Affaire Borilski : communiqué

L’Ambassadeur de France en Bulgarie, Etienne de Poncins, accueille avec beaucoup d’étonnement et d’incompréhension le jugement en appel rendu le mercredi 21 janvier 2009 par le Tribunal Régional de Véliko Tarnovo, acquittant les deux prévenus suspectés d’avoir sauvagement assassiné de 93 coups de couteaux le jeune Martin Borilski en juillet 2000 à Paris.

L’Ambassadeur s’était rendu à Véliko Tarnovo pour suivre le procès en appel le 22 décembre 2008.

Il convient de rappeler que la police et la justice françaises ont transmis aux autorités bulgares des élements de preuves précis, concordants et accablants à l’encontre des deux prévenus . La ministre de la justice française, Mme Dati, avait évoqué cette affaire avec son homologue lors de sa venue à Sofia en septembre 2008. Ce jugement intervient près de 9 ans après les faits alors que les suspects n’ont jamais été incarcérés et que la procédure a connu de nombreuses vicissitudes.

Au moment ou le gouvernement bulgare affiche sa volonté de réformer en profondeur le fonctionnement de la justice, cette nouvelle décision d’acquittement dans une affaire criminelle illustre , malheureusement et sur la base d’un cas concret, un peu plus les difficultés persistantes des institutions judiciaires à prononcer des condamnations, ce que souligne régulièrement la Commission européenne dans ses rapports publiés dans le cadre du mécanisme de coopération et de vérification.

Dernière modification : 14/05/2009

Haut de page