Lundi 15 mars

Coronavirus

Bilan

• Nombre de personnes contaminées : 278 557 (+ 679 en 24h)
• Nombre de guérisons : 225 182 (+ 584 en 24h)
• Nombre de décès : 11 285 (+ 51 en 24h)
• Nombre d’hospitalisations : 7 101 (dont 533 en réanimation / soins intensifs)
• Nombre de vaccins administrés : 338 879 (+ 975 en 24h)

Plusieurs pays de l’UE, dont la Bulgarie, insistent pour un débat de haut niveau sur la distribution équitable des vaccins

Les premiers ministres de Bulgarie, de Lettonie, de Slovénie et de Tchéquie, ainsi que le chancelier d’Autriche, ont envoyé une lettre conjointe à la présidente de la Commission européenne et au président du Conseil européen, par laquelle ils demandent à ce qu’un Sommet soit organisé pour discuter de la distribution des vaccins parmi les pays membres de l’Union européenne, et insistent pour que les livraisons se fassent de manière équitable. Le gouvernement bulgare a précisé par la suite que « les vaccins doivent être fournis simultanément, et doivent être distribués proportionnellement à la population des pays membres. Si cette proportionnalité n’est pas respectée, cela mènera, d’ici l’été, à des écarts énormes entre les États membres : certains pourraient atteindre l’immunité collective en quelques semaines, alors que d’autres resteraient loin derrière. »

Par ordonnance du ministre de la Santé, depuis samedi dernier, tous les voyageurs en provenance des pays et des territoires d’Afrique sont obligatoirement placés, à leur arrivée en Bulgarie, en quarantaine de 10 jours à domicile, indépendamment de la présentation d’un test PCR négatif pour la Covid-19. Un test négatif devra être réalisé à la fin de cette période de 10 jours. (tous médias)

Élections

Nombre record de bureaux de vote à l’étranger pour les législatives : 467 dans 69 pays

467 bureaux de vote seront ouverts dans 69 pays du monde, a décidé la Commission électorale centrale (CEC). L’ouverture de dix d’entre eux reste encore à l’étude et dépendra de l’évolution de l’épidémie du Covid-19. Ce nombre record est dû à la forte demande (88 000) de participation au scrutin du 4 avril. Le record précédent (428) avait été enregistré lors des élections législatives de 2014. En Allemagne, 69 bureaux de vote (dont 7 en fonction des restrictions antiépidémiques), situés dans 51 villes seront ouverts, contre 53 en Espagne, et 18 en France (dont 3 à l’ambassade de Bulgarie à Paris). Selon le code électoral, le nombre maximal des bureaux à ouvrir dans des pays tiers, situés hors de l’UE, est fixé à 35. Ce seuil a été atteint aux États-Unis (au lieu des 46 bureaux demandés), en Grande-Bretagne (au lieu des 83 bureaux) et en Turquie (au lieu de 43 bureaux). En Grèce, en Macédoine du Nord, en Serbie et en Roumanie il y aura respectivement 20, 5, 4 et 1 bureaux de vote.
Il est désormais clair que les problèmes les plus sérieux d’accès aux urnes se poseront au Royaume-Uni. Le nombre des demandes dans ce pays est environ trois fois plus élevé que lors des législatives de 2017. Rien qu’à Londres, plus de 34 000 personnes ont déclaré vouloir voter, mais les bureaux ne pourront accueillir que 11 000 personnes, souligne Dimiter Ivanov, coordinateur mondial du réseau des expatriés bulgares de participation aux élections. À Londres, le 4 avril 2021, on s’attend, à une moyenne de 2 448 personnes par bureau de vote, contre 463 en 2017. Le réseau des volontaires bulgares en Grande-Bretagne a informé la CEC et le ministère bulgare des Affaires étrangères, dans une lettre datée du 10 mars, de cette situation. Il y a quelques jours, le co-président de « Bulgarie démocratique », Hristo Ivanov, a appelé à son tour l’Assemblée nationale à se réunir pour supprimer la restriction du Code électoral, fixant à 35 le nombre des bureaux de vote dans les pays tiers. Selon les dernières statistiques officielles, quelque 206 000 citoyens bulgares vivent en Grande-Bretagne. (tous media)

Justice

Le Conseil de l’Europe a appelé à la diminution de l’influence du procureur général au sein du Conseil supérieur de la magistrature

