Jeudi 7 février

Politique

Les carburants tracés à 100% depuis leur entrée en Bulgarie jusqu’aux points de vente

Un centre de veille sur la contrebande concentre tous les signalements concernant le mouvement des carburants dans le pays, depuis l’importation jusqu’à la vente dans les stations-service, a annoncé le premier ministre Borissov avant la réunion hier du Conseil des ministres. L’objectif de ce dispositif est de réduire au minimum le facteur humain et d’assurer une traçabilité fiable, en centralisant les informations en provenance de l’Administration maritime, de la Police aux frontières, des raffineries de pétrole et des citoyens. Les media ont été invités par M. Borissov à venir nombreux au siège de la Direction générale de lutte contre la criminalité organisée (GDBOP), où sera présenté demain ce système traçant l’approvisionnement en carburants des points de vente. (tous media)

Le vice-premier ministre Karakatchanov présente un concept pour l’intégration des Roms

Le vice-premier ministre Krassimir Karakatchanov a publié un document intitulé « Concept de changements dans la politique d’intégration de l’ethnie tsigane (rom) dans la République de Bulgarie et les mesures pour sa mise en œuvre ». Le document constate l’inefficacité du modèle d’intégration actuel et l’incapacité de l’État à faire face au « comportement caractéristique des personnes non-socialisées ». Une série de mesures sont proposées : la suspension des aides sociales dans certains cas (refus de travailler ou d’aller à l’école) ; le travail obligatoire pour les personnes de plus de 16 ans qui abandonnent leurs études ; la maternelle obligatoire à partir de l’âge de quatre ans ; l’avortement volontaire payé par l’État aux mères ayant des enfants au-delà d’un certain nombre ; empêcher les personnes n’ayant pas de domicile officiellement enregistré dans une localité à s’y installer. Le document propose également la collecte de statistiques sur le nombre des Roms dans le cadre du recensement national de 2021. (tous media)

Justice

Le contribuable bulgare invité à payer les fautes de ses fonctionnaires

19 millions d’euros ont été payés par l’Etat bulgare, entre 2005 et 2018, au titre des réparations sur les actions introduites à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) à Strasbourg. Ce chiffre a été cité hier au parlement, lors du débat sur l’adoption du rapport 2017 du ministère de la Justice relatif à l’exécution des arrêts de la CEDH. L’année dernière, l’Etat bulgare a été condamné notamment pour : atteintes au droit de propriété, violences policières, insuffisances du contrôle judiciaire sur les expulsions de ressortissants étrangers, absence de garanties contre le risque d’abus concernant l’utilisation de techniques spéciales d’écoute, etc. En 2018, la Bulgarie a occupé la 8e place parmi les pays le plus souvent condamnés avec ses 27 condamnations.

Face à ces statistiques alarmantes, la présidente du PSB, Kornelia Ninova, a demandé au gouvernement de se retourner contre les véritables débiteurs, des fonctionnaires qui par leurs actions ou manquements ont provoqués ces condamnations, en exerçant contre eux des actions récursoires. « A ce titre, quand introduirez-vous une action contre Tsvetan Tsvetanov pour les six condamnations et les réparations de 120 000 euros infligées à la Bulgarie ? », a-t-elle demandé en s’adressant au premier ministre Borissov. Dans les pages de Troud, l’avocat Mikhaïl Ekimdjiev rappelle que la Loi sur la responsabilité de l’Etat pour les dommages causés aux citoyens et la Loi sur la fonction publique permettent à l’Etat de chercher un dédommagement. Selon lui, il est tout à fait normal que le ministre des finances intente une action récursoire contre l’ancien ministre de l’Intérieur Tsvetan Tsvetanov, car dans l’ensemble des arrêts le concernant, la CEDH a énuméré, en détail, des actes de ce dernier violant la Convention des droits de l’homme. (tous media)

International

Signature du protocole d’adhésion de la « Macédoine du Nord » à l’OTAN

À l’occasion de la signature du protocole d’adhésion de la future « République de Macédoine du Nord » à l’OTAN, le ministre macédonien des Affaires étrangères, Nikola Dimitrov, a remercié le premier ministre bulgare, Boïko Borissov, pour son soutien au pays et à l’accord de Prespes signé avec la Grèce. (tous media)

Sur les réseaux

A l’occasion de la journée russe de l’agent diplomatique, l’ambassade de Russie à Sofia invite ses suiveurs sur Facebook à poser des questions à l’ambassadeur Anatoliï Makarov. Les questions les plus intéressantes et leurs réponses seront publiées. Parmi les 300 questions déjà postées, les Bulgares demandent le plus souvent : quand la Russie restituera-t-elle les archives bulgares emportées en 1944 ? Quand est-ce qu’elle arrêtera de financer des trolls sur les réseaux sociaux ? Quand le président Vladimir Poutine visitera-t-il la Bulgarie, quand est-ce que la Russie libérera les Bulgares des Américains, etc.

Dernière modification : 07/02/2019

Haut de page