Jeudi 5 novembre

Coronavirus

Bilan

• Nombre de personnes contaminées : 64 591 (+ 4 054 en 24h)
• Nombre de guérisons : 21 947 (+ 403 en 24h)
• Nombre de décès : 1 466 (+ 54 en 24h)
• Nombre d’hospitalisations : 3 191 (dont 239 en réanimation / soins intensifs)

Politique

Le gouvernement adopte un plan de mesures sur l’État de droit

Le gouvernement a adopté un plan pour la mise en œuvre de mesures en réponse au dernier rapport de la Commission européenne sur l’État de droit en Bulgarie. Le plan est divisé en quatre « piliers » : système judiciaire, cadre juridique de lutte contre la corruption, pluralisme et liberté des médias et autres questions institutionnelles. Le premier pilier prévoit notamment la finalisation de la réforme relative au procureur général et à sa responsabilité pénale, conformément à l’avis de la Commission de Venise et à la Constitution nationale. Le deuxième pilier envisage des mesures pour augmenter l’efficacité des enquêtes liées à la corruption, ainsi que des amendements au code pénal et au code de procédure pénale. Les questions relatives aux médias seront incluses dans le Programme national de développement de la Bulgarie à l’horizon de 2030. Une consultation publique sera organisée autour de la protection des journalistes, de la répartition de la publicité financée par l’État et de la propriété des médias. Mediapool écrit à ce sujet : « À la fin de son mandat, et dans les conditions de pandémie, le troisième gouvernement de Borissov déclare qu’il fera presque tout ce que le leader du GERB a refusé de faire durant 11 ans ». (24 Heures, Euractiv, Mediapool)

Justice

Des avocats protestent contre la proposition de vacances judiciaires

Les barreaux bulgares sont résolument contre l’idée de fermeture des juridictions à partir du 15 novembre, dans le contexte de l’épidémie du Covid-19, lancée par le député Krassimir Tsipov (GERB) et soutenue par le CSM. Rappelant que les dizaines de milliers d’affaires ajournées au printemps dernier ont suffisamment perturbé le système de la justice, l’Ordre des avocats propose, en lieu et place des vacances judiciaires, cinq mesures législatives à adopter d’urgence : organiser l’acheminement par voie électronique de tous les documents judiciaires ; permettre, à la demande des parties, la tenue d’audiences de justice non-publiques, comme cela a été déjà décidé pour les litiges commerciaux ; privilégier l’utilisation de visioconférences durant la situation épidémique et alléger en ce sens les modalités de procédure existantes ; introduire des règles spéciales imposant la non tenue d’audiences de justice du fait de l’épidémie ; déléguer aux chefs administratifs des juridictions le pouvoir de prendre des mesures d’urgence afin de répondre aux exigences de respect du cadre antiépidémique national. (tous media)

L’augmentation des rémunérations des magistrats inscrite dans le projet de loi de finances 2021

Un bonus de trois mois de salaire pour les magistrats des juridictions les plus chargées, et de quatre mois pour ceux des juridictions spécialisées, ainsi qu’une hausse de 10% de l’ensemble des rémunérations dans la justice ont été inscrits dans le projet de loi de finances 2021, adopté en première lecture par les députés. Ainsi, pour la première fois, les propositions du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) concernant le budget de la justice, ont été reprises sans modification par le gouvernement et le parlement. Le président du CSM Boyan Magdalintchev n’a pas caché sa satisfaction en déclarant que cela permettrait d’engager 100 nouveaux auxiliaires de justice dans les juridictions, 74 administrateurs de système et 138 greffiers nécessaires pour la mise en place du nouveau Système unique d’information des juridictions. (tous media)

Balkans

Ekaterina Zaharieva : « Il n’est pas possible de dire oui à Skopje »

« La Bulgarie soutient les pays des Balkans occidentaux sur leur route vers l’UE, mais le soutien à la Macédoine du Nord n’a jamais été sans conditions », a déclaré ce matin la ministre des Affaires étrangères Ekaterina Zaharieva, dans une interview sur bTV. « Il n’est pas possible de dire oui à Skopje en ce moment », a-t-elle indiqué à nouveau, à quelques jours de l’ouverture, le 10 novembre prochain, du Sommet de l’UE organisé à Sofia dans le cadre du Processus du Berlin. Mme Zaharieva a réexpliqué la position bulgare selon laquelle le Traité de bon voisinage, signé en 2017 et entré en vigueur en 2018, n’est pas respecté par la Macédoine du Nord. Celle-ci refuse de reconnaître la vérité historique, notamment qu’elle a une « histoire commune » avec la Bulgarie (« avec les autres pays nous avons une histoire partagée », a précisé la Ministre), ce qui crée de très sérieux problèmes entre les deux pays. Enfin, Mme Zaharieva a assuré que c’est la position de tout le gouvernement bulgare, y compris du premier ministre Borissov avec qui elle est en contact permanent, et que la Bulgarie ne changerait pas sa position sous des pressions extérieures. (btv.bg, dnevnik.bg)

Sondage : plus de 80% des Bulgares ne soutiennent pas de manière inconditionnelle l’adhésion de la Macédoine du Nord à l’UE

83.8% des Bulgares ne sont pas favorables à ce que la Bulgarie soutienne l’adhésion de la Macédoine du Nord à l’Union européenne, tant que les deux pays ne parviennent pas à s’accorder sur des faits de l’histoire bulgare. C’est l’une des conclusions d’un sondage réalisé fin octobre par Alpha Research pour le compte du député européen Andrey Kovatchev (GERB/PPE). 54.1% seraient d’accord pour que la Bulgarie reconnaisse l’identité macédonienne contemporaine, si la Macédoine du Nord reconnaît que la construction de cette identité commence en 1944, sans affecter les ressortissants bulgares et leurs ancêtres, et qu’une grande partie de sa population s’identifiait comme bulgare au début du 20e siècle. 29.5% sont d’un avis plus radical, estimant que la Bulgarie ne devrait pas du tout reconnaître l’existence d’une identité macédonienne.

En ce qui concerne la langue, 42.4% seraient favorables à la reconnaissance de la langue macédonienne, seulement si la Macédoine du Nord reconnaît que cette langue a commencé à se former en 1944 sur la base de dialectes bulgares. En même temps, 45.5% ne veulent pas du tout que la Bulgarie reconnaisse la langue macédonienne. Alpha Research conclut que les Bulgares soutiennent la quête d’un compromis avec la Macédoine du Nord, mais que les soutiens inconditionnels à son intégration européenne sont très peu nombreux, en raison de certaines questions identitaires. (24 Heures, Troud, Mediapool)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 05/11/2020

Haut de page