali », écrit encore Troud qui rappelle que « le maire de la ville, Hassan Azis, est hautement apprécié par le MDL et que sa candidature sera de nouveau soutenue à l’automne ». Citant des propos des proches de Dogan, le quotidien indique que « l’une des idées du MDL pour son nouvel « accord social » serait de nommer à la tête du Conseil municipal de Kardjali un Bulgare qui ne ne faisant pas partie de la communauté turque ».
« Le MDL détient le monopole non seulement sur Kardjali, mais aussi dans les sept autres municipalités de la région », ajoute Troud.

ECONOMIE

SAPARD

Selon la presse, « le nouveau directeur exécutif du Fonds « Agriculture », Dimitar Tadarakov, déposera lundi auprès du ministère des Finances, une demande en vue de l’octroi des 19 millions de leva sous forme de subvention de projets dans le cadre du programme européen SAPARD. Le financement de ces derniers a pris un retard considérable en raison de l’absence de personne habilitée à signer les contrats avec Bruxelles. L’ancien directeur exécutif du fonds, Assen Droumev, a été démis de ses fonctions et mis en examen pour abus de pouvoir et détournements de fonds ».
Troud rappelle que « 500 projets de différents secteurs sont en attente de signature ». La presse rappelle également que « 2834 projets ont cependant été approuvés par Bruxelles dans le cadre de ce même programme, leur valeur totale s’élevant à 2,547 milliards de leva. 1654 projets à hauteur de 1,205 milliards de leva ont déjà été finalisés ». (Troud, Pari)

NABUCCO

Le monopole gazier russe Gazprom « peut livrer du gaz naturel pour le gazoduc Nabucco ». Le géant russe y a été invité par « Nabucco Gas Pipeline International », a annoncé le vice-président de la compagnie, Jogann Gallisti. Ainsi le gazoduc qui normalement était conçu comme une alternative des livraisons russes est sur le point de « se retrouver sous la tutelle de Moscou », écrit Standart.
Selon Gallisti, « la compagnie internationale a déjà signé des accords avec huit fournisseurs de gaz qui alimenteront le gazoduc. Gazprom jouit de cette même possibilité ».
« la Russie n’a jamais été invité à devenir actionnaire de Nabucco, mais pour ce qui est de la livraison du gaz, un accès à ce dernier lui sera assuré », a-t-il poursuivi tout en se félicitant de « la volonté du géant gazier russe d’y participer ».
« Un accord définitif à cette fin sera signé en début d’année 2008. Les parts du projet de construction du gazoduc qui partira de la Turquie via la Bulgarie, la Roumanie et la Hongrie pour arriver en Autriche, sont actuellement détenues par OMV, Bulgargaz, MOL, Transgas et Botach ». (Standart)

CHANGE

Les cours publiés par la BNB :

1 EUR - 1,955 leva
1 USD - 1,455 leva

RELATIONS INTERNATIONALES

UE

L’ensemble de la presse évoque largement le rapport d’évaluation de la Commission européenne sur la Bulgarie rendu public hier sous des titres comme : « Bruxelles a adouci l’évaluation au dernier moment » (Dnevnik) ; « Rapport équilibré sur nos progrès » (Douma), « Ovtcharov nous a fait éviter la clause de sauvegarde » (Troud).

