Jeudi 24 septembre

Coronavirus

Bilan

• Nombre de personnes contaminées : 19 283 (+ 160 en 24h)
• Nombre de guérisons : 13 867 (+ 119 en 24h)
• Nombre de décès : 779 (+ 12 en 24h)

Prorogation de l’état d’urgence épidémique jusqu’à la fin novembre

Le gouvernement a décidé de proroger l’état d’urgence épidémique, censé expirer le 30 septembre, jusqu’à la fin novembre. Parallèlement, et une semaine après la rentrée scolaire, des dizaines de classes dans les écoles et les lycées du pays ont été placées en quarantaine. Le ministre de la Santé, Kostadin Anguelov, a commenté qu’aucun renforcement des mesures antiépidémiques dans les établissements scolaires n’est prévu pour l’instant. (tous médias)

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies a placé, aujourd’hui, la Bulgarie dans le groupe des pays européens à haut risque de Covid-19, notamment pour les personnes vulnérables. (Dnevnik)

Politique

« Justice sans casquette » : le nouveau slogan des manifestants

À l’initiative du mouvement « Justice pour tous », un nouveau slogan est né le 77e jour des manifestations de protestation antigouvernementales. La campagne « Justice sans casquette », allusion à la casquette portée par le procureur général Ivan Guechev, mettra l’accent sur les démissions revendiquées de celui-ci et du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), ainsi que sur le besoin impératif d’une véritable réforme de la justice. La nouvelle campagne, à laquelle se sont associés le parti « Bulgarie démocratique » et l’association « Boets », aura lieu tous les mercredis.

Par ailleurs, face à l’insistance des députés PSB d’inviter le procureur général à une audition, la présidente de l’Assemblée nationale Tsveta Karayantcheva (GERB) a affirmé que M. Guechev serait prêt à présenter son rapport après le 8 octobre prochain. Toutefois, une résolution du parlement, adopté le 23 juillet dernier, engage M. Guechev à se présenter devant les députés avant fin septembre, rappelle Douma.

Le gouvernement a proposé la candidature de Tsanko Stoikov au poste de directeur adjoint de la défense

Lors de la réunion du Conseil des Ministres ce mercredi, le gouvernement a approuvé la proposition de nomination du général Tsanko Stoikov au poste de directeur adjoint de la Défense. M. Stoikov est actuellement commandant des forces armées aériennes et auparavant, il était attaché militaire aux États-Unis, rappelle le journal 24 heures. Au début de l’année, le nom de M. Stoikov a été mentionné dans une affaire relative à la vérification effectuée par la commission anti-corruption à propos (i) de la nomination de Desislava Radeva (épouse du président de la République Roumen Radev) au poste de communicante des forces aériennes et (ii) de la mise à disposition à Mme Radeva d’un appartement de service. La voix du commandant avait été enregistrée lors d’une conversation avec le Président de la République, à l’aide des techniques spéciales d’enquête. Au mois de janvier 2020 le Parquet spécialisé avait expliqué que M. Stoikov était mis sur écoute dans le cadre d’une enquête reposant sur le soupçon qu’il « s’est entendu avec une ou plusieurs personnes afin de commettre des crimes dans le pays ou à l’étranger » (24 heures)

L’interview devant la bTV du vice premier ministre, Tomislav Dontchev

« Le maintien du gouvernement au Conseil des ministres provoque des dommages politiques – cela érode le soutien vis-à-vis du parti et vis-à-vis d’une grande partie des personnalités politiques de ce cabinet » a affirmé le vice premier ministre, Tomislav Dontchev dans le studio de la bTV. « Le gouvernement ne doit pas s’obstiner à rester au pouvoir, l’objectif premier d’un gouvernement ne doit pas être celui de garder le pouvoir, il doit faire son travail de la meilleure manière possible », a-t-il ajouté. En ce qui concerne la proposition du vice-premier ministre et président du parti ORIM, Krassimir Karakatchanov, qui insiste sur la réconciliation entre le Président de la République et le premier ministre et la formation d’un gouvernement d’experts, susceptible « d’apaiser les tensions au sein de la société », M. Dontchev a déclaré que la question la plus importante est « la question de la responsabilité – qui va soutenir ce gouvernement et qui va assumer la responsabilité ».

