Jeudi 30 mai

Élections européennes

Résultats officiels

La Commission électorale centrale a adopté une décision annonçant les résultats définitifs du scrutin du 26 mai et la répartition des mandats entre les partis politiques. Cette dernière réserve au GuERB six députés, au PSB - cinq, au MDL – trois, à l’ORIM – deux, et à Bulgarie démocratique - un. Cette décision confirme les résultats déjà annoncés : GuERB - 31,07%, PSB - 24,26%, MDL - 16, 55%, ORIM - 7, 36%, Bulgarie démocratique - 6,06% et le taux de participation de 33,28%. Les titulaires seront annoncés, vendredi, après le calcul de toutes les préférences et la prise en compte des désistements. (tous media)

Bilan des dépenses de campagne électorale dans les media
Les partis politiques, les coalitions et les candidats indépendants ont dépensé un total de 3 281 413 leva (hors TVA) pour la campagne électorale dans les media, selon les données recueillies par le site web Open Parliament, de l’Institut pour le développement de l’environnement public. Le PSB se place en première position en termes de dépenses avec 681 896 leva, suivi par la coalition « Volonté » de Vesselin Marechki avec 597 180 leva. Le GERB occupe la troisième position avec 494 502 leva, suivi par l’ORIM (417 132 leva), Bulgarie démocratique (193 069 leva) et le MDL (156 570 leva).

Les trois télévisions nationales ont reçu la part la plus importante des dépenses : bTV (712 106 leva), Nova (627 675 leva) et BNT (289 139 leva). Parmi les journaux, c’est Troud (108 111 leva) et 24 Heures (97 143 leva) qui ont enregistré le plus de recettes issues de publicité électorale. Les montants n’incluent pas la TVA. Treize media n’ont pas publié les données sur les contrats de publicité qu’ils ont signés, malgré leur obligation légale de le faire. (Dnevnik, Svobodna Evropa)

Politique

Retour du PSB au Parlement

Après plus de trois mois de boycott de l’Assemblée nationale, le PSB revient au parlement. Le Conseil national du parti a approuvé, mardi dernier, le retour des députés socialistes au parlement et leur participation aux sessions plénières (depuis ce jour), ainsi qu’aux réunions des commissions législatives (depuis hier). Le PSB déposera des amendements relatifs aux compétences du procureur général et à la législation sur la lutte contre la corruption, et demandera la démission du ministre des Finances, Vladislav Goranov, en raison de la majoration des subventions versées aux partis politiques. (tous media)

Dans une interview pour 24 Heures, Anguel Naïdénov, membre du Conseil national du PSB, analyse les raisons de la défaite des socialistes aux élections européennes et la démission de la présidente du parti, Kornélia Ninova. Il qualifie le boycott du parlement comme « une grave erreur politique » du fait des « capacités surévaluées du PSB d’attirer le vote contestataire et de l’évaluation erronée de la situation comme révolutionnaire ». Selon lui, la proposition d’élire un nouveau président du parti au scrutin uninominal direct, à quelques mois des élections municipales, jetterait le PSB dans le chaos. Il estime par ailleurs qu’à l’occasion du scrutin du 26 mai dernier, le PSB a fait « une mauvaise campagne avec des messages erronés, menée de manière erronée ». (24 Heures)

Démission de Tsvetan Tsvetanov

Deux mois après l’AppartementGate et quatre jours après les européennes, Tsvetan Tsvetanov, numéro deux du GuERB, et plus proche collaborateur du premier ministre Boïko Borissov, président de ce parti, a donné sa démission « de tous les postes de responsabilité au sein du parti ». Ainsi, deux mois après avoir démissionné de son poste de député et de président de la commission de la sécurité intérieure et de l’ordre public, M. Tsvetanov se retire de la vie politique. Selon le communiqué de presse, cette décision a été prise à la suite d’un entretien avec le premier ministre qui aurait remercié M. Tsvetanov pour le travail réalisé pendant des années. Le centre de presse du GuERB refuse de commenter les raisons à l’origine de cette décision et renvoit vers le premier ministre. (tous media en ligne)

La CAS a annulé la méthodologie relative à la détermination des sanctions infligées aux bénéficiaires de fonds au titre du Programme de développement des régions rurales.

La Cour administrative suprême (CAS) a déclaré la nullité de la méthodologie relative à la détermination des sanctions infligées à la suite du versement des subventions au titre du Programme de développement des régions rurales. Selon la CAS, elle a été adoptée par le directeur du Fonds Agriculture, Roumen Porojanov, alors que son adoption relevait de la compétence du ministre de l’agriculture. Ainsi, les bénéficiaires de subventions, sanctionnés au titre de ce programme, auront la possibilité d’introduire des recours pour demander à l’État le remboursement des amendes qui leur ont été infligées. Il s’agit d’un total de 10 millions BGN de sanctions infligées en 2018, lorsque 120 maisons d’hôte (sur les 750 subventionnées par les fonds européens), ont fait l’objet de contrôle. (tous media)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie

Dernière modification : 30/05/2019

Haut de page