Jeudi 14 mai

Coronavirus

Bilan

31 nouveaux cas ont été signalés depuis hier matin, portant ainsi à 2 100 le nombre des cas confirmés, soit une augmentation de 1,5%. Les personnes guéries sont au nombre de 521 et les personnes décédées 99. Le nombre des soignants infectés a atteint 228 au total, soit 11% de l’ensemble des cas confirmés. Selon le centre opérationnel de crise, l’infection continue à se propager par foyers isolés (« clusters »), ce qui facilite le retour à une vie normale.

À Yambol, la mairie a organisé une désinfection « aérienne » du quartier rom de cette ville qui est bloqué depuis une dizaine de jours du fait d’un foyer de l’infection de Covid-19 y détecté. Plus de trois tonnes d’un produit désinfectant non nocif ont été répandues sur le quartier, dont les habitants étaient sommés de rester chez eux. Le nombre des personnes infectées au Covid-19 dans le quartier est de 86.

Aujourd’hui, le Parlement a repris le rythme normal de ses travaux. À l’initiative du PSB, une commission ad hoc de contrôle des dépenses publiques engagées en vue de soutenir l’économie et les citoyens dans les conditions de la pandémie, a été créée. Comme la majorité s’est opposée à l’idée qu’elle soit dirigée par un membre du PSB, la commission sera présidée par Yordan Tsonev (MDL).

Nouvelles (anciennes) mesures antiépidémiques

Aujourd’hui, le ministre de la Santé, Kiril Ananiev, a signé quatre ordonnances, qui remplacent une partie des décrets en vigueur pendant l’état d’urgence, tout en reprenant largement les anciennes mesures antiépidémiques. Les nouvelles ordonnances sont en vigueur du 14 mai au 14 juin prochain.

La première ordonnance oblige tous les employeurs à mettre en place le télétravail ou, lorsque cela est impossible, des règles strictes d’hygiène et de désinfection dans les lieux de travail. Le port du masque reste obligatoire dans les espaces publics fermés (magasins, transports en commun, lieux de culte, etc.). Le respect d’une distance de 1,5 m entre les personnes qui ne font pas partie de la même famille s’impose dans les espaces publics ouverts.

L’interdiction de se rendre dans les bars, les établissements de loisirs, les discothèques et les espaces fermés des restaurants et des cafés reste aussi en vigueur. Seuls certains sites dans les centres commerciaux peuvent fonctionner (banques, magasins d’alimentation, pharmacies, restaurants disposant d’une aire ouverte et d’une entrée individuelle). Les établissements scolaires et universitaires et les crèches ne rouvriront pas à courte échéance. Les sports collectifs au niveau amateur sont autorisés, dans la limite des 12 participants (contre 10 auparavant). Toutes les manifestations culturelles en salle sont interdites, à l’exception des visites aux musées, aux galeries, aux bibliothèques et aux cinémas (dans la limite des 30% de leur capacité). Les personnes de moins de 60 ans n’ont pas le droit de se rendre dans les magasins d’alimentation et les pharmacies entre 8h30 et 10h30. Les visites dans les hôpitaux et les maisons de retraite ne sont pas possibles.

Une autre ordonnance réglemente, sans apporter de véritables changements aux anciennes règles, la durée de l’hospitalisation et du confinement obligatoire à la maison pour les personnes testées positives au COVID-19. Un confinement de 28 jours chez soi s’impose aux personnes asymptomatiques et à celles qui présentent des symptômes légers. Avec quelques exceptions (personnel médical et diplomates dans l’exercice de leurs fonctions, travailleurs frontaliers, etc.), toute personne entrant sur le territoire national est soumise à un confinement obligatoire de 14 jours à la maison.

