Jeudi 4 mars

Coronavirus

Bilan

• Nombre de personnes contaminées : 253 183 (+ 1 154 en 24h)
• Nombre de guérisons : 209 000 (+ 589 en 24h)
• Nombre de décès : 10 413 (+ 22 en 24h)
• Nombre d’hospitalisations : 5 093 (dont 425 en réanimation / soins intensifs)
• Nombre de vaccins administrés : 248 169 (+ 4 397 en 24h)

Les autorités sanitaires envisagent l’introduction des mesures antiépidémiques à niveau local, en raison des grandes disparités en termes de taux d’incidence entre les régions (voir carte ci-dessous). C’est ce qu’a annoncé ce matin le ministre de la Santé, Kostadin Anguelov, à l’occasion de la conférence de presse hebdomadaire sur la situation épidémique. Le taux d’incidence général dans le pays se situe actuellement à 285 sur 100 000 personnes, la Bulgarie occupant la 18ème place au sein de l’Union européenne selon ce critère. Une tendance à l’augmentation des cas nouveaux et des hospitalisations a été constatée au cours des dernières semaines. Le taux d’occupation des lits est de 48% pour les cas sans complications et de 57% en soins d’urgence. Parallèlement, le ministre de la Santé a ordonné la mise en place de 110 nouveaux lits réservés aux patients souffrant de Covid-19 dans les hôpitaux municipaux à Sofia.

Pour sa part, le directeur de l’Agence exécutive des médicaments, Bogdan Kirilov, a souligné que la Bulgarie n’avait toujours pas reçu de réponse de la part de la France et de l’Allemagne au sujet de sa demande d’« emprunter » des vaccins. (tous médias)

PNG

Politique

La fête nationale : nouveaux tirs croisés entre le président de la République et le premier ministre

Hier, la Bulgarie a célébré le 143ème anniversaire de sa libération de la domination ottomane (1878). À l’instar de l’année dernière, la fête a de nouveau donné lieu à des échanges tendus entre le président Roumen Radev et le premier ministre Borisov. Depuis le mont Chipka, haut lieu de la guerre russo-turque de libération, le chef de l’État a accusé les autorités d’avoir « de nouveau essayé de mettre en quarantaine notre mémoire nationale. (…) Mais les Bulgares ont des sentiments sacrés, ils ne sont sujets ni à la peur, ni à l’interdiction, et sont venus », a déclaré M. Radev lors de son discours face à la foule présente, en faisant allusion à l’annulation de la cérémonie officielle sur recommandation de l’inspecteur général de la santé et de la mairie de Gabrovo, en raison de l’épidémie du coronavirus.

Le premier ministre Borissov, quant à lui, a passé sa journée en inspectant des travaux sur l’autoroute Hémus. Des vidéos, postées sur sa page Facebook, montrent ses échanges chaleureux avec les travailleurs et ses commentaires : « Pendant que d’autres parlent, nous, nous travaillons, travaillons, travaillons ! » Faisant écho aux accusations du président Radev, M. Borissov souligne : « Il est facile de parler de liberté, mais il faut du travail. Les Bulgares n’ont jamais été aussi libres. Pourtant, certains essayent de déformer nos paroles, et insinuent que quelqu’un leur a interdit de célébrer la fête nationale. Le fait qu’ils sont là [au mont Chipka) montre que personne ne le leur a interdit. Quels menteurs, quels manipulateurs ! C’est pourquoi j’aime montrer ceci : le Bulgare qui travaille et qui fait sa propre histoire ! ». (tous media)

Élections

L’ancien ministre des affaires étrangères, Daniel Mitov occupe la deuxième place dans la liste des députés du GERB à Sofia

Le nom de l’ancien ministre des affaires étrangères, Daniel Mitov apparaît à la deuxième place dans la liste des députés du GERB dans la 25ème circonscription - à Sofia, après le leader du parti, Boïko Borissov. Devant NovaTV, M. Mitov a affirmé que l’invitation lui a été personnellement adressée par le premier ministre. Lors de cette interview, M. Mitov a fait appel à l’ouverture d’un dialogue au niveau national concernant la réforme judicaire. Selon lui, « un seul parti politique ne doit pas décider de la réforme judicaire, il est nécessaire d’engager un dialogue national et d’entamer un processus constitutionnel permettant de couvrir aussi les domaines de l’enseignement universitaire, de la police, de l’instruction, du parquet, du tribunal lui-même, et des cours spécialisées qui se sont transformées en un instrument de répression politique. (…) Je ne peux accuser aucun gouvernement de n’avoir pas fait des efforts pour réformer le système, encore moins le GERB » a-t-il ajouté. M. Mitov a déclaré qu’il entre dans la campagne électorale en tant qu’individu ayant des convictions de droite, appartenant à l’espace du centre-droit : « Le GERB a son poids et ses voix, il a renforcé ses capacités de gestion et s’est transformé dans un parti de centre-droit stable. J’estime que je possède une expertise qui est appréciée au sein du GERB ». Daniel Mitov a fait la promesse d’œuvrer pour le développement européen de la Bulgarie, pour la consolidation d’une économie moderne forte, et pour l’orientation du pays vers les Unions géopolitiques dont elle fait actuellement partie. »

