Colloque à l’ENA, 10-11 mai 2010 : la “Table Ronde Nationale” de 1990, acte fondateur de la démocratie bulgare ?

Les négociations de la « Table Ronde Nationale » bulgare (janvier–mai 1990) entre le Parti communiste bulgare (BKP) et le mouvement de l’Union des forces démocratiques (SDS) constituent le moment fondateur du renouveau démocratique de la Bulgarie après quarante-cinq ans de dictature communiste.

Ces négociations, visant à établir une nouvelle « règle du jeu » démocratique, se sont souvent accompagnées de marchandages politiques, dont on peut encore voir la trace aujourd’hui (comme en témoigne la « curiosité juridique » du poste de Vice-président de la République, par exemple).

Vingt ans après, quelle lecture peut-on faire de cet événement politique ? Quels enseignements peut-on tirer des accords signés ? Les équilibres instaurés alors ne sont-ils pas remis en cause par les forces politiques au pouvoir aujourd’hui ?

Ces sujets ont été évoqués et débattus lors d’un colloque, les 10 et 11 mai à Paris, organisé à l’Ecole nationale de l’administration (ENA) sous la coordination scientifique de M. François Frison-Roche, chargé de recherches au CNRS (Centre d’Etudes et de Recherches de Sciences Administratives et Politiques). L’Ambassadeur de France, M. Etienne de Poncins, y a présenté une allocution d’ouverture.

PDF - 88.9 ko
(PDF - 88.9 ko)

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

Dernière modification : 27/07/2010

Haut de page