Jeudi 15 avril

Coronavirus

Bilan

• Nombre de personnes contaminées : 380 576 (+ 2 517 en 24h)
• Nombre de guérisons : 296 998 (+ 3 647 en 24h)
• Nombre de décès : 14 871 (+ 125 en 24h)
• Nombre d’hospitalisations : 9 685 (dont 807 en réanimation / soins intensifs)
• Nombre de vaccins administrés : 605 377 (+ 14 882 en 24h)

Politique

Ouverture de la première séance de la 45ème Assemblée nationale

Aujourd’hui les 240 nouveaux députés ont prêté serment « au nom de la République de Bulgarie, de respecter la Constitution et les lois du pays et de tenir compte (..) des intérêts du peuple » et ainsi la 45ème législature a été inaugurée. La séance a eu lieu sous la présidence de la doyenne, Mme Mika Zaikova, députée du groupe d’« Il y a un tel peuple » (ITP), qui a déclaré : « Le peuple nous a envoyé dans cette salle avec une seule mission – mettre en œuvre le changement ».

La représentante d’ITP , Iva Miteva a été élue présidente de l’Assemblée avec les voix de tous les groupes parlementaires, sauf le GERB. Le Président de la République, Roumen Radev, puis les leaders de tous les partis politiques se sont exprimés depuis la tribune parlementaire. Lors de son allocution, le chef de l’Etat a lancé un appel au rétablissement de la confiance publique, du contrôle parlementaire sur le pouvoir exécutif et au démantèlement du modèle actuel de gouvernance. Il a ajouté qu’indépendamment de l’issue des consultations, et des mandats de formation d’un gouvernement, le Parlement doit entreprendre des actions urgentes en vue d’une réforme au Code électoral. Il s’est dit prêt à proposer un gouvernement intérimaire, dans le cas où le parlement ne serait pas capable de trouver un consensus.
« Beaucoup d’entre vous occupent pour la première fois un poste d’un député. Il y a aura toujours quelqu’un qui pourra vous reprocher votre manque d’expérience (…) Or, pour certains, ce qu’ils nomment l’expérience politique, c’est leurs péchés et l’art de s’en sortir sans être puni. Les électeurs, par leur vote, ont rejeté cette perception de la politique. Ils ont demandé de nouveaux visages : vous »

En insistant sur les règles de procédure viciées lors de l’adoption de nouvelles lois, le président a affirmé que : « Le nihilisme juridique de la 44ème Assemblée nationale a atteint son apogée lorsque la majorité a décidé de gagner du temps, sous le prétexte d’une nouvelle constitution. Je remercie tous ceux d’entre vous qui se sont opposés à ce malentendu politique et juridique (…) Souvent j’imposais mon veto, mais malheureusement, mes arguments avaient rarement un effet. Il est temps de comprendre que le veto présidentiel ne constitue pas un acte de guerre vis-à-vis du parlement, mais bien un outil permettant de perfectionner les lois ».

« La formation d’une majorité au pouvoir, aussi nécessaire soit-elle, ne doit pas être uniquement le résultat d’une addition mathématique des voix : une coalition qui n’est pas fondée sur des principes stables, ne peut qu’approfondir la crise. Vous connaissez le proverbe selon lequel, quand tout le monde est au pouvoir, alors le peuple est en opposition. Il faut établir des priorités claires, des valeurs claires, des limites claires aux compromis possibles. Et avant tout, une responsabilité politique claire, qui ne se cache pas derrière les figures des experts (…). La première épreuve que vous devrez surmonter est liée au rétablissement du contrôle parlementaire sur le pouvoir exécutif. Vous, les élus, vous le savez bien, personne ne peut vous échanger, vous vendre ou louer, ni étouffer votre voix. Vous disposez de votre libre arbitre, et de la confiance de milliers d’électeurs, et aucun leader politique ne peut vous transformer en l’un de ses serfs. Personne n’a le droit de porter atteinte à votre dignité personnelle » a ajouté Roumen Radev.

Les partis politiques ont ensuite présenté leurs objectifs dont l’adoption d’amendements à la Loi électorale visant à faciliter le vote à l’étranger et la préparation d’un plan de sortie de la crise épidémique et économique. La « Bulgarie démocratique » a même annoncé l’introduction de projets d’amendements à la Constitution visant à renforcer le contrôle sur le travail du procureur général et de supprimer les cours spécialisées. « Il ne faut pas se leurrer – ce parlement ne va probablement pas achever son mandat, il travaillera autant qu’il faut et tout va s’éclaircir très bientôt », a déclaré le vice-président du parti Toshko Yordanov.
Au cours de cette réunion, et en l’absence du premier ministre sortant, Boïko Borissov, le gouvernement a déposé sa démission. La présidente temporaire de l’Assemblée a déclaré : « Je ne veux pas commenter (…) c’est une honte et une preuve de mépris envers cette institution. Nous sommes tout de même une République parlementaire ». Selon la Constitution, le Conseil des ministres continuera à remplir ses fonctions jusqu’à l’élection d’un nouveau Conseil des ministres. (tous médias)

