Interview avec Michel Sénéchal, proviseur du Lycée Victor Hugo

- M. Sénéchal, vous êtes proviseur du Lycée Victor-Hugo de Sofia. Le Lycée Victor-Hugo est depuis longtemps l’un des établissements scolaires les plus réputés dans la capitale bulgare. Depuis quand existe-t-il ? Pourquoi l’appelait-on naguère "la petite école" ?

R. L’établissement a été créé en 1966. Il était appelé "petite école" à ses débuts car comme beaucoup d’établissements nouvellement créés il accueillait d’abord uniquement des enfants scolarisés au premier degré.

- Accueillez-vous toutes les tranches d’âge entre la maternelle et la terminale ? Combien de nationalités s’y retrouvent ?
Le Lycée accueille à cette rentrée scolaire 2012/2013 plus de 620 élèves, de la petite section de maternelle (enfants de 3 ans) à la terminale (dans les trois séries de bac ES, L et S), issus de 25 nationalités différentes.

R. Le Lycée Victor Hugo, placé sous la tutelle de l’ambassade de France en Bulgarie, fait partie du réseau de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE). En quoi cette appartenance offre-t-elle aux enfants de familles expatriées une continuité dans leur parcours scolaire ?
Nous suivons les programmes français sur l’ensemble de nos classes, qui ont toutes l’homologation du ministère français de l’éducation nationale. Grâce à l’existence de cet ensemble d’établissements — qui contituent le réseau des établissements français de l’AEFE —, une famille menant une carrière internationale est ainsi assurée que son enfant pourra bénéficier d’une parfaite continuité scolaire à travers le réseau et lors d’un retour ou passage en France. L’orientation décidée en fin d’année dans l’un de nos établissements est parfaitement prise en compte dans tout nouvel établissement d’accueil en France ou dans le réseau.

- Les bacheliers du Lycée Victor Hugo peuvent-ils postuler directement, sans conditions, pour des universités ou des grandes écoles françaises ? Leur diplôme est-il reconnu également par les établissements d’enseignement supérieur bulgares ?

R. Les élèves du Lycée posent leur candidature pour la majeure partie des établissements d’enseignement supérieur français via le portail "admission post bac" (APB) avec le même calendrier et dans les mêmes conditions que les élèves de terminale en France. Ils peuvent également candidater en direct dans l’ensemble des établissements non gérés dans le portail APB, tels que Sciences Po, Dauphine, etc. Le profil d’excellence de nos établissements et la forte maîtrise des langues étrangères chez nos élèves leur donnent de réelles chances d’accès aux filières françaises sélectives. L’AEFE développe également, pour les meilleurs élèves étrangers fréquentant nos établissements, une aide avec le dispositif des Bourses d’Excellence Major.
9 de nos bacheliers 2012 sur 10 sont inscrits en établissements d’études supérieures en France.
Un élève souhaitant entrer en Université d’Etat en Bulgarie devra passer l’examen d’entrée.

- Un Conseil d’anciens élèves du Lycée Victor Hugo s’est constitué au printemps dernier, quel rôle souhaitez-vous lui voir jouer ?

R. Nous avons aidé la relance de l’Association des anciens élèves du Lycée. Nous sommes ainsi en adéquation avec la politique de l’AEFE, avec la création en 2010, lors des premières rencontres mondiales de l’AEFE, de "l’Association des anciens des lycées français du monde", porteuse de grandes ambitions autour notamment de la fédération des anciens élèves de nos lycées français et de l’aide aux associations d’anciens existantes. Le président de l’Association des anciens élèves du Lycée est membre du conseil d’établissement du Lycée. Nous souhaitons voir l’Association jouer un rôle de plus en plus lisible dans la vie de l’établissement : participation aux grands moments de la vie du lycée, fédérer les anciens, créer une dynamique d’appartenance... Nous oeuvrons avec le Bureau actuel de l’association à la définition des objectifs et actions allant dans ce sens.

Dernière modification : 26/09/2012

Haut de page