Jeudi 9 avril

Coronavirus

Bilan

30 nouveaux cas de coronavirus ont été confirmés depuis hier, portant ainsi leur nombre total à 611, dont 24 décédés et 48 guéris. Sur les 233 personnes hospitalisées, 27 se trouvent en soins intensifs. Le taux de mortalité est de 3,9%, l’âge moyen des victimes est 65,2 ans.

Selon l’inspecteur général de la Santé, le Dr Anguel Kountchev, sur les 1 016 agents de police qui ont été dépistés, 1 007 ont donné des résultats négatifs, alors que les neuf restants ont présenté des anticorps. D’après le Dr Kountchev, ces résultats indiquent qu’il n’y a pas besoin de procéder à un dépistage massif.

Des « corridors verts » pourraient être mis en place après Pâques, afin de permettre de renouer avec les consultations médicales pour les femmes enceintes et les vaccinations des enfants (arrêtées depuis le 6 mars dernier), a indiqué le chef du centre de crise, le professeur Moutaftchiyski. Les hôpitaux pourraient également reprendre leurs activités normales après les fêtes.

Mesures de sécurité durant les fêtes de Pâques

Le premier ministre Boïko Borissov, accompagné du ministre de la santé, s’est rendu au siège du Saint-Synode de l’Église orthodoxe bulgare pour examiner, avec le patriarche Néophyte de Bulgarie et les métropolites, les mesures à prendre en vue de garantir la santé des citoyens lors des fêtes de Paques, dans les conditions de l’épidémie de Covid-19. Lors du point presse qui a suivi la rencontre, le métropolite de Lovetch a annoncé que les églises resteront ouvertes durant la période pascale, dans le strict respect des consignes de distanciation et d’hygiène. Toutefois, dimanche des Rameaux (12 avril), la distribution traditionnelle de fleurs et de rameaux de saule bénis sera annulée afin d’éviter l’attroupement de fidèles. La grande liturgie pascale, célébrée dans la nuit du samedi au dimanche (18 et 19 avril), sera maintenue. Le premier ministre, soulignant que la liturgie pascale sera retransmise en direct, a appelé pour sa part à ce que seuls les fidèles les plus fervents se rendent aux services religieux.

Politique

Malgré ses critiques, le président de la République n’a pas opposé de veto

Le président Roumen Radev a signé les décrets de promulgation de la loi de finances rectificative 2020 et de la loi amendant la loi sur les mesures durant l’état d’urgence, adoptées lundi dernier par le parlement. Aujourd’hui, elles ont été publiées au journal officiel, donnant ainsi la possibilité au gouvernement d’augmenter la dette publique jusqu’à 10 milliards de leva afin de soutenir les mesures de lutte contre l’épidémie de Covid-19 et de soutien à l’économie nationale.

Répartition du schéma 60/40

Dans le schéma 60/40 d’aide aux entreprises visant à préserver l’emploi, l’État paiera 60% des salaires et les cotisations sociales sur cette part, en contrepartie de l’engagement de l’employeur à payer les 40% restants des rémunérations et les cotisations afférentes à cette part. C’est ce qu’a annoncé la ministre du travail et de la politique sociale, Denitsa Satcheva, après avoir demandé au parlement d’interpréter la répartition de la cotisation due par l’employeur dans le cadre du nouveau schéma. Hier, 873 entreprises (pour un total de 12 455 salariés) avaient déjà postulé pour l’application de cette nouvelle mesure. Il s’agit avant tout de petites sociétés des secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, de l’industrie de transformation, etc. Le versement des aides commencera dès la réception d’une autorisation de la part de la Commission européenne qui a été dument notifiée.

Le taux de chômage en progression

Depuis le début de l’état d’urgence, 61 644 personnes se sont enregistrées dans les bureaux de l’Agence pour l’emploi, dont 10 000 ont déjà trouvé un emploi et quelque 34 000 toucheront des allocations chômage. Les chômeurs peuvent travailler dans l’agriculture, comme saisonniers, sans pour autant perdre les droits à leur allocation chômage, a expliqué la ministre Satcheva. Et les travailleurs qui sont en congés sans solde peuvent être embauchés sur un deuxième contrat de travail par un autre employeur, a-t-elle rappelé.

