De l’Ordre dans nos poubelles !

De l’Ordre dans nos poubelles !

Le Cycle Paris Climat COP 21 continue avec le séminaire intitulé « La gestion durable des déchets municipaux, bonnes pratiques françaises et bulgares » qui s’est tenu le 9 juillet dans la salle Slaveykov de l’Institut français de Bulgarie. Cet événement était organisé conjointement avec le ministère de l’Environnement et de l’eau et l’Association bulgare des écologues des municipalités.
En savoir plus
De l’ORdre dans nos poubelles !

Dans la salle Slaveykov de l’Institut français de Bulgarie étaient réunis jeudi dernier plus de 90 experts français et bulgares ainsi que des représentants de la société civile. Un objectif : améliorer la gestion des déchets et mieux valoriser ce gisement de nouveaux matériaux. Un succès pour une rencontre technique ouverte par l’Ambassadeur de France en Bulgarie, M. Xavier Lapeyre de Cabanes et la Ministre de l’Environnement et de l’eau, Mme Ivelina Vassileva.
M. Deffontaire, fondateur du Cercle National du Recyclage, M. Hirtzberger, directeur général des services techniques du Syctom de Paris, et Mme Lucas, experte en gestion des déchets au sein de la Communauté de communes d’Erdre et Gesvres étaient spécialement présents à Sofia afin d’enrichir les débats de leur expertise dans le domaine.

De l’ORdre dans nos poubelles !

Dans la salle Slaveykov de l’Institut français étaient réunis jeudi dernier plus de 90 experts français et bulgares ainsi que des représentants de la société civile. Un succès pour une rencontre technique ouverte par l’Ambassadeur de France en Bulgarie, M. Xavier Lapeyre de Cabanes et la Ministre de l’Environnement et de l’eau, Mme Ivelina Vassileva.
M. Deffontaire, fondateur du Cercle national du recyclage, M. Hirtzberger, directeur général des services techniques, Syctom de Paris, et Mme Lucas, experte en gestion des déchets au sein de la Communauté de communes d’Erdre et Gesvres étaient spécialement présents à Sofia afin d’enrichir les débats de leur expertise et du retour d’expérience français dans le domaine.
Pour reprendre les mots de M. Deffontaine : « La balade des déchets à travers la planète a assez duré ! ». Car les faits sont là : chaque année, un européen produit en moyenne 550 kilogrammes de déchets, un chiffre en forte hausse, dont une part beaucoup trop importante n’est pas encore valorisée finissant au mieux, à la décharge, au pire, directement dans la nature. D’après le Centre national d’information indépendante sur les déchets, 90 % des déchets résiduels que nous jetons pourraient pourtant être recyclés (27%) ou traités biologiquement (63%). Une mine de matériaux a portée de main donc, dont l’exploitation est un enjeu environnemental mais aussi économique, comme en témoigne la forte demande en compost pour la fertilisation des terres agricoles.
Le séminaire a permis aux experts réunis, français et bulgares, de présenter les dispositifs déployés, de comprendre les bonnes pratiques en la matière et d’identifier les nouvelles solutions pouvant être mises en œuvre. Une rencontre qui a suscité un fort intérêt de la part des acteurs publics, en particulier des communes en charge de la gestion des déchets ménagers, et dont les dépôts en décharge grèvent les budgets. Car si la Bulgarie fait partie des bons élèves de l’Europe pour le recyclage (24 % de matériaux recyclés en 2013), la valorisation reste un défi face à un tonnage global en augmentation et la prolifération d’emballages aux composants complexes difficiles à recycler.
Le ministère de l’Environnement et de l’eau est fortement mobilisé, avec une stratégie ambitieuse de réduction du volume et de valorisation des déchets financée à travers le “programme opérationnel Environnement 2014-2020”.
Mais beaucoup de questions subsistent : comment sensibiliser les populations, intégrer et sécuriser les installations de tri et de traitement des déchets dans des environnements urbains denses ou encore renforcer l’éco-conception ?

M. Deffontaire, M. Hirtzberger, et Mme Lucas ont illustré grâce à l’expérience de collectivités territoriales comme Lille, Paris et Erdre et Gesvres les possibilités d’application des concepts de « gouvernance locale », de « responsabilité élargie du producteur », d’ « économie sociale et solidaire » ou encore d’ « économie circulaire ». Erdre et Gesvres a démontré que le dialogue avec les habitants est la clef d’un changement des pratiques ; Paris, que la valorisation énergétique est une opportunité de traiter les déchets résiduels tout en limitant le recours aux énergies fossiles ; la SEM Triselec de Lille, que le développement de filières de tri et de valorisation des déchets sur un territoire est une source d’emplois stables et propices à la réinsertion sociale et professionnelle.
Autant de bonnes pratiques qui espérons le, puissent être sources d’inspiration afin de mettre un peu d’ordre dans nos poubelles !

Dernière modification : 16/07/2015

Haut de page