Déclaration de l’ambassadeur de France : parce que nous sommes libres, nous nous interdisons de contrôler la pensée et les opinions, mais aussi les mouvements de tous les citoyens

Charlie hebdo est un journal satirique français, créé en 1960 – mais qui ne porte ce nom que depuis 1970.
De tradition libertaire, à l’esprit caustique et irrespectueux, il a toujours pourfendu la bêtise, l’intolérance, l’esprit de sérieux, la haine : être un journal satirique ne l’a jamais empêché d’être aussi un journal d’investigation.
Les journalistes et dessinateurs qui ont fait son succès, et dont 10 sont morts aujourd’hui, ont toujours fait preuve de courage pour dire leur vérité : la liberté d’expression, dont la liberté de la presse est le couronnement, est l’une des bases des régimes et sociétés libres.
L’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, proclame « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement ».
L’assassinat de 12 personnes libres, policiers et journalistes, a été qualifié d’acte terroriste par le Président de la République française, François Hollande.
Tout Etat libre peut être la cible des terroristes et des ennemis de la démocratie : parce que nous sommes libres, nous nous interdisons de contrôler la pensée et les opinions, mais aussi les mouvements de tous les citoyens ».
Oui, parce que nous voulons être une société de citoyens libres, nous, Français ou Bulgares, récusons l’idée qu’un état policier soit préférable. Ce n’est pas aux Bulgares, qui ont connu 45 années de dictature communiste, que je vais apprendre quе la solution n’est pas un Etat policier.
Comme l’a dit le président Hollande, « Aucun acte barbare ne saura jamais éteindre la liberté de la presse. Nous sommes un pays unis qui saura réagir et faire bloc ». La coopération entre les démocrates et entre les Etats démocratiques est la meilleure arme face à ces assassins.
Je remercie les autorités bulgares, le Président Plevnéliev, le Premier ministre Boïko Borissov, les ministres, les hommes politiques, les journalistes et les citoyens bulgares qui ont spontanément et sans attendre marqué leur soutien à la France./.
PNG

Dernière modification : 08/01/2015

Haut de page