Agriculture

Le Ministère de l’agriculture cherche à protéger la production bulgare pendant l’état d’urgence

La Ministre de l’agriculture, Desislava Taneva a récemment lancé la proposition d’obliger, par arrêté gouvernemental, les grandes surfaces à réserver au moins 50% de leur espace pour la vente de produits bulgares durant la période de l’état d’urgence. Le projet comprend aussi l’interdiction de proposer la production locale à prix réduit dans les supermarchés, sans avoir obtenu au préalable l’accord du producteur ainsi que l’exigence d’acheter directement d’un producteur dont la ferme se trouve à distance de 200 kilomètres maximum. On prévoit aussi d’autoriser les supermarchés à acheter des produits uniquement après accord avec des agriculteurs certifiés dans le cadre de la loi relative à l’aide de l’agriculture et la loi alimentaire.

D’un côté, les producteurs bulgares sont favorables à la proposition du Ministère car, selon eux, les grandes chaînes de supermarchés imposent des conditions difficiles à remplir quant à la quantité de la production exigée, du prix et des promotions auxquels le produit doit être vendu dans les magasins. Selon les producteurs d’aliments biologiques, 95 % de la production bulgare est destinée à être exportée alors que les produits importés qui sont proposés aux clients bulgares sont vendus à un prix trop élevé.

Mais de l’autre, les grandes chaînes de magasins se sont catégoriquement opposées à ce projet, en affirmant qu’il représente une violation des principes fondamentaux de l’économie de marché et va à l’encontre de la législation européenne, notamment la libre circulation des marchandises. Selon des représentants du secteur, ce projet est susceptible de restreindre la concurrence et peut même être perçu comme une aide d’État non-réglementée, qui pourrait mener à l’ouverture d’une enquête contre la Bulgarie. En revanche les enseignes des grandes surfaces proposent de reconvertir les parkings à proximité en marchés fermiers pour toute la durée de l’état d’urgence.

Europe

La Commission européenne approuve le programme de garanties aux entreprises

La Commission européenne a approuvé le programme bulgare de garanties pour les petites et moyennes entreprises (PME), d’un montant total de 255 millions d’euros. Pour mémoire, le programme envisage une augmentation, du même montant, du capital de la Banque bulgare pour le développement, qui assurera des garanties publiques pour des crédits d’investissements et des crédits de fonds de roulement aux PME touchées par la crise. (Dnevnik)

Médias

La bTV a lancé une initiative caritative « Aider depuis chez soi »

La télévision bTV et ses partenaires ont organisé un concert caritatif sous le slogan "Aider depuis chez soi" qui a réuni certains des artistes les plus connus sur la scène bulgare. Grâce à ce concert qui a été transmis hier soir, environ 220 000 de leva ont été collectés via des SMS et la plateforme PayPal. Les fonds collectés seront versés à la banque alimentaire bulgare afin d’aider les plus vulnérables comme les personnes âgées et les enfants. Conformément aux consignes d’hygiène et de distanciation sociale, la plupart des musiciens et des chanteurs ont été obligés de se connecter depuis chez eux. Seuls certains d’entre eux étaient invités en direct sur le plateau de télévision.

Commentaire du politologue Ivan Krastev pour le Financial Times

La presse bulgare reprend une tribune signée du politologue bulgare Ivan Krastev, publié dans Financial Times et intitulée « L’imitation des politiques liées au coronavirus prendra bientôt fin ». Selon lui, « les gouvernements font preuve d’un enthousiasme illimité pour l’imitation d’un même paquet de mesures, destinées à limiter la propagation de la maladie ». M. Krastev estime notamment que « dans une situation d’incertitude totale, les gouvernements doivent se montrer prêts à adopter des mesures extraordinaires, même si leur efficacité n’est pas certaine », et ce pour convaincre les gens que la situation reste sous contrôle et se prémunir contre d’éventuelles critiques quant à la sous-estimation du problème. Le politologue conclut qu’au moment où les gouvernements disposeront de suffisamment d’information sur le COVID-19, « ils n’auront plus de justification pour suivre, tout simplement, les politiques des autres ». (24 Heures, Dnevnik)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 09/04/2020

Haut de page