Jeudi 1er octobre

Coronavirus

Bilan

• Nombre de personnes contaminées : 20 833 (+ 286 en 24h)
• Nombre de guérisons : 14 634 (+ 145 en 24h)
• Nombre de décès : 825 (+ 12 en 24h)

Reprise des conférences de presse hebdomadaires sur la situation épidémique

Les conférences de presse hebdomadaires du centre national opérationnel sur la situation épidémique ont repris leur rythme à partir d’aujourd’hui. Le ministre de la Santé, Pr Kostadin Anguelov, a informé que 10.5% des 7 307 lits réservés à des cas légers d’infection à la Covid-19 sont actuellement occupés. En ce qui concerne les 1 108 lits dans les services de soins intensifs, le taux d’occupation est de 4%. Le nombre de nouvelles infections a augmenté de 57% au cours de la dernière semaine. D’après le ministre, les plus grands risques pour le système de santé sont : le nombre insuffisant de personnel médical, ainsi que la fatigue et l’augmentation des infections au sein du personnel. Parmi les pays membres de l’Union européenne, la Bulgarie se positionne en 8e place en termes de taux de mortalité et en 25e en termes de taux d’incidence.

Hier, le ministre a autorisé la tenue d’événements sportifs en salle en présence de spectateurs, le public n’étant jusque-là autorisé à assister qu’à des événements en plein air. Toutefois, des restrictions seront imposées aux événements en salle : 50% de taux d’occupation des sièges, respect d’une distance de 1,5 mètres et laisser un siège vide entre les spectateurs. (Dnevnik, Sega, bTV)

Politique

L’Union des juges au CSM : il faut lancer une procédure de destitution du procureur général

Dans une déclaration publiée hier, l’Union des juges en Bulgarie, l’association professionnelle regroupant la très large majorité des magistrats du siège (près de 600 membres), appelle le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) à ouvrir une procédure de destitution du procureur général Ivan Guechev. Lors d’une assemblée générale, tenue le 19 septembre dernier, l’Union a pris la décision de demander à chacun des membres du CSM d’évaluer personnellement des faits de notoriété publique, concernant l’activité du procureur général, et de réfléchir à l’ouverture d’une procédure au titre de l’art. 175, alinéa 5 en liaison avec l’art. 173 (cessation avant terme des fonctions) de la Loi sur l’autorité judiciaire. A l’appui, les juges renvoient à des actes concrets du procureur général, qui témoignent notamment de : absence de neutralité politique, atteinte au prestige de l’autorité judiciaire, transformation du Parquet en centre du pouvoir politique, érosion du principe de séparation des pouvoirs, non-respect de principes juridiques fondamentaux dont la présomption d’innocence et la charge de la preuve, etc. (dnevnik.bg)

La Commission européenne a publié un nouveau rapport sur l’État de droit dans tous les États membres

Dans le cadre du nouveau mécanisme européen de suivi, la Commission européenne a publié un premier rapport sur l’État de droit, qui englobe tous les États membres. Ce rapport est élaboré selon quatre axes principaux : les systèmes de justice nationaux, la lutte contre la corruption, la liberté et le pluralisme des médias, la séparation et l’équilibre entre les différents pouvoirs. Les réactions politiques, en Bulgarie, sur le contenu du rapport sont divergentes. D’un côté le GERB a qualifié le rapport d’ « objectif, correct, prenant en compte les résultats effectivement atteints ». Selon la présidente du groupe parlementaire du GERB, Daniela Daritkova « le rapport donne une évaluation positive des efforts du gouvernement en matière de lutte contre la corruption et en ce qui concerne le travail des structures spécialisées au sein des pouvoirs exécutifs et législatifs ». En revanche, selon le PSB, « le rapport sur l’État de droit en Bulgarie fait la description d’un pays gouverné depuis les coulisses - d’une manière corrompue et incontrôlée ». L’eurodéputé PSB/PES, Petar Vitanov souligne « Il est très préoccupant que le GERB ne veuille pas entendre ce que l’Europe veut nous dire ».

La vice-présidente de la République, Iliana Yotova a affirmé que le mécanisme de contrôle et de vérification (MCV) s’appliquera parallèlement au nouveau mécanisme européen de suivi de l’État de droit qui sera imposé à tous les États membres. Dans une interview à la radio nationale, elle a annoncé qu’une résolution, dédiée à la situation en Bulgarie, est en cours de préparation : « une résolution à part, qui ne se réfère qu’à un seul pays, est très rare (…). D’habitude les autorités européennes s’abstiennent d’intervenir dans les affaires intérieures d’un pays, surtout dans le domaine de la politique ». Le Chef de l’État, Roumen Radev a déclaré, devant les journalistes, que « les constatations de Bruxelles ont pris du retard. J’ai fait les mêmes constatations il y a longtemps » (tous médias)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 07/10/2020

Haut de page