Jeudi 16 juillet

Coronavirus

Bilan

· Nombre de personnes contaminées : 7 877 (+ 232 en 24h)
· Nombre de guérisons : 3 841 (+ 178 en 24h)
· Nombre de décès : 289 (+ 6 en 24h)

Politique

Options de sortie de crise et démissions ministérielles en attente

Après sept jours de manifestations dans les grandes villes et plusieurs options débattues de sortie de la crise politique, hier soir le premier ministre Borissov a demandé les démissions des ministres des finances, de l’économie et de l’intérieur. La décision a été prise lors d’une rencontre de M. Borissov avec les coordinateurs régionaux du GERB en raison de « suspicions de liens de dépendance de ces trois ministres avec le MDL et le député Delian Peevski » et d’insinuations à ce sujet, qui ternissent l’image du GERB.

Deux heures auparavant, le président de la République a de nouveau demandé, avec insistance, les démissions du gouvernement et du procureur général. Soulignant que les manifestations ont embrasé tout le pays et qu’il y a un consensus national qui s’appelle « anti-mafia », le président a mentionné le redémarrage du processus politique et la modernisation du pays qui passent selon lui par ces démissions et par des élections équitables. « La transition a commencé avec les mafieux et s’achèvera avec leur départ du pouvoir », a conclu le chef de l’Etat.

Mais, au lieu des démissions annoncées hier soir, le conseil de la coalition au pouvoir GERB – Patriotes unis s’est réuni ce matin. Lors de la conférence de presse, les trois leaders politiques Boïko Borissov, Krassimir Karakatchanov et Valeri Simeonov ont annoncé que la coalition gouvernementale reste stable et restera au pouvoir jusqu’aux élections au printemps 2021. La majorité va se concentrer sur l’objectif imminent du rejet de la motion de censure, déposée au parlement par le PSB, et dont l’examen en plénière est prévu le 20 juillet. Ce n’est qu’ensuite que la coalition prendra une décision commune de remaniements au sein du gouvernement.

Le premier ministre et président du GERB, Boïko Borissov, a déclaré qu’il n’envisage pas du tout l’option d’un « gouvernement intérimaire nommé par un président [de la République] immature, par un figurant ». « Nous ne pouvons pas lui laisser l’Etat, et si cela arrive, c’est nous qui protesteront », a déclaré M. Borissov. Le gouvernement sera complètement remanié, mais il restera en place, face à la crise économique et sociale sans précédent qui s’annonce. « Personne, parmi ceux qui protestent dans la rue, n’a l’expérience que nous possédons. Nous avons aussi le soutien de tous les pays. Il y a deux jours à peine, tous les pays ont voté pour l’adhésion de la Bulgarie à ERM II. Et ce figurant se permet de nous évaluer », a souligné le premier ministre, en colère.

Trois options devant le gouvernement du GERB selon le vice-premier ministre Dontchev

Après avoir réfuté une possible démission du gouvernement du GERB sur fond de protestations, le premier ministre a évoqué l’idée d’une consolidation, d’un plan de renforcement ou la recherche d’une solution alternative. Tomislav Dontchev (vice-premier ministre) a expliqué à la télévision bTV que le gouvernement est face à trois options : 1) le gouvernement reste au pouvoir et achève son mandat, 2) le gouvernement décide de déposer sa démission, 3) et enfin un nouveau gouvernement est formé dans le cadre du Parlement actuel. Dans tous les cas, la décision du gouvernement sera prise après la réunion du Conseil européen, durant lequel la Bulgarie négociera le financement européen en lien avec la crise épidémique, a expliqué M. Dontchev. (bTV, Dnevnik)

Le premier ministre et président du GERB Boïko Borissov a commenté pour sa part qu’il est exclu d’envisager l’option d’un « gouvernement intérimaire nommé par un président [de la République] immature, par un figurant ». « Nous ne pouvons pas lui laisser l’Etat et si cela arrive, c’est nous qui protesteront », a déclaré M. Borissov. Le gouvernement sera remanié à fond, mais il restera en place face à la crise économique et sociale sans précédent qui s’annonce. « Personne de ceux qui protestent dans la rue n’a l’expérience que nous possédons. Nous avons aussi le soutien de tous les pays. Il y a deux jours à peine, tous les pays ont voté pour l’adhésion de la Bulgarie à ERM II. Et ce figurant se permet de nous évaluer », a souligné le premier ministre en colère.

Société

20 bourses seront accordées à des étudiants francophones

La Bulgarie va octroyer vingt bourses à des étudiants francophones venant des Balkans de l’Ouest, de l’Europe centrale et de l’Est. Les bourses pourront être versées une fois que le gouvernement aura donné son approbation au projet d’accord entre le Ministère des affaires étrangères et l’Institut spécialisé de la Francophonie pour l’administration et le management à Sofia. Ce nouvel accord est le prolongement de celui conclu en 2018. La moitié des bourses seront attribuées à des femmes. (Monitor)

Dernière modification : 16/07/2020

Haut de page