Lundi 18 juin

Politique

Selon un dernier sondage réalisé par l’Agence AFIS dont le propriétaire est Youriï Aslanov, membre du Conseil national du PSB, si des élections anticipées étaient organisées, 22,9% des Bulgares soutiendraient le GuERB et 22,6% le PSB. C’est la première fois depuis 2016 que la différence entre les scores des deux partis est de seulement 0,3%. Elle est due à une baisse de 3% de ceux qui voteraient pour le GuERB et respectivement à une hausse de 3% des votants pour le PSB (en comparaison avec les chiffres du mois précédent) et s’explique, selon l’Agence AFIS, par le scandale relatif aux personnes handicapées, la série de démissions « acceptées » et ensuite « retirées » et la campagne anti-européenne menée par des députés des partis au pouvoir au sujet du paquet Mobilité. Selon ce même sondage, les Patriotes unis obtiendraient 5,4% des suffrages et le MDL 10%. Le score du parti Volonté et ceux des partis de la droite (DBF, Oui, Bulgarie et UDF) ne dépasseraient pas les 2%. (Standart, mediapool.bg)

Selon l’Indice politique et économique de Gallup International, qui depuis 1990 étudie mensuellement l’opinion des Bulgares, 43% des sondés considèrent que la Présidence bulgare du Conseil de l’UE a été plutôt bonne, 12% - plutôt mauvaise, 33% disent n’être pas suffisamment sensibilisés pour répondre et le reste n’être pas en mesure de répondre. Parmi ceux qui apprécient la Présidence sont le plus souvent les adeptes du parti au pouvoir mais les notes négatives ne relèvent pas forcément des adeptes du PSB, lesquels ne se sentent pas le plus souvent suffisamment sensibilisés pour répondre. (Standart)

Interrogée au sujet de la motion de censure envisagée par le PSB, Roumiana Batchvarova, directrice de cabinet du premier ministre, a répondu que des remaniements au sein du gouvernement sont possibles à tout moment mais qu’il n’y a pas de raison pour que celui-ci démissionne. Pour sa part, Tsvetan Tsvetanov, président du groupe parlementaire du GuERB, a dit attendre avec impatience que le PSB dépose la motion de censure afin de prendre connaissance des motifs. (tous media)

Sous les intitulés « L’humiliation d’être ministre » et « Sa tête lourde, ses fusibles grillés : les courts-circuits de la chaîne du gouvernement Borissov résultent du déficit de politiques », Ivan Stambolov-Soula et Vesselin Stoynev livrent respectivement dans Sega et Ikonomist des analyses du phénomène de « la démission acceptée et ensuite retirée » qui n’est qu’un outil permettant de rétablir le calme mais non pas de résoudre les problèmes et ne fait que révéler le cercle vicieux dans lequel se trouve le gouvernement bulgare qui ne procède pas à des réformes douloureuses de peur de manifestations et contribue ainsi à l’aggravation de la tension. Celle-ci peut de manière inattendue entraîner un coup de choc de la chaîne d’un gouvernement restée sans fusibles. (Sega, Ikonomist)

Justice

Dans Sega Samouil Dimtov déplore les mauvais résultats de la lutte contre la corruption en Bulgarie. Le nombre des « petits poissons condamnés » ne dépassent pas les trente par an, alors que « les gros se promènent en liberté ». Un conducteur ivre est condamné à 2,5 ans de prison effective pour avoir proposé 10 leva aux agents de la circulation routière, alors qu’un chef de l’inspection de l’environnement, accusé d’avoir reçu un dessous de table de 10 000 leva, est condamné à 3 ans avec sursis. Enfin, le seul juge accusé pour avoir demandé un dessous de table à un avocat a été acquitté en raison de la mauvaise qualité des écoutes. (Sega)

Miroslav Borchoch, ancien directeur du Palais national de la culture (NDK), accusé de prévarication dont le préjudice s’élève à plus de 3 millions de leva (des 17 millions octroyés par l’Etat pour les travaux de réhabilitation du NDK) et de prévarication préméditée d’un préjudice de près de 400 000 leva, a été déféré devant le TGI de Sofia. (tous media)

Le tribunal pénal spécialisé a classé l’affaire contre le maire de Plovdiv Ivan Toev, accusé d’avoir violé la loi sur les marchés publics en négociant directement avec l’attributaire la construction d’un zoo. Cette juridiction a considéré que « l’acte d’accusation est vague, illogique et non étayé par des faits ». (tous media)

Fiscalité

La Bulgarie modifiera le décret d’application de sa loi sur la TVA dans sa partie relative aux garanties exigées des petites entreprises commercialisant des carburants, écrit Sega en indiquant que cette décision du ministère des finances intervient dans le contexte de la procédure d’infraction ouverte par la Commission européenne contre le pays en mars dernier. Dans ses lettres de mise en demeure, Bruxelles avait signalé au gouvernement bulgare que les montants excessivement élevés exigés uniquement des petits commerçants de carburants en garantie de leur capacité à acquitter leur TVA contredisaient les règles de l’Union. Sega rappelle en outre qu’un autre projet de loi visant les carburants, désavantageant à nouveau les petits acteurs et activement soutenu par l’association du pétrole et du gaz qui regroupe les plus grandes compagnies sur le marché, a été adopté en première lecture grâce aux voix du GERB. (Sega)

Finances

Cinq offres contraignantes d’acquisition de la filiale bulgare de Piraeus Bank ont été déposées la semaine dernière, informe 24 Chassa en se référant à des media grecs. Trois de ces offres étaient introduites par les établissements bulgares Investbank, Banque de crédit américano-bulgare et Postbank. Les deux autres candidats seraient la banque grecque EFG Eurobank (détenue par un fonds d’investissement canadien qui est propriétaire également de Postbank en Bulgarie) et un consortium de fonds (l’information des media hésite entre les fonds américains Apollo Global et ADM Capital). Piraeus Bank Bulgaria est la 9e grande banque bulgare détenant des actifs de 2,9 milliards de leva. (24 Tchassa)

