Jeudi 1er novembre

Politique

Le directeur de l’Agence d’Etat pour les Bulgares à l’étranger ne sera poursuivi que pour un dessous de table de 5 000 euros et 5 cas de trafic d’influence

Lors d’un point de presse, le procureur adjoint Ivan Guechev a précisé que le directeur de l’Agence d’Etat pour les Bulgares à l’étranger Petar Haralampiev, accusé hier d’être à la tête d’une association de malfaiteurs créée pour délivrer de faux certificats d’origine bulgare, ne sera tenu responsable que d’un dessous de table de 5 000 euros et de 5 cas de trafic d’influence d’un montant de 350 euros chacun. « Nous nous limitons à ce que nous pouvons prouver », a – t– il expliqué en ajoutant qu’ « Al Capone était coupable de quelques meurtres mais n’a pu aller en prison que pour n’avoir pas payé ses impôts. (tous media)

Demande de démissions en raison de la corruption au sein de l’Agence d’Etat pour les Bulgares à l’étranger

Le MDL a déclaré que « c’est au vice-premier ministre Valery Simeonov de donner sa démission à la suite des révélations de la corruption au sein de l’Agence dans la mesure où celle-ci relève de sa compétence ». Le président du parti Volonté Vesselin Marechki a précisé que « Valery Simeonov n’est que le responsable formel, alors que tout dépendait en pratique du vice-premier ministre Krassimir Karakatchanov qui est à la tête de l’Association de malfaiteurs au sein de l’Agence ». Kroum Zarkov du PSB a insisté pour que le parquet enquête sur les liens et les protections politiques au sein de l’Agence en soulignant que la position du parti dépendrait des résultats de cette enquête. Interrogé au sujet des démissions des deux vice-premiers ministres, le président du groupe parlementaire du Guerb Tsvetan Tsvetanov a expliqué que « tout le gouvernement, y compris les deux vice-premiers ministres, a fait preuve de volonté politique de lutte contre la corruption et croit en la capacité des institutions de faire leur travail ». Le GuERB et les Patriotes unis soutiennent la proposition de créer une commission parlementaire ad hoc chargée d’enquêter sur des abus liés à la [procédure de] délivrance de la nationalité bulgare. (tous media)

Les Patriotes unis : les arrestations au sein de l’Agence d’Etat pour les Bulgares à l’étranger constituent un coup politique porté à toute la coalition des Patriotes unis

Selon Volen Siderov, président du groupe parlementaire des Patriotes unis, les arrestations au sein de l’Agence d’Etat pour les Bulgares à l’étranger constituent « un coup politique porté à toute la coalition des Patriotes unis sur laquelle repose le gouvernement ». Youlian Anguelov de l’ORIM a précisé que ce coup venait de la part de « cercles au sein de l’Etat et dans des pays étrangers qui ont toujours œuvré contre la protection des Bulgares à l’étranger qui constitue la cause de l’ORIM ».

Valery Simeonov dit avoir contribué à l’amélioration de la situation des Bulgares à l’étranger et à la révélation des abus au sein de l’Agence compétente

En réponse aux partis qui demandent sa démission, Valery Simeonov a refusé d’assumer la responsabilité relative aux abus de pouvoir au sein de l’Agence d’Etat pour les Bulgares à l’étranger et a rendu compte du travail fait pour améliorer la situation des Bulgares à l’étranger. Il a également précisé avoir signalé, « après avoir consulté mon collègue Karakatchanov », à l’Agence d’Etat de sécurité nationale (DANS), les abus au sein de l’Agence d’Etat pour les Bulgares à l’étranger, dont la directrice de la nationalité bulgare au ministère de la justice, Katia Mateva, l’avait informé. (dnevnik.bg)

Energie

Pas de nouveaux candidats pour le projet de Belene

La procédure de choix d’un investisseur pour la centrale nucléaire de Belene est déjà prête, il ne reste que quelques détails à préciser, a informé la ministre de l’énergie Temenoujka Petkova. La procédure sera d’abord présentée au Conseil des ministres et, ensuite, au parlement. Si elle est approuvée sans ajustements majeurs, sa mise en œuvre pourrait démarrer même avant la fin de l’année. Pour rappel, en juin dernier, le parlement avait chargé la ministre de l’énergie d’élaborer une procédure de sélection d’investisseur et de proposer des options de structuration du projet jusqu’au 31 octobre. Les deux candidats potentiels pour la construction de la deuxième centrale nucléaire bulgare restent le groupe russe Rossatom et le groupe chinois CNNC. (tous media)

Economie

Doing Business 2019 : 59e place pour la Bulgarie

L’édition 2019 de l’étude Doing Business de la Banque mondiale classe la Bulgarie à la 59e place parmi 190 pays du monde entier. Une chute notable par rapport à l’année précédente lorsque le pays occupait la 50e position dans ce classement qui étudie la qualité de l’environnement des affaires. Selon Sega, depuis trois années, il s’agit d’une tendance durable de baisse de l’attractivité du pays pour les entreprises. Parmi ses faiblesses figurent les trop longues et lourdes procédures administratives et les difficultés d’obtention de permis de construire ou de branchement de nouveaux consommateurs au réseau d’électricité. D’après la nouvelle étude, les meilleurs pays pour faire des affaires sont le Singapour, le Danemark et Honkong. Les trois dernières places du classement sont occupées par le Venezuela, l’Erythrée et la Somalie. (tous media)

Exportations d’armes et de munitions

Selon le dernier rapport de la commission interministérielle de contrôle des exportations et de non-prolifération des armes à destruction massive, approuvé hier par le parlement, la Bulgarie a exporté des armes et des munitions à hauteur de 1,291 milliard d’euros. La majeure partie des exportations a été dirigée vers l’Arabie saoudite, l’Inde, les Etats-Unis et l’Irak. Par ailleurs, la Bulgarie a importé de tels produits pour 247 millions d’euros, en provenance notamment de Pologne, de Serbie et de Roumanie. (Sega, bnr.bg)

Europe

La Bulgarie, un partenaire ni convoité, ni haï au sein de l’UE

La Bulgarie n’est pas un partenaire convoité au sein de l’UE : c’est ce qu’indique une étude sur le potentiel de coalition des Etats membres (EU Coalition Explorer), réalisée par le think tank Conseil européen pour les relations internationales auprès de 800 experts européens, dont 36 de Bulgarie. Ne figurant au sein d’aucun format européen durable, la Bulgarie est classée 24e, devant Malte, la Slovénie, la Croatie et Chypre. Sur le plan de son potentiel bilatéral, le pays ne coopère qu’avec la Roumanie. Sofia n’est pas considéré comme un mauvais partenaire : seuls 5% des experts roumains et 4% de ceux de Lettonie et des Pays-Bas estiment le contraire. Dans le même temps, les experts bulgares se disent déçus des partenariats avec les Pays-Bas, la France et la Grande-Bretagne. Sept mois avant les élections européennes, les Etats membres ne réussissent pas à construire des coalitions fortes autour d’objectifs communs durables, constate aussi l’étude. Au contraire, l’Europe reste divisée par des partenariats bilatéraux et le tandem Allemagne-France, les deux pays au potentiel de coalition le plus fort, représente toujours son noyau dur, bien que dans un moindre degré que par le passé. (dnevnik.bg, https://www.ecfr.eu/eucoalitionexplorer)

Dernière modification : 01/11/2018

Haut de page