Jeudi 28 mai

Coronavirus

Bilan

  • Nombre de personnes contaminées : 2477 (+17 en 24h)
  • Nombre de personnes guéries : 965 (+53 en 24h)
  • Nombre de décès : 134 (+1 en 24h)

Le gouvernement et le centre national opérationnel envisagent de mettre fin, dans les prochaines semaines, à la quatorzaine obligatoire pour les personnes en provenance de l’étranger. C’est ce qu’a annoncé ce matin l’inspecteur général de santé, le Pr Anguel Kountchev, en ajoutant que l’obligation de porter un masque dans les espaces fermés et les mesures de désinfection resteraient en place. L’allègement des contrôles aux frontières permettra de réorienter les efforts vers la détection précoce et le suivi des contacts.

Europe

La Bulgarie pourrait obtenir jusqu’à 12 milliards d’euros du plan de relance de l’UE

La Bulgarie pourrait recevoir jusqu’à 12 milliards d’euros du Fonds de relance de la Commission européenne, écrit Dnevnik en se référant à un document cité par l’agence de presse allemande DPA. 9,2 milliards d’euros viendraient sous forme de subventions, alors que 3,1 milliards seraient distribués en tant que prêts. Pour obtenir cet argent, la Bulgarie devra présenter des projets qui détailleront la manière dont les sommes seront dépensées. Selon 24 Heures, qui cite le « document interne définitif » de la Commission européenne, la Bulgarie recevrait 15 milliards d’euros au total, tandis que sa contribution au Fonds serait à hauteur de 3,3 milliards d’euros. (Dnevnik, 24 Heures)

International

Le ministère des Affaires étrangères se joint aux critiques contre une exposition russe

La Bulgarie réagira par le biais de son Ministère de la Culture à l’exposition « La source de la culture slave », organisée au Centre russe pour la culture et l’information à Sofia, a déclaré la ministre des Affaires étrangères, Ekatérina Zahariéva. « Nous soutenons entièrement la position de l’Académie bulgare des sciences et de plusieurs scientifiques, historiens et linguistes bulgares qui se sont prononcés sur ce sujet », a-t-elle ajouté. Ses propos font suite à l’inauguration, à la veille de la fête du 24 mai, célébrant la culture et l’alphabet bulgares et l’œuvre des saints frères Cyrille et Méthode, de l’exposition en question, et aux vives réactions négatives suscitées. L’exposition a été condamnée par l’Académie bulgare des sciences (ABS) comme « une altération inadmissible de la vérité historique et scientifique ». L’ABS proteste, entre autres, contre la présentation des saints frères comme « des réformateurs de l’alphabet slave », « des créateurs de la langue slavone liturgique », « premiers propagateurs de l’éducation en Russie ». Interrogé à ce sujet, le président de la République, Roumen Radev, a rappelé ses propos de l’année dernière : « La Russie a reçu son écriture de la Bulgarie ».

Justice

Les autorités bulgares et Vassil Bojkov croisent le fer

Les autorités bulgares ont engagé la responsabilité pénale du fugitif Vassil Bojkov sur sept nouveaux chefs d’inculpation (18 chefs d’inculpation en tout). M. Bojkov est accusé d’avoir dirigé un groupe de malfaiteurs dans laquelle trois autres personnes ont été impliquées et dont l’activité était liée à « des assassinats commandités et des extorsions – à l’intimidation et l’incitation au meurtre de quatre personnes et à une tentative de viol et autres crimes graves ».

Plus tard dans la journée, Vassil Bojkov a annoncé qu’il va traduire l’État en justice pour la manière négligente dont sa collection privée a été saisie. Pour mémoire, les objets appartenant à sa collection ont été enveloppés dans des sacs en plastique, les autorités n’ayant selon lui pas pris les mesures appropriées pour protéger les antiquités, d’une valeur inestimable. M. Bojkov a décidé d’attaquer l’État devant les tribunaux internationaux, au motif que la détérioration du patrimoine culturel est considérée comme un « crime contre l’humanité » selon la Convention de la Haye de 1954 et la Convention pour la protection du patrimoine mondial de 1972.

Le Parquet spécialisé refuse d’enquêter sur Tsvetan Tsvetanov

Le parquet spécialisé a annoncé aujourd’hui sa décision de mettre fin à l’enquête contre l’ancien vice-président du GERB, Tsvetan Tsvetanov, dans le cadre de l’affaire "Apartmentgate", suite à laquelle il a été démis de ses fonctions de député et membre du parti politique. La décision du Parquet de ne pas ouvrir une procédure pénale s’appuie sur le motif qu’il manque des données pertinentes relatives aux infractions pénales commises. (Mediapool)

Reporters sans frontières protestent contre les attaques visant le propriétaire d’Economedia

Le 22 mai, l’organisation « Reporters sans frontières » a condamné sur Twitter « la pression politique croissante sur le groupe de presse indépendant Economedia, éditeur de Capital et Dnevnik ». Les publications évoquent « le gel de comptes bancaires et de certains actifs privés de son fondateur Ivo Prokopiev et de la directrice exécutive Galia Prokopieva […] à la demande d’autorités, sous contrôle politique ». Dans le même temps, l’organisation saluait « la nouvelle selon laquelle la Commission européenne maintient le mécanisme de suivi vis-à-vis de la Bulgarie du fait de l’absence de progrès dans la lutte contre la corruption politique : la pression sur des media indépendants relève du même problème, la mise en œuvre de l’Etat de droit ». Dans le classement 2000 de la liberté de la presse, la Bulgarie occupe la 111e place.

Mécontent de cette réaction des Reporters sans frontières, le président de la Commission de lutte contre la corruption, Sotir Tsatsarov, à l’origine du gel des avoirs de 450 000 leva des Prokopiev, a envoyé une lettre au président de l’association, Pierre Haski. Soulignant l’existence de deux affaires pénales engagées contre M. Prokopiev, M. Tsatsarov indique que les saisies demandées n’ont rien à voir avec les media édités et le patrimoine d’Economedia. « M. Prokopiev dispose de l’ensemble des voies de recours prévues, comme toute autre personne dans une procédure de confiscation de biens illégalement acquis. Mais il me semble que son droit à la défense devrait au moins exclure la spéculation selon laquelle on porte atteinte à la liberté de la presse », conclut M. Tsatsarov.

Balkans

La Turquie crée une zone militaire à 5 km de la frontière bulgare

La Turquie a déclaré « zone militaire interdite de 2e degré » une bande de 20 km2, située le long de la frontière avec la Bulgarie. Selon BTA, la zone est située à 5 km de la frontière, sur le territoire de la région de Kirklareli, et descend jusqu’à la mer Noire, aux environs de Beyendik, dernier village turc, face au village bulgare de Rezovo.

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 28/05/2020

Haut de page