Lundi 19 mars

Politique

53% des Bulgares se disent optimistes pour l’avenir de leur pays, indique un sondage de l’institut Trend, réalisé du 1 au 7 mars dernier. Pour le cinquième mois de suite, les sociologues n’observent aucun changement au niveau des comportements électoraux : 21,1% des personnes interrogées se disent prêtes à voter pour le GERB, 18,4 % soutiennent le PSB, 6,6% sont pour le MDL et 5,1% pour la coalition des Patriotes unis. Les politiciens bénéficiant du taux de confiance le plus élevé restent Boïko Borissov (39%), Krassimir Karakatchanov (38%) et Kornelia Ninova (27%). (24 Tchassa)

« Ces dernières années, les lois sont élaborées de façon irresponsable, non professionnelle et populiste », a déclaré Ognian Guerdjikov, ancien président de l’Assemblée nationale, ancien premier ministre intérimaire et président du Conseil consultatif des lois auprès de l’Assemblée nationale, dans deux interviews accordées à la chaîne bTV et à 24 tchassa. (tous media)

Justice

« Aucun des 22 ministres accusés pendant les 20 dernières années n’a été condamné », titre 24 tchassa et présente le sort de chacune de ces 22 affaires. (24 tchassa)

Économie

Dans son numéro de dimanche, 24 Tchassa résume l’intérêt économique porté par la Chine à la Bulgarie. Parmi les projets attirant l’attention des investisseurs chinois figurent la construction de la centrale nucléaire de Belene (lettre d’intérêt envoyée par la plus grande compagnie nucléaire publique chinoise, CNNC), la vente de l’aéroport de Plovdiv (le consortium bulgaro-chinois avec la participation de Hainan Air Group est donné comme favori) et la création d’une plateforme logistique à l’aéroport de Stara Zagora destinée à relier l’Europe et l’Asie (projet prioritaire du ministère bulgare de l’Economie). (24 Tchassa)

Le prix offert par la société bulgare Inercom pour l’acquisition des actifs de ČEZ en Bulgarie n’a pas été le plus élevé, affirme le portail en ligne tchèque Seznam.cz. Malgré cela, le groupe ČEZ a retenu l’offre d’Inercom comme la plus avantageuse. Les deux offres classées en deuxième et troisième position étaient déposées par un consortium indo-bulgare créé entre India Power et la société bulgare Future Energy (360 millions d’euros) et par le groupe tchèque Energo-Pro (304 millions d’euros). Ces deux offres pourraient redevenir intéressantes si Inercom n’arrive pas à assurer le financement nécessaire, estime ce media tchèque. (tous media)

Société

Sega consacre un article à la nostalgie et au retour en Bulgarie de citoyens bulgares turcophones ayant émigré en Turquie pendant l’été 1989, à la suite du changement forcé de leurs noms par des noms bulgares. Depuis 2002, le nombre de ceux qui retournent ne cesse de grandir. Selon les statistiques officielles, en 2013, plus de 7 000 émigrés bulgares en Turquie ont regagné leur pays d’origine, soit 26,5% de l’ensemble des personnes immigrant en Bulgarie. En 2014, leur nombre a triplé. « Le retour en masse a commencé lorsque la majorité des émigrés bulgares [en Turquie] sont partis à la retraite », estime le maire d’un village près de Kardjali, qui indique que les retraites permettent aujourd’hui à ces ressortissants détenant la double nationalité de passer entre neuf et dix mois par an en Bulgarie, une aubaine pour la renaissance de l’économie locale. (Sega)

Europe

Vendredi dernier, le premier ministre bulgare s’est entretenu avec la future directrice exécutive d’Europol qui prendra ses fonctions au plus tard le 1er mai 2018. Boïko Borissov et Catherine De Bolle ont souligné les bonnes relations entre l’institution et Sofia et ont insisté pour que la bonne coopération dans les domaines de la lutte contre le terrorisme, le trafic d’êtres humains et les fraudes à la carte bancaire continue. (tous media)

