Jeudi 22 février

Politique

Le président Radev a opposé son veto aux paragraphes 5, 6 et 7 des dispositions finales et transitoires de la loi d’amendement à la loi sur l’insolvabilité qui prévoit la création, dans la loi sur les établissements de crédit, des dispositions concernant plus particulièrement la banque KTB. Ces dispositions contredisent plusieurs articles de la loi sur les actes normatifs et violent gravement le principe de la non-rétroactivité. Dans ses motifs, il souligne l’absence d’une étude concrète de l’impact de cette loi permettant de voir notamment « combien de garanties seront déclarées nulles, combien de cessions d’actions et de parts seront frappées par la nullité relative et à combien s’élèverait la restitution des actifs de la masse de l’insolvabilité à la suite de l’application de ces mesures de dernier recours. (tous media)

Les réactions au veto présidentiel n’ont pas tardé. Le député Delian Dobrev (GERB) a souligné que son groupe parlementaire se posait la question de savoir si le veto n’était pas lié à la députée Elena Yontcheva, ancienne secrétaire en charge des media du président Radev. Revenant à la charge contre cette députée socialiste qui l’avait accusé de corruption et de népotisme, M. Dobrev se dit convaincu qu’elle a été impliquée dans la spoliation de la banque KTB visée par les dispositions frappées du veto présidentiel. (tous media)

M. Hamid Hamid, député MDL et un des auteurs de ces dispositions, indique : « Nous ne sommes pas d’accord avec ses motifs [du président]. Il y a une méconnaissance des alinéas 5, 6 et 7 de notre projet de loi, ainsi qu’une méconnaissance de l’art. 14 de la loi sur les actes législatifs et réglementaires. Le législateur a indiqué les hypothèses dans lesquelles des dispositions à effet rétroactif peuvent être mises en place, excluant un tel effet dans l’hypothèse de dispositions portant augmentation des sanctions. Nous ne sommes pas dans ce dernier cas de figure. Ce n’est pas vrai que [la loi Peevski] éteint des dettes ou annule des droits. Pour l’extinction ou la compensation des dettes, c’est à la justice bulgare de se prononcer. Nous ne faisons que donner un outil juridique aux liquidateurs afin qu’ils puissent préserver les actifs tant que la justice ne s’est pas prononcée. Il y a actuellement plus de 800 affaires en suspens. » (tous media)

Sur Nova TV, le vice-président du groupe parlementaire du MDL, Yordan Tsonev, a qualifié d’« événement très positif » le grand dynamisme d’un président de la République qui est à son troisième veto depuis le début de l’année. Selon lui, cela montre que le président Radev a décidé de jouer un rôle très actif et que, d’autre part, la qualité des actes législatifs a baissé. Etant lui-même l’un des auteurs des textes objet du veto, il a indiqué que le MDL admettait les observations du président de la République quant à l’effet rétroactif de la loi comme violant les règles de l’Etat de droit. « Nous travaillons actuellement, nous et l’équipe de M. Peevski, afin de répondre aux motifs du président et d’apporter plus de précision », a ajouté M. Tsonev sans expliquer ce qu’il entendait par « l’équipe de M. Peevski ». (dnevnik.bg)

Le Conseil des ministres a validé la candidature du général Dantcho Diakov au poste de chef du Service de protection des hautes personnalités (NSO). Le général Diakov est actuellement conseiller en matière de sécurité militaire du président de la République. Entre 2013 et 2016, il a travaillé au quartier général de commandement de forces interarmées de Brunssum, aux Pays-Bas. (tous media)

Mariana Kotseva, ancienne présidente de l’Institut national de la statistique, a été nommée directrice générale d’Eurostat. Mme Kotseva est la première femme à la tête de cette institution. Une autre femme bulgare, ancienne vice-ministre de l’agriculture dans les gouvernements d’Ivan Kostov et de Simeon Saxe-Coburg-Gotha, Andriana Soukova a été nommée directrice adjointe de la Direction générale de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion de la Commission européenne. (tous media)

La Bulgarie se range à la 71ème place dans le dernier classement de l’organisation internationale « Transparence sans frontières » sur la perception de la corruption qui couvre 180 pays. La perception de la corruption reste la plus faible en Nouvelle Zélande, suivie par le Danemark et la Finlande. La Bulgarie est également précédée par la Hongrie (66), la Roumanie et la Grèce (59) et la Croatie (57). (tous media)

Sous l’intitulé « A quoi bon un tel parlement ? Nos députés adoptent des lois populistes et lobbyistes et se font conseiller par des personnes sans qualification », Svetoslav Spassov analyse les dernières lois adoptées par l’Assemblée nationale dont les textes en dehors de leur objectif lobbyiste reflète l’absence de juristes au Parlement. (Sega)

