Lundi 12 mars

Politique

Le groupe ČEZ va examiner la demande de l’Etat bulgare, transmise via Inercom, d’entrer dans la vente des actifs de l’opérateur en Bulgarie, a annoncé vendredi la porte-parole du groupe Alice Horáková. Bien que le gouvernement bulgare n’ait manifesté aucun intérêt au cours de la procédure de vente, les avocats du groupe analyseront si une telle possibilité existe dans la situation actuelle. Selon 24 Tchassa, il serait réel d’attendre une proposition de la part de ČEZ d’ici début avril. (tous media)

Le ministre des finances Vladislav Goranov continue à estimer que l’Etat bulgare ne doit pas entrer dans la transaction avec ČEZ parce qu’il existe suffisamment de mécanismes permettant de contrôler les entreprises de distribution d’électricité. Si l’acquisition de l’opérateur bulgare par Inercom échoue, la Bulgarie va se retrouver dans une situation similaire et avec les mêmes questions devant le candidat classé deuxième lors de la procédure de vente. Concernant l’action en arbitrage, M. Goranov souligne que le gouvernement ne fera pas de concessions et ne cherchera pas d’arrangement à l’amiable. (24 Tchassa)

« L’action en arbitrage [contre la Bulgarie] n’est pas l’objet du contrat entre Inercom et ČEZ » : interview conjointe de Milena Stoeva, présidente du Conseil d’administration d’Inercom, et de Vesselin Zahariev, consultant financier (Mane Capital) de la transaction. (24 Tchassa)

Le projet d’amendement à la Loi sur l’énergie, élaboré par le groupe parlementaire des Patriotes unis, est stérile et ne produira pas l’effet recherché, a indiqué le président de la Commission pour la régulation de l’énergie et de l’eau, Ivan Ivanov (BNR, Darik). Selon la disposition laconique proposée, le régulateur devrait agréer toute cession de plus de 20% de parts ou d’actions du capital des entreprises détenant des licences de transport d’énergie électrique, de chaleur ou de gaz. Selon M. Ivanov, cette disposition devrait être accompagnée de critères exhaustifs afin que la décision prise par la Commission ne soit pas subjective. (Sega)

Lors d’une réunion du groupe du PPE au Comité des régions qui s’est tenue à Sofia sous le slogan « L’Europe commence dans votre village/ville/région », Boïko Boirissov a rappelé que malgré la protection à 100% de la frontière bulgaro-turque qu’assure la Bulgarie, elle n’est toujours pas membre de l’espace Schengen. Dans son discours, il a également demandé qu’une solution concernant les migrants soit prise au plus haut niveau. Il a souligné l’importance d’une décision qui rassure la population impliquant notamment que les Etats membres ne laissent entrer que le nombre de migrants pouvant être intégré et paient afin que les autres demeurent près de leurs lieux de naissance. M. Borissov a rappelé que la Commission européenne dépense 26 milliards d’euros pour les migrants et a demandé un budget solide pour la défense afin de pouvoir répondre à la peur des gens, « sinon nous risquons d’être battus non pas par les socialistes mais par les nationalistes et les populistes. Pour sa part, Joseph Daul, président du PPE, a relevé que « depuis que la Bulgarie assure la Présidence du Conseil de l’UE, les socialistes bulgares n’existent pas car Boïko est le chef le plus réussi en Europe ». (tous media)

« Le parti socialiste européen est très surpris des attaques que Joseph Daul s’est permis d’adresser aux socialistes bulgares », a réagi le PSE dans une position qui rappelle que selon les derniers sondages sociologiques, le PSB bénéficie d’un soutien de 19% alors que le GuERB de 21%. Pour sa part, Segueï Stanichev, président du PSE, exprime son étonnement des compliments de M. Daul à l’endroit du premier ministre dans la mesure où le GuERB assure le gouvernement de l’Etat au sein d’une coalition qui comprend des partis nationalistes et par conséquent se doit très souvent de fournir des explications au sujet des déclarations antieuropéennes de la part de ses vice-premiers ministres et ministres nationalistes. (Standart)

Valery Simeonov, vice-premier ministre, a refusé de présenter ses excuses au patriarche russe qu’il avait traité d’ « agent de la KGB bas de gamme ». Il a précisé ne pas se sentir coupable d’autant plus qu’il avait épargné certains faits liés à la personnalité de Vladimir Gondiaev (le nom laïque du patriarche Cyrille) : « en tant que patriote bulgare, je ne peux pas admettre que quelqu’un vienne dans mon pays et nous donne des consignes selon lesquelles nous devons remercier certains et pas d’autres. Il s’est comporté comme un homme politique et non pas comme un religieux ». (tous media)

Krassimir Karakatchanov, vice-premier ministre et ministre de la défense, a considéré que « de telles épithètes ne peuvent pas être utilisés à l’égard du chef de l’Église orthodoxe russe » mais qu’ « il est inacceptable qu’un facteur extérieur tant de l’Est que de l’Ouest qualifie ou critique les institutions bulgares ». Quant au scandale entre les deux autres co-présidents du groupe des Patriote unis, Valery Simeonov et Volen Sidérov, M. Karakatchanov a précisé qu’ « il n’y a aucun risque pour la coalition car le temps guérit toutes les blessures ». (tous media)

