Lundi 19 février

Politique

Le défilé de commémoration du général Hristo Loukov, organisé samedi soir par l’Union nationale bulgare et d’autres organisations d’extrême droite, a réuni plus de 500 personnes, dont des participants d’autres pays européens. Interdit par la mairie de Sofia, mais finalement autorisé par le tribunal administratif de Sofia, le défilé aux flambeaux a traversé le centre-ville pour déposer des fleurs devant la plaque commémorative du gén. Loukov. (tous media)

Plus tôt, samedi matin, une manifestation de protestation contre les idéologies néonazies avait réuni sous le slogan « Sans Nazis dans nos rues » des citoyens qui ont réclamé l’interdiction du défilé Loukov Marche, régulièrement organisé depuis quinze ans. Dans une déclaration rendue publique samedi, l’ambassade des Etats-Unis à Sofia a exprimé sa préoccupation et sa tristesse de la démonstration d’intolérance illustrée par la tenue d’un défilé à la mémoire du général Loukov, connu comme partisan du nazisme. (tous media)

Le ministère des Affaires étrangères, réagissant à son tour dimanche, a condamné le défilé comme une « démonstration de la xénophobie, de la discrimination et de la haine ». « Tout acte de haine ou de glorification de l’idéologie nazie est absolument inadmissible. L’éveil de l’intolérance […] est une tentative de miner les valeurs démocratiques que nous défendons en tant que peuple et communauté », souligne le ministère dans son communiqué officiel. (tous media)

Le ministre de la santé Kiril Ananiev demande la démission du directeur de la caisse nationale d’assurance-maladie, Kamen Plotchev. Selon le ministre, celui-ci a gravement violé les règles de fonctionnement de la caisse en demandant au parlement, derrière le dos du conseil de surveillance [présidé par le ministre de la santé], une actualisation du budget de l’assurance-maladie en raison de dettes accumulées. (tous media)

24 Tchassa publie la position de quatre politologues sur l’échange de propos violent, la semaine dernière, entre le président de la République Roumen Radev et le premier ministre Borissov. Roumiana Kolarova estime qu’il s’agit d’un conflit interpersonnel et non de principe qui a abouti trop loin et ne peut plus se résorber. Pour Jivko Gueorguiev, il n’y a rien de dramatique dans cette opposition entre les deux premiers hommes de l’Etat. Le président Radev ne renoncera pas à une ligne qui lui apporte des dividendes politiques. Boris Popivanov indique que M. Borissov, sorti brièvement de sa position de « modérateur en politique » cherchera par tous les moyens à y revenir. Enfin, Dimiter Ganev estime que le conflit entre MM. Radev et Borissov passera par des hauts et des bas, vu leur long horizon politique, sans jamais s’éteindre. (24 Tchassa)

Vejdi Rachidov, interview dans Troud : « Ces dernières années, le scandale est devenu notre plat principal. Pour la presse, mais aussi pour les lecteurs. Il est normal que deux grands hommes pensent différemment et il est humain qu’ils s’expriment sur un ton plus acéré. Mais ce que j’admets difficilement, c’est qu’ils se parlent à travers les media. Tous les deux sont des hommes dignes et je pense qu’ils sauront tirer leurs conclusions au nom de l’Etat bulgare. ». (Troud)

Vesselin Dremdjiev, journaliste et producteur, a réagi à la demande de Vejdi Rachidov, président de la commission parlementaire de la culture, de ne pas brandir l’image de Delian Peevski comme une massue ou un épouvantail en citant les propos que M. Rachidov avait tenu le 1er août 2013, à savoir : « Sommes-nous tous esclaves de cette laide et grosse personne devenue millionnaire à l’âge de 20 ans ... êtes-vous tous esclaves de ce monstre qui a acheté tous ces gens qui pour un salaire de 1000 leva sont prêts à lui servir ...C’est l’argent de Dogan et de deux cheikhs d’Oman. La banque est propriétaire des journaux, alors que Delain Peevski avec sa mère est la massue. Ils blanchissent de l’argent ». (Facebook)

Interview avec le vice-premier ministre Valeri Simeonov : « Je travaille pour un mandat complet, mais je ne suis pas sûr que nous l’aurons ». Passant en revue les promesses tenus par les Patriotes unis depuis leur entrée au gouvernement (augmentation de la retraite minimum, achèvement de la clôture le long de la frontière avec la Turquie, le déblocage de la construction d’un deuxième téléférique à Bansko, l’atténuation des conflits entre Bulgares et Roms à Assenovgrad et Plovdiv grâce à la mise en place de règles strictes, etc.), M. Simeonov indique également certaines frictions entre les partis composant cette coalition. (24 Tchassa)

