Jeudi 19 avril

Politique

L’appel récemment adressé par le chef de l’Etat à plus de lumière dans la gouvernance de l’Etat a provoqué hier le mécontentement du premier ministre Borissov. Réagissant à son tour, après la réaction de M. Tsvetan Tsvetanov, M. Borissov a demandé à tous les ministres, surtout ceux dont les institutions organisent des marchés publics, de se rendre chez le président de la République afin de l’informer sur les procédures et de répondre à ses critiques d’opacité et de corruption. S’il y a des infractions, il faut que les responsables en répondent. Mais on ne brûle pas l’édredon à cause d’une puce, a souligné le premier ministre. Un peu plus tard, les ministres des affaires étrangères, des travaux publics, de l’économie et de l’éducation se sont dit prêts à rencontrer le président Radev. Soulignant que la responsabilité de la politique étrangère revient au gouvernement, la vice-première ministre et ministre des affaires étrangères Ekaterina Zaharieva a relevé pour sa part qu’elle et ses collègues chercheraient une coordination de leurs positions avec le président de la République uniquement lorsque cela semble pertinent. Mais dans des situations urgentes, comme cela a été le cas avec la position bulgare sur les frappes aériennes de trois pays occidentaux en Syrie, il est plus important de réagir rapidement, a-t-elle indiqué. (tous media)

Se joignant aux tirs croisés entre le GERB et le président de la République, provoqués par la conférence donnée lundi dernier par le président Radev à l’Université de l’économie mondiale et nationale, la vice-présidente Iliana Yotova a qualifié d’indignes les propos du premier ministre Borissov, ainsi que ceux du président du groupe parlementaire du GERB, Tsvetan Tsvetanov. L’information sur les plus grands marchés publics devrait faire l’objet d’un rapport régulièrement présenté au parlement et à l’opinion publique. Mme Yotova a rappelé que le premier ministre n’avait pas répondu depuis des mois à des questions de députés et que toutes les questions adressées à ses ministres ne recevaient que des réponses formelles. (dnevnik.bg)

La fondation Programme accès à l’information a publié un classement insolite des institutions les plus opaques. La première place y revient au ministère de la justice qui refuse systématiquement de présenter de l’information au public sous des prétextes jugés absurdes par la fondation. Ainsi par exemple, l’institution dirigée par Tsetska Tsatcheva n’avait pas voulu donner accès au rapport annuel de son activité en indiquant que la loi d’accès à l’information ne s’appliquait pas à ce type de document. Par contre, parmi les institutions soucieuses d’informer régulièrement le public de leur activité sont citées le Conseil des ministres et le ministère des finances. (Sega)

La commission parlementaire ad hoc enquêtant sur ČEZ et l’acquisition de ses actifs bulgares par la société Inercom poursuivra ses travaux au-delà du délai d’un mois qui lui était initialement imparti. Les députés ont décidé hier de prolonger sa durée jusqu’au 10 mai prochain. (Douma)

Sega publie une analyse sur les nombreux commentaires de certains politologues et historiens bulgares qui profitent de chaque crise internationale pour prévoir de futurs cataclysmes et même une Troisième guerre mondiale. Le journal qualifie ce type de discours comme étant une propagande et manque de responsabilité envers l’opinion publique. (Sega)

Justice

Lors d’un point de presse tenu au Palais de justice hier, le chef du Parquet spécialisé, Ivan Guechev, le président de la commission de répression de la corruption et de la confiscation des biens acquis de manière illégale, Plamen Gueorguiev, ont expliqué que selon les informations dont ils disposaient, Dessislava Ivantcheva, maire de l’arrondissement de Mladost, arrêtée de manière spectaculaire au centre de la ville, avait demandé initialement un dessous de table d’1,1 millions d’euros, réduit à la suite de négociations à 500 000 euros, à un entrepreneur « d’esprit européen » envisageant de construire quatre bâtiments dans l’arrondissement de Mladost. Lors de son arrestation, il a été établi que les doigts de la maire de l’arrondissement de Mladost et de son adjointe étaient couverts de la poudre de détection fluorescente utilisée pour marquer les billets de banques trouvés dans sa voiture. Peu après la remise dudit montant aux deux dames, l’intermédiaire Petko Dulguairov, ancien maire de l’arrondissement de Mladost, avait été arrêté en possession d’une partie des billets de banque marqués et procédé aux aveux. Ces trois personnes sont pour l’instant mises en cause pour avoir demandé un dessous de table d’un montant très important et encourent une peine d’emprisonnement de 10 à 30 ans, la confiscation d’une partie ou de tout leur patrimoine et la privation de droits. L’hypothèse de leur participation à une association de malfaiteurs est également étudiée. (tous média)