Enfin, les règles relatives à l’entrée en Bulgarie changent très peu. L’entrée sur le territoire national reste interdite à toute personne, indépendamment de sa nationalité, à l’exception des Bulgares et des membres de leurs familles, des étrangers ayant le statut de résidents permanents ou de long terme et des membres de leurs familles, et de certaines catégories de travailleurs (personnel médical et de transport de marchandises, équipages, travailleurs agricoles, saisonniers et frontaliers, etc.). (tous médias)

Justice

Le chef du Parquet spécialisé démissionne

Dimiter Frantisek Petrov, ancien adjoint d’Ivan Guechev et, depuis neuf mois, son successeur à la tête du Parquet spécialisé, a quitté ses fonctions. Le Conseil supérieur de la magistrature a approuvé hier sa lettre de démission et son souhait de rester dans le même service comme simple procureur. Devant le CSM, le procureur général Ivan Guechev a remercié M. Petrov de sa contribution à la tête du Parquet spécialisé et a expliqué que celui-ci avait décidé de quitter ses fonctions en raison d’un « problème de situation » l’empêchant de se concentrer sur son travail de chef administratif.

Les tribunaux reprennent peu à peu un rythme normal de travail

Les tribunaux autorisent à nouveau aujourd’hui les audiences publiques qui étaient jusqu’à présent suspendues pour cause de l’état d’urgence. Durant celui-ci, seules les affaires urgentes (mesures coercitives, demandes d’extradition, protection contre la violence conjugale, etc.) faisaient l’objet d’un examen. L’accès aux audiences reste tout de même restreint pour les journalistes et les citoyens. Seront autorisés à y accéder uniquement les représentants des parties intéressées, les témoins et les experts afin de pouvoir respecter les mesures antiépidémiques. « L’interdiction d’accès des journalistes aux audiences, même dans le cas d’un procès judicaire dont l’importance relève de l’intérêt public, est une décision infondée qui va à l’encontre de la Constitution. Cette décision bafoue le principe de publicité et de transparence du procès judicaire » a affirmé, juge Anelia Shtereva auprès du tribunal de la ville de Sofia. À titre de compensation, les attachés de presse des tribunaux s’engagent à mettre à la disposition des journalistes des procès-verbaux à l’issue des audiences. (tous médias).

Selon M. Panov, aucune information confidentielle n’a été reçue au sujet de l’affaire Mitalov

Le directeur de la Cour suprême de cassation, Lozan Panov a réfuté les affirmations du président du CSM, Boyan Magdalintchev qui avait plus tôt déclaré que le Département d’État des États-Unis a envoyé une lettre officielle contenant des données confidentielles relatives au juge Andon Mitalov. Selon M. Panov, le Conseil supérieur de la magistrature aurait reçu le 20 mars « une copie de note d’information concernant un entretien qui a eu lieu le 13 mars entre des représentants du Ministère des affaires étrangères et l’Ambassade des États-Unis en Bulgarie ». Aux dires de M. Panov, le Parquet et la Commission de lutte contre la corruption n’ont pas présenté de données relatives à une procédure pénale engagée contre M. Mitalov, contrairement à ce qui a été évoqué dans les média. (Svobodna Evropa)

Le président de la République a saisi la Cour constitutionnelle au sujet des amendements de la loi sur la Santé

Le Président, Roumen Radev, a demandé à la Cour constitutionnelle de faire une interprétation des nouveaux textes législatifs qui sont inscrits dans la loi sur la Santé, et qui permettent (i) une prolongation d’une partie des mesures antiépidémiques et (ii) la déclaration d’une situation épidémique d’urgence sur le territoire du pays. Le chef de l’État a contesté la nouvelle compétence du Conseil des ministres liée à la déclaration d’une situation épidémique d’urgence, dans une région donnée ou sur le territoire du pays entier. M. Radev s’oppose à cette modification pour trois raisons : 1) le manque d’un délai précis de la validité des mesures, 2) le caractère formel des critères d’évaluation du danger pour la santé publique, ainsi que 3) la limitation disproportionnée des droits des citoyens.

Hier le Président de la République a néanmoins signé un décret pour la publication de ces amendements dans le Journal officiel. (Dnevnik)

Ouverture d’une enquête contre le président du parti « Renaissance »

Le Parquet régional de Varna a ouvert une enquête pour détournement de fonds contre le président du parti « Renaissance » Kostadin Kostadinov. L’enquête fait suite à un reportage de Nova TV qui montre que, depuis les élections législatives de 2017, lorsque « Renaissance » a obtenu 1% des votes et, par conséquent, le droit à une subvention publique à hauteur d’un million de leva, M. Kostadinov et son épouse ont acheté une villa de luxe, un appartement et une voiture.

