Jeudi 08 janvier

UN ATTENTAT BARBARE SECOUE L’EUROPE

Douze personnes, dont dix journalistes et dessinateurs du journal satirique Charlie Hebdo et deux policiers, ont été assassinés par des hommes cagoulés hier en plein jour, à Paris, dans les locaux de cet hebdomadaire. Plusieurs autres ont été gravement blessés. La raison ? Des dessins caricaturant le prophète Mahomet publiés il y a dix ans.
Dans ce jour de deuil pour la République française, la presse bulgare et les réseaux sociaux expriment le choc, l’indignation, la douleur, la sympathie pour les victimes.
« Ceux qui bouffent de la haine et vivent pour la violence, ceux qui ont choisi la voie du terrorisme, réagissent par une sensibilité maladive quand ils se sentent l’objet d’une moquerie. […] Tout régime répressif attente à la vie de ceux qui savent dire la vérité avec un dessin et le sourire. », écrit Capital Daily. « Etouffer la liberté d’expression par un tir en rafales est un crime qui dépasse les frontières d’un Etat donné ».
La classe politique en Bulgarie a condamné l’acte terroriste perpétré à Paris, le taxant unanimement d’atteinte à la liberté d’expression, note Standard. « La nouvelle de cette fusillade qui a coûté la vie de citoyens innocents m’a profondément bouleversé et affligé. La Bulgarie condamne résolument cet acte barbare de violence et de terrorisme », écrit le président de la République Rossen Plevneliev dans sa lettre de condoléances au président français François Hollande.
« Cet acte terroriste sanglant suscite en nous de la colère contre l’attentat à la vie humaine. Avec nos partenaires, nous sommes convaincus que le terrorisme sera vaincu quels que soient les efforts qu’exigerait de nous cette lutte », déclare le premier ministre Boïko Borissov.
« La liberté d’expression et le mordant de la satire en tant que forme de celle-ci sont un acquis de la civilisation humaine au même titre que le droit de croire à sa manière dans le Créateur. Aucune différence n’a le droit de porter atteinte à une autre différence », relève le parlementaire et leader du MDL Lioutvi Mestan.
« Nous compatissons avec nos collègues français et espérons que les auteurs de l’attentat seront arrêtés et juridiquement condamnés. Moralement, ils ont été déjà condamnés par tous les gens normaux », soulignent les directeurs des plus grands médias électroniques et quotidiens nationaux dans une tribune conjointe, publiée par 24 Tchassa. « C’était le 11 septembre européen », titre le même journal.
Dans le portail Kultura, Toni Nikolov parle des « agélastes », un mot forgé par Rabelais pour désigner ceux qui ne savent pas rire, ceux qui ne connaissent pas les bienfaits de l’humour. « La vérité, c’est que les agélastes méprisent le rire parce qu’il est la transition de la non-liberté à la liberté. Le rire n’est pas la liberté, mais il apporte de la délivrance dans la mesure où il fait sortir l’homme de sa torpeur, l’empêche d’être violent ou de faire du mal. […] La liberté se fonde sur le droit des hommes de rire et de dire ce qu’ils pensent, y compris de rigoler ou de pouffer de rire. Et si un agélaste fanatique pense qu’il a réussi à tuer la satire ou la liberté d’expression en Europe par ses balles, il se méprend profondément. Personne n’a réussi à déraciner le rire, ce rire qui naît spontanément en nous et qui, à en croire Rabelais, est le meilleur antidote de la violence ». (tous journaux, http://kultura.bg)

Word - 182.4 ko
(Word - 182.4 ko)

Dernière modification : 08/01/2015

Haut de page