Interrogée au sujet de l’arrestation de Dessislava Ivantcheva et de son adjointe, obligées de rester menottées pendant six heures devant le Palais des sports et de subir des actes de procédure jusqu’à quatre heures du matin, Ivan Guechev a assuré que le Code de procédure pénale impliquait la prise de ces mesures. (tous media)

Quelques heures après le point de presse au Palais de justice, dans une déclaration, les conseillers municipaux du GuERB ont souligné que « les faits établis par le Parquet spécialisé révèlent une forme grave de corruption et suscitent une indignation fondée ». En outre, ils appellent les conseillers municipaux des partis (DBF, PSB, Les verts et Nouvelle Bulgarie) soutenant de manière systématique la maire de l’arrondissement de Mladost d’assumer la responsabilité. (tous media)

Dans une interview accordée à Standart, Parvan Simeonov, politologue et directeur de Gallup International Bulgarie, a considéré qu’à la suite de l’arrestation spectaculaire de la maire de Mladost, une tentative de stigmatiser tout effort de protection des espaces urbains, tout esprit pro-occidental et libéral a été faite. Selon M. Simeonov, Mme Ivantcheva est « l’exemple de ce qui peut arriver à ceux qui s’imaginent pourvoir et être prêt à faire du fait de leur soutien par la société. Cependant, nous ne devons pas admettre que cette affaire disqualifie la colère judicieuse des gens contre le bétonnage des espaces ». (Standart)

Le Parquet près le Tribunal de grande instance de Sofia a introduit un acte d’accusation à la Cour spécialisée contre l’ancien chef de l’Agence de l’infrastructure routière, Lazar Lazarov. Celui-ci est accusé de négligence délibérée ayant occasionné à l’Etat des préjudices évalués à 41,65 millions de leva. Les éléments retenus par le Parquet contre M. Lazarov visent plus particulièrement le marché public d’activités supplémentaires, organisé entre août 2014 et juin 2015 dans le cadre de la construction du lot 1 de l’autoroute Trakia. L’enquête contre lui était ouverte fin 2016, à la suite d’un signalement envoyé par l’OLAF. (Troud)

Balkans

Nouvelle réunion du « Quatuor balkanique » : les premiers ministres de la Bulgarie, la Grèce et la Roumanie et le président serbe s’entretiendront la semaine prochaine à Bucarest, annonce 24 tchassa. Lors de cette 3e rencontre dans ce format, ils aborderont trois grands projets d’infrastructure : le gazoduc TAP et les connexions entre la Bulgarie et la Grèce ; la construction d’un terminal de gaz liquéfié au port grec d’Alexandroúpolis et le corridor ferroviaire liant les villes grecques de Thessalonique, Kavala et Alexandroúpolis avec les villes bulgares de Bourgas, Varna et Rousse. Ce corridor devrait avoir également des connexions vers Bucarest et Belgrade. (24 tchassa)

International

La présidente de l’Assemblée nationale est en visite aux Etats-Unis. Hier, elle s’est entretenue avec le président de la Chambre des représentants des États-Unis. Tsveta Karayantcheva et Paul Ryan ont abordé la possibilité de levée du régime des visas pour les citoyens bulgares. (24 tchassa)

Dans Troud, Kouzman Iliev livre son analyse de ce qui s’est passé en Syrie. Selon lui, « les frappes de la coalition occidentale des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la France représentent un camouflage des réels processus stratégiques qui se passent sous la superficie du jeu politique mondial pour la suprématie ». (Troud)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les media bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 27/04/2018

Haut de page