Jeudi 13 décembre

Politique

La corne de l’abondance

En cette période de Noël, en moins d’une heure, le gouvernement a distribué 1,7 milliard de leva (850 millions d’euros) de l’excédent budgétaire qui s’élevait fin octobre à 2,8 milliards de leva, écrit Sega. Parmi les heureux bénéficiaires figurent les ministères de la Défense (113 millions de leva pour la modernisation de l’armée) et des Affaires étrangères (1,9 millions de leva), le Service pour la protection des hautes personnalités (1,7 million de leva), l’Agence d’Etat pour la sécurité nationale (1 million de leva), etc. (tous media)

« 1,35 milliard de leva pour l’autoroute Hémus », annonce à sa une 24 Heures. L’argent sera pris sur l’excédent budgétaire que le gouvernement a généreusement réparti hier, lors de sa réunion hebdomadaire. L’idée est de financer la construction, d’ici 2021, de 134 nouveaux kilomètres de cette autoroute appelée à relier Sofia à Varna, dont les premiers travaux datent de l’époque communiste. Il est prévu également que l’autoroute Hémus (420 km au total, dont 170 sont déjà en exploitation) soit entièrement achevée d’ici 2024. L’idée du gouvernement serait de confier l’ensemble des travaux à l’entreprise publique Avtomagistrali (Autoroutes) relevant de l’autorité du ministère du Développement régional et des Travaux publics. (24 Heures)

Le gouvernement propose au président de signer un décret en vue de la nomination du préfet de police de Sofia au poste de secrétaire général du ministère de l’intérieur

Le Conseil des ministres a décidé de proposer au Président de la République de signer un décret de nomination d’Ivaïlo Ivanov, directeur de la Préfecture de police de Sofia, au poste de Secrétaire général du ministère de l’intérieur. Le projet de décret de nomination a déjà été concerté avec le président de la République, a expliqué le ministre de l’intérieur.

Adoption du projet de loi d’amendement à la loi de répression de la corruption et de confiscation des avoirs acquis de manière illégale par la commission parlementaire des lois

Le projet de loi d’amendement à la Loi de répression de la corruption et de confiscation civile des avoirs acquis de manière illégale (la loi de 2018), introduit lundi par le président de la commission parlementaire des lois Danaïl Kirilov afin de faire face à l’arrêt interprétatif de la Cour de cassation (mettant fin à la confiscation civile), a été adopté par la commission des lois. Seuls 5 députés du PSB et un du parti Volonté s’y sont opposés. Le président de la Commission de répression de la corruption et de confiscation des avoirs acquis de manière illégale Plamen Gueorguiev a expliqué que cet amendement urgent est d’ordre pratique dans la mesure où 21 affaires civiles de confiscation ont d’ores et déjà été clôturées depuis la publication de l’arrêt interprétatif, vendredi dernier, pour un montant total de plus de 22 M de leva.

Manifestation des constructeurs

Environ 1000 poids lourds (camions et équipements de construction) ont stationnés hier aux côtés du boulevard de Tsarigradsko chaussée à la sortie de Sofia en signe de protestation des constructeurs contre la présumée campagne de discréditer leur secteur, en référence aux demandes du PSB pour une inspection indépendante de la qualité des routes. Des représentants de la Chambre des constructeurs ont été reçus par la présidente de l’Assemblée nationale, Tsvéta Karaïantchéva, le président de la République, Roumen Radev, et le premier ministre, Boïko Borissov, en la présence de la ministre du développement régional, Petya Avramova. M. Borissov a commenté qu’il n’approuvait pas « la ligne de discrédit » contre les constructeurs, tout en appelant à ce que les projets d’infrastructure soient exécutés avec qualité. Quant à lui, M. Radev a déclaré que la confiance de la société et la sienne ne « sera pas gagnée avec des manifestations, des déclarations et des conférences de presse, mais avec de la qualité et de la transparence ». De son côté, la présidente du PSB, Kornélia Ninova, a noté que « le grand capital fait sortir des machines contre l’opposition ». (tous media)

