Jeudi 8 décembre

La grogne

Le tribunal d’instance de Sofia manifestera demain en signe de mécontentement de la politique du CSM

Les personnels de la plus importante juridiction sofiote de par ses effectifs, le tribunal d’instance, manifesteront vendredi 9 décembre, de 11h00 à 13h00, devant les locaux du Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Ils souhaitent ainsi exprimer leur mécontentement de la politique globale du CSM, ainsi que défendre l’indépendance de leur juridiction. Les juges détaillent l’objectif de leur manifestation sur leur page Facebook où ils publient la lettre par laquelle Metodi Lalov, président du TI et organisateur de l’événement communique à Yordanka Fandakova, maire de Sofia, la tenue de cette manifestation.

Les juges rappellent que le CSM a refusé d’entendre leur président au sujet de la surcharge de travail des effectifs de leur juridiction et de l’inégalité de leur situation par rapport aux autres juridictions. Les décisions du CSM, y compris le nouvel annuaire des postes dans la fonction judiciaire, préservent le statu quo.

« Le tribunal d’instance de Sofia ne bénéficie pas du soutien du CSM pour la solution des problèmes que cette juridiction rencontre comme par exemple ceux liés aux locaux, aux équipements et aux assesseurs. Cependant, il fait l’objet de contrôles incessants qui, ne reposant pas sur des considérations de principe, prennent la forme d’un outil qui porte atteinte à l’indépendance du tribunal. De tels contrôles interviennent à chaque fois que nous osons élever la voix et sont initiés par ceux qui sont censés défendre l’indépendance du siège. Nous ne permettrons pas que perdure cette situation hideuse et saluons tout soutien de la part de tout membre de la société civile et de la communauté juridique », soulignent les juges du tribunal d’instance sur leur page Facebook.

Sega rappelle qu’au début de cette semaine, le CSM a décidé, à la demande du procureur général, de soumettre à des contrôles le tribunal d’instance et le tribunal de grande instance de Sofia, en raison de retards dans le traitement des affaires. « Cette décision et celle relative à l’ouverture d’une procédure disciplinaire à l’encontre de la juge Miroslava Todorova (ancienne présidente de l’Union des juges), prises à l’initiative du procureur général (Ndr. : et sur la base d’éléments de preuve recueillis dans le cadre d’une vérification du parquet) démontrent une fois de plus l’inégalité de traitement des différentes juridictions et l’utilisation de la démarche de la force à l’égard de juridictions et de juges qui ne sont pas convenables », avait réagi l’Union des juges. L’organisation professionnelle du siège avait reproché au CSM d’avoir ainsi légitimé un contrôle de la part du Parquet à l’égard du siège ne reposant sur aucun texte juridique. (Sega, mediapool.bg, page Facebook du tribunal d’instance de Sofia)

L’allégeance

Ahmed Dogan (MDL) : la Russie est le nouveau garant de la paix

Un prix accordé par la mairie de Moscou et le Fonds russe de bienfaisance pour des initiatives sociales « Unité populaire » a été remis le 6 décembre dernier lors d’une cérémonie à Sofia à Ahmed Dogan, en récompense de sa contribution à la coopération russo-bulgare et au rapprochement spirituel entre les deux peuples. En signe de gratitude, M. Dogan a adressé au président de Rossotroudnitchestvo (Coopération russe) à Sofia et directeur du Centre culturel russe, Pavel Jouravlev, une lettre que publie le site en ligne Epicenter et dont font écho Standart et Monitor. Le fondateur et président d’honneur du MDL sort ainsi de son long mutisme politique pour exprimer une fois de plus ses sentiments d’allégeance vis-à-vis de la Russie.

Rappelant qu’à plusieurs reprises dans sa vie, il a eu l’occasion de refuser les prix nationaux ou internationaux qui lui étaient décernés, M. Dogan exprime sa profonde reconnaissance d’avoir été désigné à cette récompense russe. « Bien que formé à l’école de la philosophie occidentale, je suis nourri par la temporalité existentielle de la littérature classique russe, écrit-il, et je reste persuadé que celui qui ne comprend pas la large âme russe ne peut pas appréhender la grande terre russe ». La Russie n’a pas de frontières et a toujours relevé d’une autre dimension. « Voilà pourquoi, dans notre actualité politique, la Russie renaît non seulement comme un équilibre géopolitique, mais également comme une alternative de garantie de la sécurité et de la paix à l’échelle planétaire », indique le dirigeant du MDL.

