Lundi 17 mars 2014

L’ACTUALITE

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE MET EN GARDE LES DEPUTES : LA BULGARIE RISQUE DE PERDRE SA PLACE EN EUROPE

Dans une intervention devant l’Assemblée nationale, vendredi dernier, le président de la République Rossen Plevneliev a annoncé que les élections européennes auront lieu le 25 mai prochain et a défendu une nouvelle fois sa proposition de referendum simultané sur le mode de scrutin soit organisé en même temps.
Le chef de l’Etat a appelé les partis à organiser des campagnes responsables et constructives, orientées vers les défis européens, au lieu de mener des batailles inspirés de principes de parti étroits. Dans le même temps, il a rappelé que la Commission européenne a déjà approuvé une « feuille de route » qui permettrait à l’UE de retirer le droit de vote, voire d’exclure les pays qui ne respectent pas systématiquement le règne de la loi et l’Etat de droit. « C’est une mise en garde très importante pour un pays comme le nôtre, soumis depuis sept ans à un mécanisme de coopération et de vérification et affichant des résultats insatisfaisants », a souligné M. Plevneliev.
Plus loin, il a exprimé son impression que tous et, surtout, les gouvernants, font tout pour détourner les citoyens des urnes.
M. Plevneliev a souligné, d’autre part, que dans les conditions d’une concentration importante de la propriété des médias, l’autorégulation de ceux-ci n’est plus possible et qu’une loi doit réglementer les relations dans le secteur. Le président a également demandé des amendements susceptibles de garantir l’indépendance de fait de la Commission d’Etat de régulation de l’énergie et de l’eau.
Selon M. Plevneliev, l’armée bulgare doit être mieux financée et une réforme transparente doit être accomplie dans les services spéciaux.
Abordant le thème de la justice, M. Plevneliev a rappelé les nominations clés au sein du système judiciaire qui auront lieu cette année. Les procédures doivent être publiques, argumentées et conformes aux normes européennes. « Pendant les dernières années, nous avons été témoins de procédures feignant la transparence […] qui ont suscité le mécontentement social et des critiques dans plusieurs rapports de la Commission. Une telle approche n’est plus valable », a observé le chef de l’Etat. Selon lui, les candidatures désignées doivent faire l’objet d’un débat et d’une évaluation approfondis et il est inadmissible que le délai prévu pour cela soit de quelques heures ou quelques jours à peine.
Sur le plan économique, la précarité, le chômage et l’absence de perspective sont les trois grands maux qui doivent être résolus par des mesures de croissance, la création d’emplois et la hausse des revenus. Mais la hausse des revenus et des allocations sociales doit répondre aux possibilités du budget. « Ces sujets sensibles poussent les politiciens à proposer des solutions populistes qui paraissent attrayantes, mais quand elles restent non réalisées, la méfiance des citoyens envers la classe politique grandit encore plus », a relevé le président. Les réformes sociales les plus importantes, telles la réforme des retraites et celle de l’éducation, ne doivent pas être arrêtées.
Sur le plan international, le chef de l’Etat a défendu la position européenne à propos de la situation en Ukraine. « Un des grands acquis de l’UE pour les quinze dernières années, c’est la propagation de la démocratie à l’Est. Ce processus doit continuer », a-t-il conclu. (Sega,Troud, mediapool.bg)