Près de 39% des Bulgares en risque de pauvreté et d’exclusion sociale

2,7 millions de Bulgares, soit près de 39% de la population, se trouvaient en risque de pauvreté et d’exclusion sociale en 2017, ce qui constitue une baisse de 1,5 points de pourcentage par rapport à 2016. C’est ce que montrent les résultats de l’enquête sur le revenu et les conditions de vie (EU-SILC), cités dans le rapport sur la mise en œuvre de la stratégie nationale pour la réduction de la pauvreté. En même temps, les revenus des 20% les plus riches sont 8,2 fois plus élevés que ceux des 20% les plus pauvres, ce qui fait que la Bulgarie est l’un des pays de l’Union européenne avec les inégalités de revenus les plus importantes. (Troud)

Les intentions de vote se maintiennent

Les intentions de vote pour les partis politiques restent largement inchangées entre novembre et décembre 2018, selon une enquête menée par le centre de recherche Trend et commandée par 24 Heures. Ainsi, 22,2% voteraient pour le GERB, 20,7% pour le PSB, 6,5% pour le MDL et 4,4% pour la coalition des « Patriotes unis » et les partis qui la composent. « Volonté », l’autre parti au parlement, est devancé par la coalition « Bulgarie démocratique » (1,4% contre 2,1%, respectivement), alors que 36,1% des électeurs ne voteraient pas en cas d’élections législatives. Les niveaux d’évaluation positive de la performance du gouvernement et du parlement restent presque les mêmes, alors que ceux du président de la République enregistrent une baisse légère, passant de 59% à 55%. (24 Heures)

Des experts européens recommandent de procéder à des réformes urgentes du système de soins psychiatriques

A l’issue d’un audit des centres de soins des maladies psychiatriques, des experts de l’Association psychiatrique européenne (EPA) ont rendu un rapport qui constate plusieurs disfonctionnements du système de soins psychiatriques portant atteinte aux droits de l’homme. Les conditions de vie dans les centres psychiatriques sont inacceptables tant pour les patients que pour les personnels. Ils assurent la prestation de services de manière incohérente sans les programmer conjointement, ni en rendre compte. Les experts recommandent plusieurs réformes définies et coordonnées par un haut fonctionnaire au niveau national.

International

« Une mer de paix et de tuyaux »

« La mer Noire doit être une mer de paix et de tuyaux. Nous ne voulons faire la guerre à personne », a déclaré hier l’ambassadeur russe à Sofia Anatolii Makarov, lors de sa conférence de presse régulière de fin d’année. « Mais les Bulgares sont ceux qui décident s’ils veulent avoir des navires de guerre américains dans leurs ports, avec des missiles de l’OTAN dirigés contre la Russie », a-t-il précisé. « Si c’est le cas, la réaction de Moscou ne serait pas chaleureuse », a estimé M. Makarov avant de répondre à plusieurs questions liées au passage éventuel du gazoduc Turkish Stream à travers le territoire bulgare. Selon lui, aucune décision n’a été prise quant au choix du pays que traverserait la bifurcation vers l’Europe de ce gazoduc : la Bulgarie ou la Grèce. « Moi personnellement, je pense que le passage du tuyau via la Bulgarie est une priorité pour le secteur énergétique russe », a résumé l’ambassadeur tout en annonçant que Moscou et Bruxelles travaillent actuellement sur l’élaboration d’une nouvelle directive portant sur les gazoducs Turkish Stream et North Stream. (tous media)

Troud reprend une publication d’EU Observer et cite la position exprimée par le commissaire européen à l’énergie, Maroš Šefčovič, sur les perspectives pour la Bulgarie d’accueillir sur son territoire un des tuyaux du gazoduc Turkish Stream. « Si le gazoduc via la Bulgarie permet de vendre à l’UE à la fois du gaz russe et un autre gaz international, ce serait un bon développement. Mais ce ne serait pas le cas si le tuyau ne livre que du gaz russe à d’autres pays européens, que ce soit l’Autriche ou l’Italie. Et s’il s’avère qu’il s’agit simplement d’un gazoduc de transit et non pas d’un projet s’inscrivant dans la construction du « hub Balkan », la Commission ne le soutiendra pas », indique M. Šefčovič. (Troud)

France

Troud publie un portrait du premier ministre français Edouard Philippe, appuyé d’un commentaire sur son rôle de « tampon amortisseur » dans la mise en œuvre des réformes initiées par le président de la République Emmanuel Macron. (Troud)

Dernière modification : 13/12/2018

Haut de page