Le comité des ministres du Conseil de l’Europe a publié sa première résolution depuis que la Bulgarie a introduit la figure de procureur indépendant, doté de compétences pour enquêter, dans l’hypothèse d’un crime ou délit de droit commun, commis de manière préméditée par le procureur général ou ses adjoints. Dans la résolution, les délégués notent que « la récente réforme comporte plusieurs dispositions positives et saluent l’introduction d’un contrôle judiciaire des refus du procureur spécial d’ouvrir une enquête pénale comme une étape importante ». Toutefois, selon le Comité, « le nouveau cadre révèle également plusieurs lacunes et insuffisances et qu’au regard de la composition actuelle du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), il pourrait ne pas suffire pour exclure l’influence du Procureur Général sur la nomination et la mise en jeu de la responsabilité d’un procureur spécial » En réalité le nouveau procureur est élu avec une majorité de 15 voix. Sur les 25 membres du CSM dont 11 font partie du quota des procureurs et sont soumis à l’autorité du procureur général. Les délégués encouragent les autorités bulgares à évaluer si les règles procédurales ou institutionnelles doivent être modifiées, y compris en ce qui concerne l’extension du contrôle juridictionnel, afin de réduire dans une certaine mesure l’influence potentielle du Procureur Général au sein de la magistrature ou son influence au sein du ministère public, pour permettre la mise en œuvre d’un mécanisme d’enquête effective.

En ce qui concerne les enquêtes en général, le Comité demande à nouveau aux autorités d’introduire un contrôle judiciaire des refus d’ouverture d’une enquête pénale par le ministère public. Il est de même nécessaire d’introduire des règles claires pour la suspension d’un Procureur Général en vertu de la loi sur le système judiciaire et pour le remplacement d’un procureur spécial au-delà des situations d’actes d’enquête urgents et isolés ou à envisager un mécanisme, qui s’appuie sur une liste de procureurs, de magistrats instructeurs et de juges, qui sont compétents pour agir en tant que procureurs ad hoc. (Dnevnik, Lex.bg, Coe.int)

Médias

Un nouveau classement place la Bulgarie parmi les derniers pays au sein de l’Europe, dans le domaine de la comps média

L’Index de compétence médiatique a été développé par l’Initiative pour des politiques européennes (EuPI) de l’Open Society Institute – Sofia en vue d’évaluer dans quelle mesure les sociétés européennes sont sensibles à la perception et à la diffusion de la « post-vérité ». Les 35 pays inclus dans l’évaluation sont regroupés en 5 clusters. La Bulgarie fait durablement partie du quatrième groupe (Grèce, Roumanie, Serbie, Turquie et Monténégro), l’avant-dernier, depuis le tout début de ce classement (2017). Derrière elle se trouvent la Turquie, le Monténégro, l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine et la Macédoine du Nord. Parmi les pays de l’UE, la Bulgarie occupe la dernière place dans le domaine de la résistance à la diffusion de fausses nouvelles. Cette mauvaise performance est due aux faibles scores de compétences dans les enquêtes PISA et de liberté des media dans les classements internationaux de Freedom House et Reporters sans frontières, ainsi qu’au faible niveau de confiance au sein de la société bulgare. Le pays obtient des performances relativement plus élevées sur les indicateurs « part des personnes diplômées d’études supérieures » et « e-participation des citoyens au gouvernement ». Cependant, ces deux indicateurs ont un faible poids dans l’index final (5% chacun). (tous media, https://osis.bg/?p=3751)

Deuxième atteinte, en quatre mois, contre la voiture d’une journaliste

Le pare-brise de la voiture de la journaliste Dessislava Panayotova a été vandalisé alors qu’elle été garée devant son domicile, alerte l’Association européenne des journalistes en Bulgarie (AEJ). La journaliste, basée à Doupnitsa et travaillant pour l’édition en ligne DenNews, a activement suivi l’affaire de la disparition, en 2020, de Yanek Milanov, qui demeure toujours non élucidée. Il s’agit de la deuxième atteinte contre le véhicule de la journaliste, qui a reçu une balle, le 4 décembre dernier. Après cette nouvelle agression, D. Panayotova a annoncé qu’elle mettait fin à son travail sur l’affaire de la disparition de Yanek Milanov. (Dnevnik, Svobodna Evropa)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie

Dernière modification : 15/03/2021

Haut de page