Jeudi 4 juin

Coronavirus

Bilan

  • Nombre d’infectés : 2 585 (+25 en 24h)
  • Nombre de guérisons : 1 322 (+116 en 24h)
  • Nombre de décès : 147 (+1 en 24h)

Le premier ministre, Boïko Borissov, a annoncé que le centre de crise, créé il y a 100 jours, ne donnera plus de conférences de presse, mais qu’il restera en place jusqu’à la fin de l’année, en cas de nouvelle vague de Covid-19. Les informations sur la situation sanitaire seront relayées sur le portail officiel unique. M. Borissov a également annoncé qu’à partir du 15 juin, le port du masque ne sera plus obligatoire dans les espaces publics fermés. Il a toutefois rappelé l’importance du lavage des mains, du respect de la distance et de la désinfection. À son tour, le chef du centre de crise, le Pr Ventsislav Moutaftchiyski, a informé que l’objectif principal de maintenir un taux de morbidité bas afin de limiter les pressions sur le système de santé, a été atteint, les pics de morbidité et de mortalité ayant été enregistrés en avril.

Justice

Jock Palfreeman demande la réouverture de son affaire de meurtre

L’Australien Jock Palfreeman, qui a purgé 12 ans en prison en Bulgarie pour le meurtre de l’étudiant Andreï Monov, a demandé la réouverture de l’affaire judiciaire qui avait abouti à sa condamnation à une peine de 20 ans de privation de liberté. Parmi les motifs de son recours en réouverture figurent de « nouveaux faits susceptibles de changer le cadre factuel dans l’affaire », notamment un enregistrement vidéo de la nuit du meurtre.

En septembre 2019, J. Palfreeman, bénéficiant d’une décision de libération conditionnelle anticipée, est sorti de prison. Mais face au mécontentement social provoqué par cette décision de la justice, l’ancien procureur général avait demandé à la Cour suprême de cassation de casser l’arrêt (pourtant définitif !) de libération anticipée. Il y a quelques jours, cette Cour a déclaré la demande irrecevable. Hier, lors d’une conférence de presse, Hristo Monov, père de l’étudiant tué et député PSB, n’a pas ménagé ses critiques contre le président de la CSC Lozan Panov, considéré par lui comme responsable de l’ordonnance d’irrecevabilité rendue par les juges. « Lozan Panov est un cas à part, il sape subrepticement la confiance dans le pouvoir judiciaire. Plus tôt il quittera son poste, le mieux ce sera pour tout le monde », a déclaré le père.

Trois nouvelles unités spéciales vont être créées au sein du Parquet suprême de cassation

Sur ordre du procureur général, Ivan Gueshev, trois nouvelles unités spéciales vont être créées au sein du Parquet suprême de cassation et leur activité va être fixée dans trois axes principaux. La première unité sera engagée dans la lutte contre la fraude économique en lien avec l’Europe et va travailler de concert avec le Parquet européen. Les deux unités restantes vont être chargées des enquêtes contre la criminalité conventionnelle, notamment les crimes contre la vie et la santé des citoyens et les crimes visant les biens privés.

Un groupe de travail de procureurs a été formé dans le but de garantir que la législation bulgare est bien conforme à la réglementation européenne en vigueur. (24 heures)

Le Parquet envisage de vérifier la collection privée de monnaies des deux frères Bobokov

Une semaine après l’arrestation des deux frères Bobokov, impliqués dans une affaire d’importation illégale de déchets, le Parquet a annoncé que des enquêtes vont être menées dans le musée privé des deux frères. Ils sont propriétaires en effet d’un musée dédié à la numismatique dans la ville de Roussé. Selon l’information officielle fournie par le Parquet, l’enquête vise à vérifier si la Loi sur le patrimoine culturel a été respectée : « l’enquête a pour objet une clarification des circonstances autour l’origine, l’identification, l’enregistrement ainsi que la manière dont les biens culturels ont été acquis ». (Mediapool)

Économie

Le plan de rétablissement économique à l’ordre du jour au Conseil des ministres

Lors du Conseil des Ministres d’hier, la question du plan de relance économique européen a été abordée par le vice premier ministre, Tomislav Dontchev qui a rappelé que les fonds européens ne seront octroyés que sur la base de critères précis (transition écologique, modernisation de l’économie, nouvelles technologies, mise en place de différentes réformes, …). Il a estimé qu’en cas d’adoption du Cadre Financier Pluriannuel de l’UE, cette année, la Bulgarie pourrait bénéficier d’une aide européenne de 692 M€. Pour sa part, le ministre des finances, Vladislav Goranov de son côté, a appelé de ses vœux un soutien des Etats membres au plan de relance : « la mutualisation de la dette au niveau européen est un progrès considérable car la Commission européenne jouit d’unе notation élevée et cet avantage lui permettra de négocier de meilleures conditions ». Selon lui, le financement du déficit du CFP est un indicateur de l’apparition d’un nouveau type de budget européen. (BGNES, 24 heures)

Environnement

Protestation contre des travaux dans une zone de Natura 2000

Hier soir à Sofia, plusieurs associations écologistes et des citoyens se sont réunis devant le parlement pour réclamer l’arrêt des travaux de construction d’une nouvelle structure touristique sur une plage au nord de Sozopol, Alepou, située dans une zone classée Natura 2000. La Direction régionale de contrôle de la construction estime que la structure à quatre étages à 30 m de la mer, qu’on voit dans les media et qui a fait exploser les réseaux sociaux, n’est pas un futur hôtel, mais un « ouvrage de protection de la côte ». Capital révèle que le permis de construire, délivré en 2018, porte sur un projet de construction à plusieurs étapes. La première étape comprend bien la construction d’un ouvrage de protection contre le glissement du terrain, mais l’objectif final reste le déploiement de deux stations de vacances sur une surface de 20 000 m2 au total, dont 9 200 m2 de surface bâti, souligne ce media.

Les études d’impact environnemental pour les incinérateurs de déchets deviennent obligatoires

L’Assemblée nationale a décidé, en adoptant des amendements à la loi sur la protection de l’environnement, proposés par le GERB en février dernier, que toutes les installations d’incinération de déchets devront désormais faire l’objet d’études d’impact environnemental. Jusque-là, les études d’impact environnemental ne s’appliquaient pas aux installations incinérant moins de 100 tonnes de déchets, ainsi qu’à l’incinération expérimentale. Les amendements ont été justifiés par le souci de renforcer le contrôle préventif et de rassurer le public suite aux derniers cas d’incinération illégale de déchets. (Dnevnik)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 04/06/2020

Haut de page