Société

« L’indicateur de la pauvreté n’est plus uniquement la situation de ton voisin. On parle de pauvreté là où il n’existe pas de véritable efficacité énergétique, là où l’on vit dans un environnement pollué. La pauvreté n’est plus la caractéristique d’une seule partie de la société » : interview avec l’expert Ivan Neïkov, président de l’Institut balkanique du travail et de la politique sociale et ancien ministre du travail et de la politique sociale. (Sega)

Balkans

La signature de l’accord historique sur le changement du nom de l’ARYM, qui a eu lieu le weekend dernier, est reprise par tous les media bulgares et fait la une de la plupart des journaux. « La Grèce et la Macédoine ont entamé une nouvelle chanson », titre Standart. Et choisit pour illustration deux citations des premiers ministres de ces deux pays : « Nous avons déplacé des montagnes » (Zoran Zaev) et « « Nous ouvrons le chemin vers la paix » (Alexis Tsipras). Les media soulignent également le soutien que l’Union européenne apporte à cet accord (tous media)

Le premier ministre bulgare a salué les deux pays d’avoir signé cet accord. Sur son profil Facebook, Boïko Borissov a qualifié le document comme étant « un pas important et courageux ». « L’accord sur le nom ouvre le chemin de la République de Macédoine vers l’UE et l’OTAN. La Bulgarie a toujours soutenu son voisin dans ce chemin. A présent, le plus important est que les citoyens des pays des Balkans puissent comprendre que cet accord ne mène pas vers des prétentions territoriales et vers de futurs problèmes, mais au contraire – qu’il nous aidera à vivre mieux ensemble », a ajouté le premier ministre. (tous media)

La vice-première ministre et ministre des Affaires étrangères a également commenté sur son profil Facebook la signature de l’accord. « Cette journée est également bonne pour la Bulgarie – nul ne pourrait connaître la prospérité et le bonheur, si ses voisins ne le sont pas », a écrit Ekaterina Zaharieva sur Facebook. Dans une prise de parole pour les media bulgares lors de sa visite à Skopje le weekend dernier, où elle a inauguré avec le premier ministre macédonien un festival culturel, Mme Zaharieva a souligné que le but de Sofia était le lancement des négociations d’adhésion de l’ARYM à l’UE d’ici la fin du mois. « Notre but est que la Macédoine entame les négociations pour son adhésion à l’UE les 26 et 30 juin et qu’elle devienne membre de l’OTAN le 11 juillet », a déclaré Mme Zaharieva. Concernant le nom de Macédoine du nord, dans une interview accordée à Nova TV ce matin, la ministre rappelle le texte de la déclaration du MAE bulgare publiée à l’issue de l’annonce de l’accord, qui avait salué le document, en demandant tout de même des garanties contre d’éventuelles prétentions territoriales. Mme Zaharieva ajoute que de telles garanties sont incluses dans le texte de l’accord entre la Grèce et l’ARYM ainsi que dans l’accord de voisinage entre Sofia et Skopje. (tous media)

Dans une interview pour 24 tchassa, le vice-président de VMRO et du groupe parlementaire des Patriotes unis Iskren Vesselinov rappelle également que les garanties contre d’éventuelles prétentions territoriales figurent dans l’accord de voisinage signé entre la Bulgarie et l’ARYM. En soulignant l’importance de l’accord sur le nom pour l’intégration euro-atlantique de l’ARYM, M. Vesselinov déclare : « Nos intérêts nationaux exigent la disparition des frontières entre la Bulgarie et la Macédoine ainsi que du langage de haine qui était devenu presque une idéologie étatique. Nous devons continuer [nos relations] dans un esprit d’unité ». (24 tchassa)

International

Les 6 et 7 juillet 2018, à Sofia aura lieu le 7e Sommet 16+1 qui réunira les dirigeants de 16 pays d’Europe centrale et orientale et de la Chine. Un forum économique accompagnera ce format qui vise à renforcer les liens économiques, culturels, touristiques, etc. entre les pays. Plus de 1 000 hommes d’affaires y prendront part, dont la moitié feront partie de la délégation chinoise. (gouvernement.bg)

Europe

Sofia accueille la dernière conférence de l’agenda de la présidence bulgare de l’UE, celle des commissions des affaires européennes des parlements nationaux de l’UE (COSAC). Pendant deux jours, les participants débattront sur l’intégration des Balkans occidentaux, l’avenir de la politique de cohésion et le pilier européen des droits sociaux. « Le gouvernement a fait preuve de courage en choisissant comme thème de la présidence bulgare celui des Balkans occidentaux. Une région extrêmement fragile, un sujet sans garantie de réussite et, pourtant, il fallait que quelqu’un assume la responsabilité d’en parler. […] Le gouvernement a réussi le pari à gérer l’ordre du jour européen en créant une atmosphère de dialogue ouvert et honnête », a déclaré le président de la République Roumen Radev en inaugurant la conférence. Le premier ministre Borissov, intervenant à son tour devant les parlementaires, a souligné les efforts déployés et a constaté le progrès substantiel et l’optimisme atteints. « Nous savons tous parfaitement que tous les pays des Balkans occidentaux ne sont pas encore préparés et qu’ils auront un long chemin à faire. Mais leur donner une perspective européenne claire est le seul moyen d’éviter le risque de guerres, de maintenir leurs populations dans les Balkans », a-t-il relevé. (focus-news.net)

Dernière modification : 18/06/2018

Haut de page