Lundi 22 juin

Coronavirus

Bilan

  • Nombre d’infectés : 3 905 (+ 33 en 24h)
  • Nombre de guérisons : 2 074 (+ 47 en 24h)
  • Nombre de décès : 199 (0 en 24h)

À partir de demain, le port du masque redeviendra obligatoire dans les magasins, les centres commerciaux et les salles où des événements publics ont lieu. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Santé, Kiril Ananiev, à l’occasion d’une conférence de presse extraordinaire, à laquelle ont assisté des représentants du centre opérationnel de crise et la maire de Sofia. Ces mesures sont justifiées par l’augmentation du nombre de nouvelles personnes contaminées et le non-respect des mesures déjà en place. Pour sa part, la maire de Sofia, Yordanka Fandakova, a annoncé que les effectifs de la police, chargés de surveiller le respect des mesures dans les transports en commun, seront doublés. La prorogation éventuelle de l’état d’urgence épidémique au-delà du 30 juin sera décidée d’ici la fin de la semaine.

Plusieurs hauts responsables du PSB seront dépistés (l’un d’entre eux, Yanaki Stoïlov, ayant été testé positif au Covid-19). Celui-ci a participé à une réunion du conseil national du PSB le 13 juin, ainsi qu’à une réunion du PSB de Sofia. Des tests de dépistage seront également effectués en masse à Haskovo, suite au test positif du célèbre joueur de tennis, Grigor Dimitrov, qui s’était rendu dans sa ville natale il y a quelques jours.

Politique

Vice-ministre de l’Environnement pour 19 jours

Le premier ministre, Boïko Borissov, a accepté la démission de Slaveya Stoyanova, ministre adjointe de l’Environnement et des Eaux. Nommée le 1er juin dernier à la place de son prédécesseur, Krassimir Jivkov, qui avait été arrêté dans le cadre de l’affaire de l’importation illégale de déchets, celle-ci ne s’est maintenue que 19 jours à son nouveau poste. Bien que Mme Stoyanova ait officiellement démissionné de son propre gré, sa démission aurait été demandée par M. Borissov, écrit Capital en citant des informations non-officielles. (tous médias)

Des doutes sur le licenciement d’un inspecteur de l’environnement

Un inspecteur travaillant à l’inspection régionale de l’environnement de Vratsa a été licencié pour la deuxième fois, après avoir signalé des irrégularités. En janvier dernier, Gueorgui Karaivanov avait trouvé des coffres non surveillés avec du mercure rouge et du perchlorate de potassium dans un ancien entrepôt militaire. L’année dernière, l’inspecteur avait été licencié après avoir signalé la présence de sulfate de carbone dans une ancienne usine d’engrais, avant d’être rétabli à son poste suite à l’intervention du premier ministre, Boïko Borissov. Ce matin, quelques dizaines de personnes ont manifesté en son soutien, affirmant que l’inspecteur a été licencié car il serait devenu « encombrant ». (bTV)

Justice

Plamen Bobokov donne une interview pour la television bTV

Plamen Bobokov, déjà poursuivi en raison de son appartenance présumée à un groupe criminel, lié à l’importation illicite de déchets en provenance d’Italie, a été à nouveau accusé, ce vendredi, cette fois pour trafic d’influence. En effet lors d’une interview à la bTV le dimanche, l’homme d’affaires a avoué avoir « soutenu », devant les autorités compétentes, la candidature de Nikolaï Nikolov au poste de procureur de district de Roussé. M. Bobokov n’a pas non plus caché le fait qu’il entretient des relations amicales avec le conseiller présidentiel, Plamen Uzounov, avec qui il a évoqué une décision de la Cour administrative suprême (alors qu’elle était encore non publique) et l’annulation de l’arrêté d’interdiction de départ du navire pétrolier libyen « BADR ». M. Uzounov a été convoqué le jour même par le Parquet spécialisé pour témoigner dans le cadre de l’enquête de trafic d’influence.

Lors de l’interview M. Bobokov a expliqué que, dans le premier cas, il ne s’agit pas de lobbysme mais bien de recommander « une personne digne, responsable et sérieuse ». Selon lui le choix de procureur de district est prédéterminé : « il y a deux piliers du pouvoir, qui déterminent qui, quand et où il sera envoyé. Je n’ai fait que profiter de la possibilité de connaître quelqu’un, proche du deuxième pilier, et je lui ai demandé si c’était possible de donner une chance à ce garçon ». Pour rappel, la candidature de M. Nikolov n’a pas été retenue à l’époque. (tous médias)

Médias

L’association des journalistes européens prend la défense du présentateur de l’émission « Foi et société »

Le présentateur et producteur délégué de l’émission « Foi et société », Goran Blagoev a annoncé la semaine dernière sur les réseaux sociaux « le début de la fin de l’émission » diffusée jusqu’à présent à la télévision nationale. Dans sa publication, il a affirmé que la rediffusion de l’émission a été suspendue pour la période estivale, mais que, selon toute probabilité, elle sera entièrement supprimée. Le directeur de la télévision, Emil Koshlukov a réfuté ses affirmations et a rappelé que le Saint Synode interdit au clergé de participer à l’émission. Il a déclaré que le refus du Saint Synode est motivé par le manque de pluralisme des points de vue ». Plus tard, l’association des journalistes européens (AEJ) a publié une déclaration à travers laquelle l’organisation demande à M. Koshlukov de donner des précisions sur l’avenir de cette émission, et d’expliquer si, à son initiative, une rencontre entre lui et le métropolite Garvil a eu lieu le11 juin afin de discuter sur « cette émission scandaleuse » selon les propos du directeur, rapportés par le Métropolite (ce qui pourrait être interprété, selon l’AEJ, comme de l’immixtion d’une autorité tierce dans le travail d’un média public. (Mediapool)

Menaces voilées contre un journaliste d’investigation

Nikolay Staykov, journaliste d’investigation et membre du Fonds anti-corruption, a fait l’objet de harcèlement téléphonique, et de vandalisme à son domicile. M. Staykov a expliqué avoir reçu, toutes les 30 minutes, des appels de personnes voulant parler avec « les pompes funèbres Staykov » et commander des gerbes et des cercueils. Des œufs ont été lancés contre son domicile et celui de son beau-père, où se trouvent les enfants du journaliste. « Nous avons des motifs raisonnables de penser que ces actes ont été effectués en lien avec une investigation en cours du Fonds anti-corruption », a estimé l’équipe de cette organisation. 24 heures plus tard, M. Staykov a expliqué que le harcèlement téléphonique s’est arrêté tout d’un coup, une fois son histoire relayée sur bTV.

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 23/06/2020

Haut de page