Jeudi 4 janvier

Politique

Pour la première fois, des Ambassadeurs et des représentants des ambassades des pays arabes en Bulgarie ont rencontré ensemble le patriarche Néophyte pour lui présenter leurs meilleurs vœux pour le Nouvel an. (Standart)

Lors de sa première réunion hier, le Conseil des ministres a adopté la loi relative à la ratification de la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, dite Convention d’Istanbul, signée par la Bulgarie le 24 avril 2016. Craignant que cette Convention « n’ouvre la voie à la reconnaissance d’un troisième genre » et en dépit des efforts d’Ekaterina Zaharieva, vice-première ministre et ministre des affaires étrangères, et de Tsetska Tsatcheva, ministre de la justice, visant à démontrer que ces craintes sont infondées, huit ministres dont Valery Simeonov, vice-premier ministre et co-président des Patriotes unis, ont voté contre l’adoption de cette loi de ratification, arguant des orientations données par la Convention en matière d’intégration dans les programmes scolaires de la problématique de l’égalité des genres. (tous médias)

Dans une interview accordée à Standart, Parvan Simeonov, politologue et directeur de Gallup International, estime qu’à l’issue de la présidence bulgare du Conseil de l’UE il est peu probable qu’il y ait une reconfiguration de l’espace politique dans la mesure où, premièrement, l’économie se porte plutôt bien, deuxièmement, la présence d’une forte opposition mobilise les gouvernants, et troisièmement, l’éventuel succès de la présidence bulgare du Conseil de l’UE renforcera encore le gouvernement. Cependant, il met en garde ce dernier en lui rappelant que malgré ces facteurs qui lui sont favorables, les dernières échéances électorales, notamment l’élection présidentielle, le référendum et les élections législatives, ont clairement démontré que les Bulgares cherchent une alternative. (Standart)

24 tchassa publie une interview de Moustafa Karadaïa, président du MDL, qui réaffirme la détermination de son parti de déposer une motion de censure contre « ce gouvernement de l’inertie qui comprend des nationalistes ». En outre, il considère que « l’intégration des Balkans occidentaux n’est possible que sur la base du modèle ethnique bulgare ». (24 tchassa)

Guinka Tchavdarova a démissionné du poste de directrice exécutive de l’Association nationale des communes de Bulgarie qu’elle occupait depuis 21 ans. C’est Sylvia Gueorguieva, élue unanimement par le Conseil d’administration de l’Association, qui lui a succédé. Diplômée de sciences politiques et d’administration publique européenne, elle a été conseillère municipale à Svilengrad et directrice de la société commerciale « Actif », possédée par l’Association. (tous médias)

Sécurité

La plupart des quotidiens consacrent leur une à l’assassinat de six personnes membres et proches d’une famille dans la nuit du réveillon du Nouvel An dans la ville de Novi Iskar, près de Sofia, et le qualifie « de la tuerie de masse la plus importante dans l’histoire moderne de la Bulgarie ». Sega titre que de graves lacunes ont marqué l’enquête de cet assassinat et souligne d’importants décalages dans les versions communiquées par les différentes autorités compétentes. (tous médias)

Migration

Selon un rapport de la police à Edirne, la Turquie a empêché 50 000 migrants de traverser ses frontières avec la Bulgarie. Selon les autorités de cette ville turque, le nombre des migrants syriens vers l’Europe est en baisse. (Sega)

Europe

Analysant les grands événements qui marqueront 2018 (les élections pour le Congrès aux Etats-Unis, l’avenir du gouvernement en Allemagne, etc.), l’anthropologue Ivaïlo Ditchev revient également sur la « consolidation du groupe de Visegrád, qui devient de plus en plus anti-européen ». La Bulgarie serait obligée à un moment donné de choisir un camp : celui des « égoïstes » qui rejettent la solidarité européenne ou celui de la « vieille Europe ». Sofia choisirait très probablement le dernier et « pour la récompenser Bruxelles fermerait les yeux au sujet de l’étouffement de la liberté des media, de l’absence de lutte contre la corruption et de la participation de l’extrême droite au gouvernement ». (Deutsche Welle, Standart)

Dans le cadre de la présidence bulgare du Conseil de l’UE, 24 tchassa publie deux pages sur le fonctionnement de l’Union, ses institutions principales ainsi que sur les fonctions des « trois grands » de l’UE, Donald Tusk, Jean-Claude Juncker et Antonio Tajani. (24 tchassa)

Dernière modification : 04/01/2018

Haut de page