Interrogé par Epicenter, M. Dogan estime que les nouvelles réalités géopolitiques mettent le monde face à un nouveau phénomène, le phénomène Trump, qu’il faut bien étudier. Il faut bien lire les signes ayant mené à l’échec des démocrates et à la montée des républicains aux Etats-Unis. On est témoin de l’écroulement du statu quo libéral et de l’échec du néolibéralisme. Les messages libéraux n’ont plus de prise, estime-t-il. Selon lui, les vagues de protestation qui balaient le monde ne peuvent pas s’expliquer uniquement par le populisme. Il s’agit de processus bien plus profonds dans le développement de l’humanité et l’élite politique s’est avérée non préparée à prendre les bonnes décisions politiques (epicenter.bg, Monitor, Standart).

Le rapport

2015 : équilibre migratoire démographique en Bulgarie

Le ministère des affaires sociales a publié son rapport sur l’application de la stratégie démographique pour 2015. Les résultats ont été présentés hier au Parlement par la ministre Zornitsa Roussinova.

24 tchassa met l’accent sur les processus migratoires. 29 470 personnes ont émigré du pays en 2015 ; 25 223 ont immigré. Le taux de migration net est de -0,1 par mille, ce qui montre que l’équilibre migratoire
démographique a été restauré l’année dernière, commente le journal. Cependant,
la comparaison avec les données de l’Institut national de statistique montre qu’en 2015, le taux d’immigration a été plus élevé par rapport au trois années précédentes. Les jeunes entre 20 et 39 ans représentent 43,6% du nombre total des Bulgares qui ont émigré en 2015. Suit la tranche d’âge 40-59 ans. L’émigration des plus jeunes, jusqu’à 20 ans, est de 17,5%. Les pays de préférence pour les Bulgares sont l’Allemagne (23%), le Royaume-Uni (14,3%) et l’Espagne (11,5%).

Des 25 223 personnes qui ont choisi de s’installer en Bulgarie en 2015, 10 722 sont des ressortissants bulgares revenus dans leur pays d’origine. Sur les 14 501 étrangers installés en Bulgarie, presque tous (13 066) sont des ressortissants de pays tiers. 55% des migrants sont des Turcs, des Syriens et des Russes, les ressortissants turcs représentant à eux seuls 25% des tous les migrants installées dans le pays en 2015. 35,4% de tous les migrants sont entre 20 et 39 ans.

Le nombre des mouvements internes au territoire national s’élève à 119 202. La migration interne, marquée pendant de longues années par les mouvements vers les grandes villes, offre désormais un tableau plus nuancé. En 2015, le retour au village a compté pour 37,6% de tous les courants migratoires internes. En dépit de cette tendance, la plus grande partie de la population bulgare continue de vivre dans les villes (73,1%), contre 26,9% dans les villages.

Sofia reste la ville la plus attirante en termes de migration. Les plus mobiles sont le gens entre 20 et 39 ans (35,3%), suivis par les tranches d’âges de moins de 20 ans et entre 40 et 59 ans. (24 tchassa)

Rubrique France

Troud informe de la visite projetée à Paris du ministre de la culture Vejdi Rachidov. A l’ordre du jour, une entrevue avec le président-directeur du Louvre, Jean-Luc Martinez, lors de laquelle seront examinées la question de l’organisation d’une nouvelle exposition bulgare dans ce musée parisien et la visite du Louvre en Bulgarie avec des collections choisies lors de la présidence bulgare de l’UE. Par ailleurs, en football, la presse bulgare salue comme « un triomphe » le match nul 2:2 obtenu à Paris par Loudogorets contre Paris Saint-Germain, qui permet au club de Razgrad de se qualifier pour les huitièmes de finales de la Ligue des champions.

Word - 301.2 ko
(Word - 301.2 ko)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie

Vous vous êtes inscrit ou avez été inscrit à la liste de diffusion presse.sofia-amba. Si vous souhaitez ne plus recevoir de message, cliquez sur ce lien et envoyez le message tel quel.

Dernière modification : 08/12/2016

Haut de page