Selon la presse, « la Commission européenne a adouci au dernier moment le ton dans ses conclusions ». Dans sa dernière version, le rapport ne contient plus certaines critiques sévères. N’apparaît plus notamment celle qui indiquait que la Bulgarie n’a pas lieu de manifester « d’autosatisfaction concernant la réalisation de la réforme judiciaire et la lutte contre la corruption et le crime organisé ».
« L’absence de la clause de sauvegarde attendue prouve, néanmoins, que les progrès réalisés par la Bulgarie sont évalués positivement », a estimé le Président Parvanov.
« Je recommanderais à Bruxelles de ne pas considérer la Bulgarie comme un pays situé en dehors de l’UE (...) Nous sommes membres de l’UE, et plus encore, nous sommes un membre qui a un comportement très solidaire et qui remplit très concrètement et très correctement ses engagements. J’espère donc que Bruxelles tiendra compte de notre comportement », a ajouté M. Parvanov.
Le Premier ministre n’a pas commenté le rapport.
Des hommes politiques de la coalition au pouvoir ont centré leurs commentaires sur le fait que « la Bulgarie n’a pas été sanctionnée par l’application d’une clause de sauvegarde ». Les critiques, sont selon eux, « attendues et bien fondées. Elles constituent, dans le même temps, un stimulant pour la poursuite des réformes dans le domaine de la Justice et des Affaires intérieures ». L’opposition a, pour sa part, qualifié le rapport de « geste à l’égard de la Bulgarie ».
Le Président de l’Assemblée nationale M. Pirinski a déclaré que « les constatations critiques doivent être considérées très sérieusement par tous les pouvoirs ». (Dnevnik)
Pour Mme Grantcharova, Ministre des Affaires européennes, le rapport « est en même temps fraîchement analytique, concrètement critique et exprime un très fort engagement de partenariat ». Le rapport doit, selon elle, être « attentivement lu et utilisé pour écrire notre ordre du jour ». Il s’agit, selon elle, d’un rapport « tout à fait nouveau et différent de ceux que nous avions pris l’habitude d’analyser chaque année ...La Bulgarie est déjà membre de l’UE, raison pour laquelle elle a des responsabilités plus grandes. La diplomatie et la courtoisie que l’Union peut manifester à l’égard de quelqu’un qui attend à la porte disparaissent au moment où l’on rentre dans la maison », estime Mme Grantcharova. (24 Tchassa).
« C’est le premier rapport de la Commission européenne qui comporte des omissions », a déclaré, pour sa part, le procureur général Boris Veltchev. Pour étayer sa thèse, il a cité « le nombre des jugements pour blanchiment d’argent qui sont, selon le rapport, au nombre de cinq, alors qu’en réalité, ils sont douze ».
(24 Tchassa, Dnevnik, Standart)

Commentant le rapport de la Commission européenne, M. Svetoslav Terziev estime dans Sega que « depuis deux ans, les rapports de cette institution se ressemblent tous ». En effet, il y trouve « les mêmes constatations sur les problèmes les plus importants, la corruption et le crime organisé. Suit ensuite une remarque soit disant sévère, après quoi, la Bulgarie obtient un nouveau délai de six mois pour se réformer ».
« Le problème chronique de la Bulgarie est qu’elle ne remplit les recommandations de Bruxelles que sur papier. Elle ne fait qu’adopter de nouvelles lois qu’elle n’entend pas appliquer à l’égard du monde criminel ». (Sega)

Selon le commentateur de Troud, « le commissaire Franco Frattini a laissé entendre que la démission du ministre de l’Economie et de l’Energie Roumen Ovtcharov a permis à la Bulgarie d’éviter la cause de sauvegarde.
« La démission d’un ministre à la suite des accusations de corruption formulées à son égard est un bon signe », a notamment déclaré M. Frattini.

REPUBLIQUE TCHEQUE

« La République tchèque et la Slovaquie nous invitent à participer à un forum nucléaire », a déclaré le Ministre des Affaires étrangères, M. Kalfine, au terme de son entretien, hier à Prague, avec le Premier ministre tchèque Mirek Topolanek.
« Le forum fonctionnera en permanence », indique 24 Tchassa qui ajoute que « la République tchèque est très active en ce qui concerne le développement de l’énergie nucléaire ». M. Kalfine a rappelé que « la Bulgarie a fait partie des dépositaires, au Conseil de l’Europe en mars dernier, d’un texte par lequel l’UE s’est pour la première fois déclarée en faveur du développement de l’énergie nucléaire ».(24 Tchassa, Troud)

OTAN

Dans le cadre de l’OTAN, M. Kalfine participera aux travaux d’un Forum sur la sécurité du Conseil euro-atlantique qui aura lieu les 28 et 29 juin à Ohrid. Le forum sera présidé par le Secrétaire général de l’OTAN, M. Jaap de Hoop Scheffer. Les débats porteront sur l’avenir du Kosovo et des Balkans, ainsi que sur des questions concernant l’Afghanistan et la sécurité énergétique. (Douma)

Dernière modification : 28/06/2007

Haut de page