Le vice-président d’« Il y a un tel peuple » menace un journaliste

L’Association des journalistes européens en Bulgarie (AEJ) a fait part de son indignation suite au commentaire de Tochko Yordanov, vice-président du parti « Il y a un tel peuple », à l’encontre du journaliste Blagoï Tsitselkov de Nova TV. S’exprimant dans une émission télévisée dont il est l’animateur, M. Yordanov a accusé le journaliste d’avoir menti, et a dit que si cela s’était passé à l’époque du khan Kroum, « suite à ce mensonge, des parties du corps de ce garçon devraient lui manquer », en référence aux lois très sévères mises en place par ce dirigeant bulgare au tournant du VIIIe et du IXe siècle. M. Yordanov a fait ce commentaire en réponse à un reportage de Nova TV, dans lequel le journaliste en question a dit que « Il y a un tel peuple » serait prêt à recevoir le soutien du GERB et du MDL. Nova TV a par la suite précisé qu’il s’agissait d’une erreur involontaire de la part de M. Tsitselkov, qui se référait en réalité à la coalition « Lève-toi ! Les mafieux dehors ! », et non pas au parti de Slavi Trifonov, comme l’indique d’ailleurs le reste de l’information contenue dans le reportage. En rappelant que M. Yordanov prêtera serment en tant que député en ce jour, l’AEJ écrit qu’on attend de lui de se conformer aux valeurs du 21e siècle, et non pas à celles du Moyen-Âge. (tous médias)

Justice

Un réseau d’achat de voix démantelé

Le Parquet de Sofia a mis en examen quatre personnes pour participation à une association de malfaiteurs, spécialisée dans l’achat de voix pour une force politique lors des élections législatives du 4 avril. Le groupe, agissant depuis le 6 février, était dirigé par un homme d’affaires, propriétaire de quatre sociétés commerciales, d’un complexe hôtelier, d’une station-service de méthane et d’une chaîne câblée, qui maintenait des contacts avec un chef informel du parti pour lequel les voix devaient être achetées. Les trois autres personnes arrêtées sont un candidat député (non élu), un ancien candidat aux européennes, actuellement conseiller municipal, et un homme d’influence dans les quartiers roms. Le financement, fourni par une autre personne résidant dans un pays tiers, arrivait en Bulgarie via la Turquie. Le mode opératoire consistait à établir des contacts avec des personnes influentes au niveau de la population rom et de leur promettre de l’argent pour voter en faveur du parti, dont le nom n’a pas été révélé. Les montants offerts variaient de 20 à 80 leva par voix. Un témoin, ayant avec le Parquet, a été mis sous protection spéciale. (Tous media)

Le Parquet européen demande à la Bulgarie quatre nouvelles candidatures

Dans une lettre envoyée au Conseil supérieur de la magistrature (CSM), le Parquet européen demande à la Bulgarie de désigner quatre nouvelles candidatures pour procureurs européens délégués à la place de celles qui ont été rejetées. Il est indiqué : (i) que les candidats bulgares rejetés par le Parquet européen sont les trois enquêteurs Bisserka Ivanova, Preslava Petkova et Maya Kovatcheva, ainsi que le juge Hristo Kratchounov, (ii) que les trois candidats nommés aux fonctions de procureurs européens délégués sont les procureurs Dimiter Belitchev, Boïko Kalfine et Svetlana Chopova, et (iii) que la procédure d’examen n’est pas encore terminée pour les trois autres candidats bulgares, Veronika Trifonova, Ventsislav Ferdinandov et Bojidara Ganeva-Dimova. Il est également souligné que les candidatures rejetées ont été évaluées de manière approfondie et rejetées car ne répondant pas aux critères de nomination. Ce rejet ne remet en aucune manière les qualités professionnelles des candidats, ni ne signifie qu’il existe des soupçons de dépendances, ajoute-t-on dans la lettre. Enfin, le Parquet européen demande au CSM de proposer quatre nouvelles candidatures. Toutefois, lors de sa réunion d’hier, le collège des procureurs au CSM, à l’unanimité, avec 9 voix pour et aucune contre, a pris note de la lettre signée par la procureure générale européenne Laura Kovesi et a décidé d’ajourner la sélection de nouvelles candidatures, dans l’attente de la finalisation de la procédure concernant les trois autres candidats. (tous media)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie

Dernière modification : 15/04/2021

Haut de page