Vendredi 29 novembre

Politique

Marche arrière sur la mise en place d’un concours centralisé d’admission à la fonction publique

Iconomist consacre le thème de son numéro de la semaine au projet législatif visant à supprimer, avant même qu’il ne soit mis en place, le concours centralisé d’admission de nouveaux fonctionnaires publics. Actuellement, toutes les institutions organisent leurs propres concours d’admission. Un projet de concours centralisé, prévoyant des tests en ligne, censés garantir l’objectivité de la procédure, avait été adopté en 2016 et devait entrer en vigueur en octobre dernier. Pourtant, l’ORIM a introduit, entre la première et la deuxième lecture de la loi sur le budget 2020, un amendement législatif visant à supprimer le concours centralisé. Le budget pour l’année prochaine ne prévoit pas non plus de moyens pour l’organisation de ce concours. Selon Iconomist, le recrutement dans la fonction publique est un sujet « très sensible pour tous les politiciens » car « les partis [politiques] assurent ainsi leur influence ». (Iconomist)

Culture

Exposition bulgare au Musée du Louvre en 2020

Une exposition d’objets d’art bulgares sera organisée au musée du Louvre l’année prochaine, selon le ministère de la Culture. L’exposition, dont l’intitulé indicatif est « Art et cultures en Bulgarie (16e-18e siècles) », mettra en honneur une soixantaine d’objets emblématiques de cette période. L’exposition aura lieu de la fin juin à novembre 2020 voire à janvier 2021, en fonction des moyens des deux parties et des institutions impliquées dans la réalisation de ce projet. Dans une lettre adressée au ministre de la Culture, Boïl Banov, le président-directeur du musée du Louvre, Jean-Luc Martinez, se félicite de cette coopération et se dit convaincu de son succès. Ce sera la troisième exposition bulgare au musée du Louvre, après celles organisées en 2015 sur les rois de Thrace et en 2018 sur le Premier empire bulgare. (Club Z, 24 Heures, Troud, Monitor)

Economie

Entretien avec le président de la chambre de commerce et d’industrie franco-bulgare

« : L’intérêt de la France envers la Bulgarie n’a pas été aussi grand depuis l’époque de Mitterand » Le président de la chambre de commerce et d’industrie franco-bulgare (CCI), Stéphane Delahaye, a donné une interview pour le journal « Troud » à l’occasion de la dégustation de la nouvelle récolte du Beaujolais Nouveau. Il y évoque notamment sa vie en Bulgarie, souligne aussi les activités et le développement de la CCI durant l’année 2019 (satisfaites, les entreprises françaises n’envisagent pas de quitter le pays, mais au contraire veulent augmenter même leurs investissements), ou encore les difficultés que les entreprises françaises rencontrent en Bulgarie (manque de main d’œuvre), ainsi que les secteurs les plus recherchés par les entrepreneurs français. La discussion s’est enfin terminée sur le sujet des progrès des relations commerciales bilatérales, dans le contexte des bouleversements sur la scène politique européenne. M Delahaye a conclu en rappelant que la Bulgarie est un des pays les plus anciens en Europe et a un rôle incontestable dans l’UE en tant que protectrice de ses frontières. (Troud)

Europe

La question de la ratification de la convention d’Istanbul

Le parlement européen a adopté une résolution en faveur de l’adhésion de l’Union européenne à la Convention d’Istanbul. La convention est le plus large accord international sur la criminalisation des violences faites aux femmes. L’union européenne appelle les 7 pays (dont la Bulgarie) qui ont refusé de ratifier la Convention, à donner sans tarder un cadre législatif à l’accord dans leur pays. La ratification de la part de l’ensemble des pays s’avérant très difficile, la Commission européenne a suggéré de passer d’un vote à l’unanimité à un vote de majorité qualifiée, soit l’accord obtenu de 55 % des pays qui représentent au moins 65 % de la population de l’UE. Selon le journal « 24 heures », la Bulgarie refuse d’introduire la Convention dans sa législation du fait de la mauvaise compréhension du contenu du document, voire même de son interprétation volontairement déformée. (24 heures)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 29/11/2019

Haut de page