Pour rappel, Daniel Mitov est un ancien membre du Bloc réformateur, partenaire du GERB au gouvernement de 2014 au 2017. Il était membre du parti « Démocrates pour une Bulgarie forte » qui fait aujourd’hui partie de la coalition « Bulgarie démocratique ». Après la dissolution du gouvernement en décembre 2017, le Parquet a lancé des poursuites contre lui mais en avril 2020, M. Mitov a été définitivement acquitté sur l’ensemble des chefs d’accusation. Le 20 septembre dernier, le gouvernement a proposé la candidature de Daniel Mitov au poste de représentant spécial de l’UE pour la Libye. (Dnevnik, 24 heures, NovaTV)

Justice

Procureurs européens délégués : le Parquet européen demande de l’information supplémentaire pour 7 des 10 candidats

Le Parquet européen a demandé des éléments complémentaires sur 7 des 10 des candidats bulgares aux postes de procureurs européens délégués. Selon une publication du site Euractiv.bg, cette institution, avant de prendre sa décision définitive, a notifié au ministère bulgare de la Justice qu’elle avait des remarques concernant sept candidatures. Euractiv cite les propos de Milan Jaron, directeur de cabinet du procureur général européen Laura Kovesi, selon lesquels il existe des objections claires quant aux candidatures des trois magistrats-enquêteurs (Bisserka Stoyanova, Maya Kovatcheva, Preslava Petkova), car elles n’ont jamais plaidé devant un tribunal, alors que ce sera l’une des tâches des procureurs européens. La candidature du juge Hristo Kratchounov suscite également des questions parce qu’il n’a aucune expérience en droit pénal. Des réticences sont également exprimées à l’égard des trois procureurs (Veronika Trifonova, Bojidara Ganeva-Dimova, Ventsislav Ferdinandov), en raison de leur faible expérience, étant des procureurs à des échelons inférieurs du Parquet. « Ce n’est pas un bon signe. Lorsque nous demandons de l’information supplémentaire, ce n’est pas parce que quelqu’un n’a pas assez bien rempli son CV ou que sa la lettre de motivation n’est pas compréhensible. C’est un signe clair que nous ne sommes pas satisfaits des candidatures proposées », a souligné M. Jaron.

Les dix candidats bulgares ont été sélectionnés le 13 février dernier par le collège des procureurs auprès du Conseil supérieur de la magistrature, lors d’une procédure dirigée par le procureur général Ivan Guechev. Ceux qui passeront par le tamis du Collège du Parquet européen, qui se prononcera en dernière instance, seront évalués tous les deux ans et pourront faire l’objet de sanctions disciplinaires en cas de manquement à leurs fonctions. (https://www.euractiv.com/section/politics/short_news/eu-prosecutor-rejected-7-out-of-10-bulgarian-candidates/, bnr.bg)

Médias

La Bulgarie intègre le programme de Facebook de vérification des informations

La Bulgarie a intégré le programme de Facebook de vérification tierce des informations, réalisée en partenariat avec l’Agence France-Presse. Facebook collaborera ainsi avec un journaliste bulgare certifié par l’International Fact-Checking Network (Réseau international de vérification des faits), qui analysera la véracité de contenus partagés sur Facebook (y compris des photos et des vidéos) et les signalera, le cas échéant, comme faux, manipulés ou partiellement incorrects, mais sans disposer du pouvoir de supprimer des profils ou des pages. Facebook pourra ensuite prendre des mesures pour limiter la diffusion de ces contenus, et pour prévenir les utilisateurs de la présence de contenus trompeurs. Les publications de politiciens ne seront pas soumises à de telles vérifications. Le programme de vérification tierce existe dans 30 pays européens et couvre des publications dans 60 langues. (Capital, Dnevnik)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie

Dernière modification : 04/03/2021

Haut de page