La présidence française de l’UE pleinement mobilisée pour la mise en oeuvre du plan de règlement (20 août 2008)

La présidence française de l’UE pleinement mobilisée pour la mise en oeuvre du plan de règlement (20 août 2008)

L’Union européenne a adopté hier les mesures immédiates suivantes :
- renforcement des effectifs en Géorgie du bureau du Représentant spécial de l’Union européenne ;
- contribution européenne coordonnée au renforcement de la mission de l’OSCE, approuvé hier à Vienne.

Le renforcement de l’équipe de soutien à la surveillance des frontières devrait intervenir rapidement.

Par ailleurs, plusieurs réunions de concertation entre la présidence française et les services du secrétariat général du Conseil, auxquelles la Commission était associée, se sont tenues pour définir les options possibles d’une mission européenne d’observation dans le cadre de la PESD, s’articulant efficacement avec celles des autres organisations internationales actuellement présentes en Géorgie.

A l’OSCE, la décision a été prise hier à Vienne d’envoyer immédiatement 20 observateurs supplémentaires. C’ est un premier pas positif. Nous rendons hommage à la présidence finlandaise, avec laquelle nous travaillons très étroitement depuis les premières heures de la crise. M. Alexander Stubb se rendra dès demain à Tbilissi avec un premier groupe de ces nouveaux observateurs parmi lesquels il y aura des Français.

Ces observateurs rejoindront ceux déjà présents sur le terrain. Ils seront déployés dans les zones adjacentes à l’Ossétie du sud. Nous souhaitons que ces observateurs puissent également se déployer rapidement en Ossétie du sud.

La France reste favorable à un accroissement de ce premier renfort et soutient les efforts de la présidence finlandaise à cette fin.

A l’OTAN, les ministres des Affaires étrangères ont décidé hier de plusieurs mesures afin d’aider à la reconstruction de la Géorgie. Ces mesures visent essentiellement à aider à l’évaluation des dommages aux infrastructures critiques civiles et aux forces armées géorgiennes et à conseiller les autorités géorgiennes sur les mesures de rétablissement nécessaires.

Les ministres ont également demandé au Conseil de l’Atlantique Nord de définir les modalités de mise en place d’une Commission OTAN-Géorgie pour superviser les activités de coopération avec ce pays, en particulier la mise en œuvre de ces mesures.

Les ministres ont rappelé leur soutien à l’accord signé par la Géorgie et la Russie et ont appelé à sa mise en œuvre immédiate et complète. Ils ont souligné que ce conflit aurait des incidences sur les relations OTAN-Russie.

A l’ONU, la France a présenté au Conseil de sécurité, hier après-midi, un nouveau projet de résolution qui, à l’appui de l’accord en six points, se concentre, compte tenu de l’urgence sur le terrain, sur deux objectifs prioritaires : le respect du cessez-le-feu, auquel les parties se sont engagées, et la mise en oeuvre immédiate du retrait, agréé, des forces russes et géorgiennes. Un premier échange de vues a eu lieu sur ce texte qui rappelle également la nécessité du respect des résolutions antérieures. Les négociations vont se poursuivre dans les prochains jours.

Vers le renforcement de la présence de l’UE en Géorgie (19 août 2008)

Une réunion de travail sous l’égide de la présidence française de l’Union européenne a eu lieu lundi 18 août au Quai d’Orsay avec des représentants du Secrétariat général du Conseil et de la Commission afin d’étudier les options visant à renforcer la présence de l’Union européenne en Géorgie.

Plusieurs mesures ont été examinées : à très court terme, le renforcement des moyens dont dispose en Géorgie le Représentant spécial de l’Union européenne pour le Caucase, M. Peter Semneby, ainsi que l’accroissement de la composante européenne de l’équipe des observateurs de l’OSCE en Ossétie du Sud. Dans un second temps, il conviendra de définir les modalités d’une possible mission de PESD civile. L’ensemble de ces mesures sera discuté à 27, mardi 19 août, lors d’une réunion au niveau du COPS.

Une réunion associant des représentants de la présidence française, de la présidence de l’OSCE, du Secrétariat général du Conseil, de la Commission européenne et des Nations unies s’est tenue également mardi 10 août à Bruxelles afin de coordonner les actions entreprises dans ces différentes instances en vue de contribuer à la mise en oeuvre du plan de réglement.

Dernière modification : 16/04/2009

Haut de page