LES LISTES

LES PARTIS ANNONCENT LEURS CANDIDATS AUX ELECTIONS EUROPENNES

A l’issue de son plénum, tenu vendredi soir, le Parti socialiste a annoncé sa liste aux élections européennes.
Les noms proposés aux six premières places, que le parti considère comme acquises d’avance, ont été approuvés sans trop de débats, observe Capital Daily. On y voit, en tête de liste, le président du parti Sergueï Stanichev, qui a souligné une nouvelle fois qu’il n’a pas l’intention de devenir eurodéputé et que son nom sur la liste n’est qu’un gage de victoire aux élections.
Viennent ensuite, en 2e et 3e positions, les noms de l’actuelle eurodéputée Iliana Yotova et du vice-président du parti Gueorgui Pirinski. La 4e position est proposée à Peter Kouroumbachev (député PSB du quota civil) et la 5e à Dostena Lavergne (politologue, auteur d’une thèse de doctorat sur la période de la transition en Bulgarie). La 6e position est laissée au choix du Parti des sociaux-démocrates bulgares, partenaire de coalition du PSB au Parlement bulgare.
Le GERB, pour sa part, a choisi comme tête de liste Tomislav Dontchev, député et ancien ministre des fonds européens dans le gouvernement Borissov. Les 2e et 3e positions reviennent aux deux eurodéputés actuels, Andreï Kovatchev et Maria Gabriel. Les autres noms seront annoncés la semaine prochaine. A l’instar du PSB, le GERB juge également réalisable d’obtenir six députés au Parlement européen.
Nadejda Neïnski, ancienne ministre des Affaires étrangères (1997-2001) et actuelle eurodéputée, sera en tête de la liste de son parti, « Unité bleue », composée de 17 noms (tel est le nombre des sièges pour la Bulgarie au Parlement européen). Les sondages, pourtant, ne prédisent pas de succès à ce parti.
La liste du Bloc réformateur sera officiellement annoncée le 22 mars. Les favoris pour la conduire sont Meglena Kouneva, proposée par son parti, « La Bulgarie aux citoyens », et l’eurodéputé Svetoslav Malinov, proposé par les « Démocrates pour une Bulgarie forte ». Ce dernier parti propose aussi les noms de Rossitsa Ratcheva, Ivana Eneva et Ivo Bojkov.
« La Bulgarie sans censure » participera aux prochaines élections en coalition avec l’ORIM et l’Union agrarienne bulgare conformément à un accord de coalition qui vient d’être signé. Les présidents de ces trois partis, Nikolaï Barekov, Krassimir Karatkachanov et Roumen Yontchev occupent les trois premières positions dans la liste. Les autres noms seront annoncés plus tard. « Nous crèverons l’abcès du statuquo si le peuple bulgare vote pour nous. Un succès aux européennes nous permettra d’exiger des élections anticipées en juillet », a déclaré M. Barekov. (tous journaux)

LE SEMINAIRE

L’ELITE SOCIALISTE ET LE GOUVERNEMENT PROMETTENT L’ABONDANCE

Dans le cadre d’un séminaire, organisé ce week-end à Borovets par le PSB, des députés et des ministres ont « huilé les rouages du pouvoir qui s’étaient grippés ces derniers temps », écrit Pressa.
Certains ministres se sont trouvés sous un « feu amical ». Le plus critiqué était le ministre des Affaires étrangères Kristian Viguenine en raison de ses déclarations sur l’Ukraine (voir nos revues du 12 et 13 mars). Le mécontentement des socialistes s’étaient fait sentir dès vendredi soir, remarque Sega, lorsque les socialistes avaient perdu plusieurs heures à rédiger une position sur l’Ukraine en s’efforçant d’éviter les reproches directs à l’égard de la Russie. « N’attendez pas que la Bulgarie soit parmi les faucons dans l’UE à propos de l’Ukraine », a déclaré le leader du PSB, Sergueï Stanichev. Soulignant que la Bulgarie a ses propres intérêts, dont une importante minorité en Ukraine et un chiffre d’affaires considérable avec la Russie, il a appelé à l’élaboration d’une position conséquente de l’Etat sur cette crise.
Selon Pressa, les députés ont reproché au ministre de l’Economie et de l’Energie ses positions à l’endroit des entreprises de distribution d’électricité et le manque de communication entre son institution et le Parlement. Des actes ont été exigés de la ministre de la Santé Tania Andreeva et, du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, une politique plus cohérente à l’endroit des problèmes agricoles et des forêts.
Les députés ont demandé aux ministres qu’ils rencontrent tous les mois les commissions de tutelle à l’Assemblée nationale et les experts respectifs du PSB.
Le Premier ministre Plamen Orecharski a exposé la situation économique difficile tout en assurant les députés que des pas étaient entrepris. « Les entreprises ont été libérées de la peur, mais la possibilité, réelle ou hypothétique, d’un retour au pouvoir [du GERB] fait que beaucoup d’acteurs économiques s’abstiennent d’investir ou d’élargir leur champ d’activité », a-t-il déclaré, cité par Capital Daily.
Sega met en avant les multiples promesses faites par les gouvernants au séminaire. Deux nouveaux barrages seraient construits avec des fonds publics. La construction de 94 km de routes (65 km de l’autoroute Maritsa et 15 km de l’autoroute Strouma) serait achevée d’ici la fin de l’année. Un programme spécial, doté d’une enveloppe de 20 millions de leva, permettrait à des jeunes de moins de 20 ans à trouver un emploi dès le mois de juin. Selon Kornelia Ninova, présidente de la commission parlementaire des Affaires sociales, depuis le début de l’année, 25 000 Bulgares auraient trouvé du travail. Une affirmation que beaucoup de députés n’ont pas partagé, observe Pressa. Ce même journal cite aussi la prévision de Mme Ninova selon qui 128 000 autres Bulgares trouveraient un emploi d’ici la fin de l’année. (tous journaux)

Word - 159 ko
(Word - 159 ko)

Dernière modification : 17/03/2014

Haut de page