Dans Sega, Petar Petrov saisit l’occasion du scandale entre le premier ministre Borissov et le président Radev pour attirer l’attention sur la modernisation des armements, se référant à la considération de M. Borissov selon laquelle le président Radev « lui en voudrait de n’avoir pas acheté ces chasseurs pour quelques milliards de dollars ». M. Petrov rappelle que le président Radev avait également admis la possibilité après sa visite en France de demander à ce pays de participer à l’appel d’offres pour l’achat de nouveaux chasseurs et que le ministre de la défense Karakatchanov lui avait répondu que « ceux qui n’ont pas d’argent pour réparer leur Opel ne rêvent pas d’une Mercedes Classe S ». Le journaliste conclut qu’il n’y a aucune volonté politique pour la modernisation des forces armées qui continuera à revêtir le seul rôle d’une arène de combats politiques entre les plus hauts représentants de l’Etat. (Sega)

« Je considère que nous avons toujours été dans de bonnes relations avec le président Poutine même lorsque nous nous sommes disputés. Et il est normal qu’un homme politique de longue date et indiscutablement réussi pour la Russie sache qu’il y a des blagues à son égard comme il y en a à mon égard et à l’égard d’Angela Merkel. J’espère qu’il l’ait ainsi pris car savoir se moquer de soi est une qualité très forte des politiciens », a observé Boïko Borissov devant des journalistes au sujet des propos de la porte-parole du ministère des affaires étrangères russe qu’il avait qualifié d’ « acerbes » lors de son intervention à l’occasion de l’ouverture de la Conférence sur la sécurité à Munich. (tous media)

Boïko Borissov a saisi l’occasion de la Conférence sur la sécurité à Munich pour reprocher aux Etats-Unis de proposer des prix élevés à la Bulgarie « pour l’achat d’avions et de chars alors que nous, nous laissons leurs militaires s’entraîner à Graf Ignatievo et à Novo selo ». (tous media)

Krassimir Karakatchanov, vice-premier ministre et ministre de la défense, a souligné avoir l’ambition de mettre en place le service militaire volontaire d’ici la fin de son mandat. Son ambition s’inscrirait dans une tendance générale observée dans des pays comme l’Allemagne, le Danemark, la Norvège, la Suède etc. (Standart)

Sous l’intitulé « Le monde est de nouveau au seuil d’une guerre froide, quelle sera cette fois-ci la place de la Bulgarie », Kapka Todorova consacre une analyse à la Conférence sur la sécurité à Munich lors de laquelle « les Etats-Unis et la Russie se sont dressés l’un contre l’autre et l’UE est resté en état d’apesanteur ». (tous media)

Justice

Le général Kirtcho Kirov, ancien chef du service national du renseignement, condamné en première instance à quinze ans d’emprisonnement pour détournement de 5 millions de leva, s’est vu infliger comme mesure de contrôle judiciaire l’interdiction de s’absenter de son domicile, le juge ayant estimé qu’il pouvait se soustraire à la justice. (Troud, Standart)

Europe

Après avoir affirmé le weekend dernier que la Hongrie était « le dernier bastion contre l’islamisation de l’Europe », le premier ministre hongrois se rend aujourd’hui en visite en Bulgarie, écrit Dnevnik. 24 chassa dresse de son côté les portraits de Viktor Orban et du chancelier autrichien Sebastian Kurz qui se rendra à Sofia demain. Le premier ministre hongrois considère les réfugiés comme étant des « conquérants musulmans », tandis que le chancelier autrichien ne « veut pas de la Turquie à l’UE », écrit le journal. (Dnevnik, 24 tchassa)

Balkans

Lors de sa visite à Skopje, le président de la république a appelé les hommes politiques macédoniens à s’unir au nom des buts stratégiques de leur pays. Roumen Radev a souhaité des négociations « ouvertes, honnêtes et intensives » entre l’ARYM et la Grèce à l’égard du nom de l’ex république yougoslave. Le président a tout de même souligné qu’il était important pour Sofia que le futur nom ne contienne pas des identifiants géographiques qui pourraient être interprétés comme étant des prétentions envers la Bulgarie. (tous media)

International

« L’Union européenne salue le lancement de la route ferroviaire Baku-Tbilisi-Kar et la future amélioration de la connectivité entre la Bulgarie, la Turquie, la Géorgie, l’Azerbaïdjan et l’Asie centrale », a déclaré le premier ministre bulgare dans une interview pour l’agence de presse azéri Trend. Boïko Borissov a également souligné le grand potentiel de l’Azerbaïdjan pour la diversification de livraisons énergétiques pour la Bulgarie. (Standart, 24 tchassa)

Dernière modification : 19/02/2018

Haut de page