Aujourd’hui, plusieurs centaines de partisans de « Renaissance » ont manifesté devant l’Assemblée nationale, en dépit de l’interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes, pour demander la démission du gouvernement et s’opposer aux mesures antiépidémiques. La police a arrêté huit manifestants.

Économie et finances

Critiques contre l’initiative de réduction de la TVA

Plusieurs économistes et financiers ont fait bloc contre la proposition du premier ministre Boïko Borissov de réduire de 20% à 9% le taux de la TVA sur certains services touristiques (restauration) et sur le livre. « Cette baisse de la TVA ne profiterait qu’aux riches », estime l’ancien ministre des finances Simeon Diankov (bTV). Selon lui, la mesure ne résoudrait pas les problèmes actuels du secteur, provoqués par l’absence de touristes et le confinement des gens chez eux. Il est très probable que le premier ministre fasse marche arrière comme il l’a déjà fait en 2010, dans une situation identique, a observé l’ancien ministre des finances du premier gouvernement de B. Borissov.

Le sociologue Peter Tcholakov doute également de l’opportunité d’une baisse du taux de la TVA dans le tourisme (Dnevnik). Selon lui, l’idée de proposer une mesure de soutien du tourisme à partir de 2021, et non durant la crise, s’en irait en fumée. « Le premier ministre, comme d’habitude, attendra, regardera autour de lui pour voir quelles mesures bénéficient d’un consensus, et misera sur elles. Du point de vue du taux de confiance, c’est une stratégie qui marche ».

Kaloyan Staïkov, de l’Institut pour l’économie de marché, souligne dans Dnevnik que tout taux préférentiel de la TVA mettrait fin à la politique de la fiscalité à taux unique bâtie sur le principe d’une large base d’imposition sans exceptions et d’un taux faible. La baisse des recettes de la TVA ne pourrait être compensée que par l’augmentation d’autres taxes et impôts. « Une décision politique sans arguments économiques valables », conclut l’économiste.

Les prévisions de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD)

La récente prévision régionale de la BERD montre que le tourisme sera le facteur principal de la récession économique en Europe de Sud-Est. L’économie bulgare va se contracter de 5 % par rapport au recul de 7.2 % annoncée par la Commission européenne la semaine dernière. Selon le rapport de la banque européenne, la Bulgarie est dans la situation la plus favorable parmi les pays en Europe du Sud-Est. Malgré la baisse de l’activité dans différents secteurs, la croissance économique de la Bulgarie pendant les dernières années, le maintien d’un taux relativement bas du chômage et l’existence d’un excédent budgétaire lui permettra de faire face aux conséquences de la crise épidémique. La BERD avertit tout de même de l’éventualité d’apparition d’effets indésirables, induits par la crise épidémique, qui a provoqué la suspension de l’activité du commerce de détail et de d’autres services. Cette suspension temporaire peut d’ailleurs s’expliquer par la diminution de la demande au niveau mondial ainsi que par le report des investissements prévus dans le contexte d’une aggravation de l’instabilité des marchés. Dernièrement, la direction de la Banque n’exclue pas la possibilité d’un délai supplémentaire de l’adhésion de la Bulgarie au mécanisme de taux de change, y compris après le mois de juillet. (Svobodna Evropa)

France-Bulgarie

Interview avec l’Ambassadrice de France

Hier soir, l’ambassadrice de France en Bulgarie, Mme Florence Robine, a donné une interview pour l’émission « La journée avec Vesselin Dremdjiev » sur TV+ et TV1. Mme Robine a évoqué, entre autres, la stratégie de déconfinement de la France, les mesures économiques du gouvernement français en soutien aux entreprises et aux particuliers en difficulté, la réponse à la crise au niveau européen, etc. (TV+ et TV1)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 14/05/2020

Haut de page