Le directeur actuel d’Europol, Rob Wainwrigh, est en visite en Bulgarie. Il a été décoré par la vice-première ministre et ministre des Affaires étrangères Ekaterina Zaharieva pour la bonne coopération et l’aide apportée par Europol à la Bulgarie. Dans une interview pour la BTV, M. Wainwrigh a estimé ce matin qu’environ 30 000 personnes en Europe seraient potentiellement des membres d’organisations terroristes et qu’aucun pays ne pouvait être considéré comme étant épargné de la menace terroriste. La réunion du groupe de contrôle parlementaire conjoint d’Europol se tient aujourd’hui à Sofia. (tous media)

International

L’élection présidentielle en Russie a été largement reprise par les media bulgares. Dnevnik commente que Vladimir Poutine a réalisé un record personnel en remportant presque 77% des votes. Des bureaux de vote en Bulgarie étaient ouverts à Sofia, à Plovdiv, à Varna et à Rousse. Selon l’Ambassade de Russie, 25 000 Russes en Bulgarie avaient le droit de voter à cette élection. Les media soulignent que des centaines d’entre eux ont exercé hier leur droit civique. Le président d’Ataka et co-président des Patriotes Unis Volen Siderov, qui a observé le vote à Moscou, a souligné ce matin que beaucoup de pays pouvaient en tirer des leçons des bons exemples d’organisation des élections qu’il a pu identifier en Russie. (tous media)

Le tweet de la vice-première ministre et ministre des Affaires étrangères Ekaterina Zaharieva relatif à l’attaque contre Sergeï et Ioulia Skripal à Salisbury a suscité des reproches de la part de Volen Siderov, co-président des Patriotes unis et président d’Ataka, et de Tasko Ermenkov, député du PSB. Selon M. Siderov, ce tweet est une gaffe dans la mesure où « ce n’est pas à Mme Zaharieva de commenter les relations entre la Russie et la Grande Bretagne – deux grands Etats non membres de l’UE - et c’est au premier ministre de le lui reprocher et de se demander si elle est la bonne personne pour occuper ce poste ». M. Ermenkov a voulu savoir « en quelle qualité s’est exprimée Mme Zaharieva et pourquoi elle parle au nom de la Bulgarie au cas où elle aurait partagé sa position personnelle ». (tous media)

Sous l’intitulé « Beaucoup de politique et peu de faits sur l’affaire Skripal. Theresa May a joué son va-tout afin d’améliorer son image », Anton Guitsov, ancien diplomate qui vit au Royaume-Uni, analyse les questions que soulève l’attaque contre Sergeï et Ioulia Skripal à Salisbury, les positions de la France, de l’Allemagne, des Etats-Unis et du Royaume-Uni avant la déclaration conjointe de leurs chefs d’État et de gouvernement et conclut que dans un contexte où les grandes puissances ont opté pour une démarche « attentiste », la réaction de la ministre bulgare des affaires étrangères était précipitée. (Standart)

Selon Vera Slavtcheva, professeur à l’Université de Liverpool, la réaction britannique à l’attaque contre Sergeï et Ioulia Skripal à Salisbury a une fois de plus démontré l’absence d’une politique stratégique bien réfléchie à long terme de la part de l’Occident à l’égard de la Russie qui permette de bouleverser les mythes que le président russe et son entourage créent. Selon Mme Slavtcheva, Theresa May aurait pu suivre la procédure internationale et adresser une demande à la Russie en vertu de la Convention sur les armes chimiques, mobiliser ses partenaires dans le cadre de l’UE et de l’OTAN avant de poser un ultimatum voué à l’échec, frapper les oligarques russes au Royaume-Uni mais ne l’a pas fait en raison de son image qui risquait de se dégrader encore. (24 tchassa)

Dans Capital, Petar Karaboev, qui livre une analyse de l’affaire Skripal, considère que la grande question consiste à savoir quel a été l’intérêt de la Russie à procéder à une telle attaque : punir inutilement le traitre, unir encore plus le peuple russe à la veille d’une victoire électorale annoncée ou tout simplement impressionner le chef du Kremlin afin d’être promu dans la carrière. Cette dernière hypothèse démontrerait le chaos qui règne dans les services secrets russes dans la mesure où l’auteur de cette tentative d’homicide l’a signée « made in URSS/Russie ». (Capital)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les media bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 20/03/2018

Haut de page