24 tchassa informe que le média russe Regions.ru publie sous l’intitulé « La Guerre russo-turque ne peut pas être transformée en guerre lituanienne-turque » les commentaires de différents religieux russes au sujet de la reconnaissance exprimée par le président bulgare non seulement à l’armée russe unie mais également aux peuples qui la constituaient. « Il a été contraint de dire ce que ses chefs politiques et leurs sponsors financiers lui demandaient. L’opinion du peuple bulgare est complètement différente et nous la connaissons », souligne Alexander Kouzin du temple moscovite « Kozma et Damian », alors que Filip Iliachenko, vice-doyen de la faculté historique de l’université orthodoxe des sciences humaines Saint-Tikhon, précise qu’ « il est évident que les hauts responsables d’un Etat européen bas de gamme ne peuvent pas se permettre de dire la vérité concernant la Russie et les Russes et sont tenus de parler au service d’une puissance étrangère des choses absurdes relatives à des peuples ayant participé à la libération de la Bulgarie ». (24 tchassa)

Le ministère des affaires étrangères bulgare a refusé de commenter les attaques de la part de religieux et de députés russes dans les médias dans la mesure où il s’agit d’opinions personnelles et non pas de positions officielles d’institutions. Il a cependant précisé que « de telles interventions [comme celles dans le cadre de l’émission intitulée « L’amnésie bulgare » ayant permis à des hommes politiques russes de mener une réflexion sur la manière dont la Russie peut aider les Bulgares à se libérer de leurs responsables] n’aident point nos relations bilatérales ». (24 tchassa)

Dans le cadre de la foire internationale du tourisme à Moscou, Nikolina Anguelkova, ministre du tourisme, a déclaré que plus de 400 000 Russes ont une résidence secondaire en Bulgarie et que près de 558 000 sont venus passer leurs vacances ou ont réalisé des voyages en Bulgarie. (Standart)

Samedi dernier, la chaîne de télévision publique russe « Russie 24 » a diffusé une interview accordée par le président Roumen Radev à Mihaïl Gousman, premier adjoint au directeur général de l’agence TASS. Dans cette interview [cf la revue de presse du 2 mars], M. Radev, souligne que l’europhilie ne signifie pas russophobie et que les tentatives d’isolement politique de la Russie ne profitent à aucun des pays. (tous médias)

Danaïl Kirilov, président de la commission parlementaire des affaires juridiques, a observé au sujet de la proposition du premier ministre d’amender le Code pénal afin de préciser les limites de la légitime défense que les textes actuels sont suffisamment précis et qu’il y a une jurisprudence bien établie. (tous media)

Justice

Plamen Gueorguiev, président depuis une semaine de la nouvelle Commission de répression de la corruption et de confiscation de biens illégalement acquis, a annoncé dans une interview sur bTV que son autorité disposait déjà de nombreux signalements contre des « gens aisés qui font de la politique ». « Il y aura des arrestations et nous prouverons qu’il s’agit de personnes ayant pris indûment de l’argent. Il s’agit de politiciens et de magistrats. Je veux redresser la situation dans la justice parce que, si nous arrivons à éliminer la corruption dans le système judiciaire, les relations sociales s’en verront redressées », relève-t-il. M. Gueorguiev proposera lui-même, sans consulter au préalable les députés, les quatre membres de la commission qui seront des professionnels dans leurs domaines respectifs : confiscation de biens illégaux, conflits d’intérêt, registres publics et vérification des signalements. (Standart, dnevnik.bg)

Économie

Shell entamera des sondages de prospection de gaz et de pétrole dans la mer Noire, à une profondeur de 1200 à 1500 m, indique la compagnie dans une proposition d’investissement adressée au ministère de l’environnement et de l’eau. (24 Tchassa)

Culture

Ikonomist et 24 Tchassa font place à des interviews avec Sylvie Vartan avant sa tournée d’adieu en Bulgarie. « Devant le public bulgare, je me sens comme en famille », déclare la chanteuse qui aura deux concerts, les 19 et 21 avril prochain, à Varna et à Sofia. (24 Tchassa, Ikonomist)

Europe

La vice-première ministre et ministre des Affaires étrangères se rend aujourd’hui à Bucarest pour participer à une réunion tripartite Bulgarie-Grèce-Roumanie. La perspective euro-atlantique des Balkans occidentaux, la sécurité et la stabilité énergétique dans la région des Balkans seront les thèmes principaux de la rencontre. (tous media)

Selon une analyse du ministère des Finances, quatre ans après le lancement du cadre financier pluriannuel (2014-2020), la Bulgarie a réussi à absorber seulement 1,587 Mdr €, soit 16% du financement européen dont elle bénéficie. Le résultat de certains programmes opérationnels importants comme Environnement est encore plus modeste : 5,3%, commente Sega. Les meilleurs résultats sont enregistrés par les programmes Développement des ressources humaines (23,1%) et Innovation et compétitivité (22,6%). (Sega)

Eurostat : le fossé entre les plus riches et les plus pauvres en Bulgarie s’approfondit. Selon les derniers chiffres de l’Office européen de la statistique, en 2016 les personnes les plus riches dans le pays (20% de la population) touchaient 8 fois plus que les 20% des Bulgares jugés comme étant les plus pauvres. (Sega)

24 tchassa reprend un article du Financial times sur l’élite des femmes ingénieurs en Bulgarie. La proportion des femmes travaillant dans le secteur des hautes technologies en Bulgarie est de 44,6%, ce qui range le pays en 2e position dans l’UE, après la Lituanie. Le journal explique ces résultats par l’héritage de l’époque socialiste. (24 tchassa)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les media bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 12/03/2018

Haut de page