En réponse aux accusations du PSB d’avoir caché les conclusions d’un rapport établi par l’Agence d’Etat pour la sécurité nationale (DANS) sur des commandes attribuées à des personnes liées à des prix décuplés, relatives à la construction et l’entretien de la clôture le long de la frontière bulgaro-turque, le Parquet indique dans un communiqué qu’il a initié une enquête. Quant au rapport de la DANS, il ne peut pas être rendu public en raison de certaines informations dont la divulgation empêcherait la réalisation de l’enquête. (Sega)

La ville de Sofia recevra 173,5 millions de leva pour quatre projets d’urbanisme, dont 151 millions de leva à titre gracieux. Le financement est assuré par le programme opérationnel Régions en croissance et couvrira la deuxième phase du projet de transports urbains intégrés (125,5 millions de leva) et des projets d’embellissement du centre-ville (rue Graf Ignatiev, places Slaveïkov et Garibaldi, la zone autour de la cathédrale St Alexandre Nevski, etc.). (tous media)

Sous l’intitulé « Polémique », 24 Tchassa ouvre un débat sur la place du passé récent dans la vie politique de nos jours. « Le GERB combat le communisme, le PSB le fascisme, les Patriotes le joug turc, le MDL le processus de changement forcé des noms turcophones. Mais qui combat aujourd’hui la corruption ? », interroge Kiril Borissov en soulignant que quand on est incapable de faire de la politique pour les générations réelles, on le fait sur le dos des générations passées. (24Tchassa)

Santé

Au cours des deux dernières années, plus de 660 patients bulgares n’ont pas été pris en charge par des établissements hospitaliers dans les autres pays européens en raison des dettes accumulées par la Caisse nationale d’assurance-maladie envers ces derniers. A certains de ces patients, les prestataires étrangers avaient demandé de prépayer les soins, ce qui était contraire aux règles. C’est ce qu’a déclaré le directeur de la Caisse, Kamen Plotchev, lors de son audition devant la commission parlementaire de la santé. Il a également expliqué que sa récente lettre aux députés n’avait visé nullement d’obtenir une actualisation du budget de l’assurance-maladie, mais simplement d’attirer l’attention sur un problème particulièrement grave, celui des montants considérables dus aux institutions partenaires européennes. Critiqué par la présidente de la commission de la santé, Daniela Daritkova (GERB), pour sa méconnaissance des procédures administratives, Kamen Plotchev a reçu un soutien chaleureux de la part des députés socialistes pour son courage de soulever ouvertement un débat sur un problème important. (tous media)

Europe

Le gouvernement a annoncé hier la position de la Bulgarie sur la redistribution des sièges au Parlement européen après le Brexit qui serait défendue par le premier ministre lors de la réunion informelle des Chefs d’Etat et de gouvernements, qui se tient aujourd’hui et demain à Bruxelles. Selon Sofia, 46 des 73 sièges qui seront libérés devraient être gardés « libres » en cas d’un futur élargissement de l’Union européenne, éventuellement avec des pays des Balkans occidentaux. Les 27 sièges restant devraient être répartis entre les Etats membres. Si une telle proposition était acceptée, le nombre des députés bulgares resterait inchangé : 17. Une des propositions du Parlement européen prévoit que 46 des sièges actuellement détenus par des élus britanniques soient réservés en 2019 pour des élus par des listes transnationales. La Bulgarie s’oppose à une telle proposition en argumentant que la création de telles listes nécessite la révision des traités de l’UE. Telle est la position du PPE. (24 tchassa, Mediapool)

Dnevnik rend compte de l’étude sur la cohésion au sein de l’UE réalisée par l’ECFR (European Council on Foreign Relations). En dix ans, la Bulgarie s’est davantage rapprochée des autres Etats membre s’agissant du bénéfice de fonds européens qu’au regard de la connectivité individuelle entre les citoyens européens (maîtrise de langues étrangères, voyages à l’étrahger, etc.). Selon le rapport, malgré la crise financière et la pression migratoire, les liens entre les sociétés européennes restent bien tissés et l’Union devient plus forte. (Dnevnik)

International

Le ministre des affaires étrangères de l’Arabie Saoudite s’est entretenu hier à Sofia avec le président de la République, le premier ministre et avec son homologue bulgare. Boïko Borissov a souligné les domaines d’intérêt commun : l’agriculture, les parcs d’affaires, les zones industrielles, l’infrastructure, le tourisme et le transport. (tous media)

Le président de la République et l’Ambassadeur américain en Bulgarie se sont entretenus hier pour discuter du processus de modernisation des forces armées bulgares. La coopération bilatérale dans le domaine de la sécurité, la situation en Europe du Sud-Est et la crise au Moyen Orient figuraient également parmi les thèmes de l’entretien. (BNT, 24 tchassa)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les media bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 23/02/2018

Haut de page