Jeudi 26 septembre

Élections municipales

La candidature de Dessislava Ivantchéva aux élections jugée non recevable

La Commission électorale municipale de Sofia a refusé à Dessislava Ivantchéva, candidate à la mairie de Sofia, de participer au scrutin d’octobre prochain. Les raisons : les documents d’inscription aux élections sont parvenus avec sept minutes de retard après le délai final, et une partie du dossier n’est pas dans le bon format. La candidature de Mme Ivantchéva ayant été présentée au nom du Parti chrétien-démocrate, tous les autres candidats de ce parti au conseil municipal et aux mairies d’arrondissements se sont également vu refuser l’inscription. Mme Ivantchéva a affirmé que ses documents avaient été déposés 15 minutes à l’avance et a déclaré qu’elle ferait appel contre la décision de la commission électorale. Elle a en outre nié avoir fait exprès de se voir refuser l’inscription, par peur de se présenter au scrutin. (tous médias)

Justice

Le procureur général demande la réouverture du dossier de la mise en liberté anticipée de Jock Palfreeman (suite)

La Cour de cassation a refusé de rouvrir l’affaire de la mise en liberté conditionnelle de Jock Palfreeman. Considérant que le dossier envoyé par le Parquet n’est pas complet (3 volumes de pièces mais pas de document attestant la notification à l’intéressé de la demande de réouverture formulée par le procureur général), la Cour l’a renvoyé hier soir à la première instance, le Tribunal de grande instance de Sofia. Aujourd’hui, une fois les formalités de notification exécutées, le dossier a fait le chemin inverse, jusqu’à la Cour de cassation. Entretemps, Jock Palfreeman, sorti de prison depuis la semaine dernière, reste placé au centre d’hébergement de la police nationale à Bousmantsi (Sofia), en attente d’un passeport valide que devrait lui procurer l’ambassade d’Australie à Athènes.

La position, exprimée hier par le collège des juges auprès du CSM, à l’égard de la demande de démission des trois juges qui avaient statué sur la libération anticipée conditionnelle de l’Australien Jock Palfreeman, déposé par le parti ORIM, fait l’objet d’une déclaration de l’Union des juges en Bulgarie (UJB), la plus grande organisation professionnelle de magistrats. On y appelle les membres du collège des juges auprès du CSM à démissionner en bloc pour avoir failli à leur engagement constitutionnel de défendre le juge. « Au lieu de lui apporter une défense, le CSM fait comprendre au juge que s’il ne rend pas ses décisions en conformité avec l’opinion publique et les souhaits de certains partis politiques et de leurs dirigeants, il sera bafoué, voué aux gémonies, physiquement poursuivi et maltraité et la seule réaction du collège des juges sera de coopérer aux poursuites disciplinaires contre lui », indique l’UJB dans sa déclaration. « Non seulement vous ne remplissez pas votre mission, mais vous vous ralliez à une pression politique et sociale sans précédent concrètement sur une formation de juges et, en général, sur la justice, une pression qui cherche à instrumentaliser, pour diverses raisons et à des fins différentes, le drame d’une famille bulgare. Vous détruisez les fondements de l’Etat de droit : la primauté de la loi et l’indépendance de la justice », souligne l’AJB.

Plusieurs juristes ont également commenté les rebonds de l’« affaire Palfreeman » et expriment leur inquiétude quant à l’instrumentalisation de ce dossier.

Zdravka Kalaïdjieva, ancienne juge a la Cour européenne des droits de l’homme : « C’est très inquiétant, on se sert de ce dossier pour déclencher une attaque personnelle contre des juges.

Kapka Kostova, ancienne juge à la Cour suprême de cassation : « Dans l’affaire Palfreeman, la Cour [d’appel] a fait son travail, en prenant en compte l’ensemble des éléments. Ses motifs ne sont pas fortuits. La mise en liberté de Palfreeman n’est pas une exception, il existe de tels cas dans tout le pays ». (tous media)

Politique

Manifestation contre la candidature d’Ivan Guéchev à la tête du Parquet

Une nouvelle manifestation, organisée hier par l’initiative « Justice pour chacun », contre l’unique candidat à la succession de Sotir Tsatsarov en tant que procureur général, a réuni plusieurs milliers de personnes dans le centre-ville de Sofia. La prochaine manifestation est prévue pour le 8 octobre. Les organisateurs ont annoncé une autre manifestation pour le 24 octobre, date à laquelle le Conseil supérieur de la magistrature tiendra un vote sur le prochain procureur général, si la candidature d’Ivan Guéchev n’est pas retirée d’ici là. (tous médias)

International

Kristalina Gueorguieva nommée à la tête du FMI

L’actuelle directrice générale de la Banque mondiale, Kristalina Gueorguieva, a été nommée au poste de directrice générale du Fonds monétaire international (FMI). Elle entamera son mandat de cinq ans à partir du 1er octobre prochain. Mme Gueorguieva devient ainsi la deuxième femme à la tête du FMI après Christine Lagarde. « C’est un exploit énorme pour la Bulgarie », a commenté à cette occasion le premier ministre, Boïko Borissov, depuis la Corée du Sud, où il est en visite officielle, tout en félicitant Mme Gueorguieva pour la nomination. (tous médias)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 26/09/2019

Haut de page