Quant à la création du nouveau parti de l’ancien numéro deux du GERB, Tsvetan Tsvetanov, M. Dontchev a affirmé que « le soutien des citoyens ne peut pas être réduit à une technologie électorale, c’est avant tout un soutien pour des personnes et des idées ». M. Dontchev a réfuté les suppositions selon lesquelles le GERB se maintient au pouvoir afin d’exploiter les fonds européens qui seront attribués dans le cadre du plan de relance européen. Selon lui, les fonds ne pourront être utilisés que par le gouvernement suivant tandis que le gouvernement actuel a pour seule responsabilité de préparer un plan pour leur absorption et leur répartition. (bTV)

Balkans

Le premier ministre macédonien souhaite rencontrer son homologue bulgare avant le sommet dans le cadre du Processus de Berlin

Le premier ministre macédonien Zoran Zaev se rendra à Sofia pour sa première visite officielle après sa réélection à ce poste. Il s’entretiendra avec son homologue bulgare Boïko Borissov sur la tension provoquée par certaines questions historiques, dans le contexte de l’ouverture de négociations d’adhésion avec l’UE. Sans indiquer de date précise, M. Zaev a expliqué, dans une interview télévisée, que la rencontre devrait avoir lieu avant les 10 et 11 novembre, lorsque Skopje et Sofia présideront conjointement à Sofia le sommet européen organisé dans le cadre du Processus de Berlin.

La Bulgarie a menacé de bloquer la route de Skopje vers l’UE si un consensus n’est pas atteint sur les principaux points d’histoire commune. La commission conjointe bulgaro-macédonienne, créée conformément au Traité de bon voisinage (2017), a suspendu ses travaux l’année dernière, à la demande de la partie macédonienne. Récemment, le vice-premier ministre Krassimir Karakatchanov, a rappelé que la Bulgarie ne cèderait pas sur les points les plus sensibles (notamment la langue et les origines de Gotse Deltchev) et serait prête à bloquer la première conférence intergouvernementale sur l’adhésion de la Macédoine à l’UE. Ses propos sont restés sans commentaire. (dnevnik.bg)

International

Deux diplomates russes seront expulsés pour espionnage, pour la troisième fois en un an

Le Ministère bulgare des Affaires étrangères a déclaré deux diplomates russes basés à Sofia « personae non gratae », leur donnant 72 heures pour quitter le pays. Cette annonce intervient peu après l’information du Parquet, selon laquelle deux Russes avaient recueilli, depuis 2016, des informations confidentielles sur les plans de modernisation de l’armée bulgare et la maintenance de ses capacités techniques, dans le but de les transmettre aux services russes de renseignement militaire. Les deux Russes ont également eu des contacts avec des Bulgares ayant accès à ce type d’information, auxquels ils promettaient et donnaient, dans certains cas, de l’argent. Selon des sources citées par le quotidien 24 Heures, il s’agit des attachés de commerce adjoints Serguei Nikolashin et Vadim Bykov. Ainsi, le nombre de diplomates russes expulsés depuis octobre 2019 atteint les cinq personnes.

L’Ambassade de Russie à Sofia a qualifié les motifs d’expulsion de ses diplomates d’« accusations fabriquées ». « Nous y voyons une tentative intentionnelle de détériorer l’interaction constructive russo-bulgare », écrit l’ambassade russe, en ajoutant que des contre-mesures seront annoncées plus tard. Pour sa part, Léonid Sloutsky, président de la commission des affaires étrangères au sein de la Douma d’État (chambre basse du parlement russe) a commenté que « la démarche de Sofia […] ne restera pas sans réponse symétrique du côté russe ».

Interrogé à ce sujet, le premier ministre Boïko Borissov a déclaré avoir prévenu le président russe Vladimir Poutine, il y a quelques années, qu’il y a « des choses inadmissibles » en Bulgarie et que « toute personne qui essaye d’espionner […] sera renvoyée ». À son tour, le Président Roumen Radev, a commenté que « la primauté de l’intérêt national et la protection de la sécurité nationale sont une priorité absolue ». Il a exprimé l’espoir que les services de sécurité et le Parquet ont recueilli des preuves suffisantes « afin de minimiser les conséquences diplomatiques ». (tous médias)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 24/09/2020

Haut de page