Lundi 23 avril

Politique

A la demande de sociétés proches de l’homme d’affaires Hristo Kovatchki, dont le projet politique Centre démocratique bulgare était représenté au parlement lors de la précédente législature, des comptes bancaires d’anciens députés, maires adjoints, conseillers municipaux et coordinateurs régionaux de ce parti ont été saisis. La raison en est des billets à ordre pour un montant d’un million de leva au total signés par les anciens élus du parti de M. Kovatchki. La plupart d’entre eux affirment avoir signé dans le passé uniquement des feuilles blanches en signe de loyauté envers le parti de l’oligarque et avoir utilisé les fonds que celui-ci leur avait donné uniquement aux fins de leur campagne électorale et activité politique. Il y a une dizaine d’années, une pratique similaire, visant à assurer la loyauté des élus par la signature préalable de billets à ordre, avait éclaboussé le parti Ataka et son dirigeant Volen Siderov. (24 Tchassa)

A l’issue d’une audience qui a duré 5 heures pendant laquelle Dessislava Ivantcheva, maire de l’arrondissement Mladost, et son adjointe Biliana Petrova sont restées enfermées dans une cage de verre, le tribunal pénal spécialisé a décidé de les mettre en détention provisoire. Cette même mesure de contrôle judiciaire a été prise à l’égard de Petko Dulguerov, ancien maire de Mladost et prétendu intermédiaire dans cette affaire, en dépit de ses aveux. Marin Markovski, avocat de Mme Ivantcheva, a plaidé une mise en scène visant à compromettre Mme Ivantcheva, dont 11 investisseurs mécontents de les empêcher de réaliser leurs projets, s’étaient plaints. Il a également précisé que les seuls endroits où a été trouvée de la poudre de détection fluorescente utilisée pour marquer les billets de banques dans sa voiture étaient la partie extérieure de son auriculaire et le nez. « Aurait-elle compté l’argent avec son nez », a-t-il relevé. L’investisseur à qui Mme Ivantcheva aurait demandé le dessous de table a raconté sa version devant la chaîne bTV. Plusieurs hommes et femmes politiques, avocats et spécialistes ont été sollicités par les médias pour livrer leur analyse. Sous l’intitulé « Que les gens qui critiquent le GuERB se mettent les menottes et se rendent. Il est difficile de croire une scène théâtrale spectaculaire lors de laquelle aucune affirmation n’a l’air convaincante », Sega publie l’analyse critique de Svetlana Gueorguieva. (tous media)

« Un système judiciaire dépendant, des médias sous pression, de la corruption à tous les niveaux de gouvernement, des mauvaises conditions dans les prisons et les lieux de détention, du trafic d’êtres humains et de la violence à l’égard des minorités », telle est l’image que dresse le rapport annuel pour 2017 du Bureau pour la démocratie, les droits de l’homme et le travail (DRL) auprès du Département d’Etat des Etats-Unis. Selon ce rapport, le gouvernement dispose de possibilités légales pour poursuivre la corruption mais ne les appliquent pas efficacement, ce qui crée le sentiment que les fonctionnaires à tous les niveaux sont impliqués impunément dans des pratiques de corruption. La violation des droits de l’homme reste également impunie, constate le rapport. (tous medias)

Interrogé si le brouillon du document proposé par le président de la République au Conseil consultatif de sécurité nationale contenait une position anti-euro-atlantique, Krassimir Karakatchanov, vice-premier ministre et ministre de la défense, a précisé que « le document initial abordait le thème de la Syrie mais sous un angle un peu différent qui d’ailleurs est vrai du point de vue juridique dans la mesure où les frappes étaient réalisées sans que le Conseil de sécurité de l’ONU se soit prononcé. Cependant, cette constatation a été inutile, la vocation du Conseil consultatif de sécurité nationale étant de proposer des choses concrètes et non pas de livrer des analyses géopolitiques ». (tous media)

« Les membres du GuERB se disent euro-atlantiques mais ont des partenaires au sein de la coalition qui sont eurosceptiques », a observé Moustafa Karadaïa, président du MDL au sujet de la participation de Volen Siderov, coprésident des Patriotes unis, à une enceinte économique en Crimée lors de laquelle il avait déclaré que la Crimée n’était pas annexée. (tous média)

Finances

Dans les pages de Troud, le financier Dimiter Tchobanov analyse les bénéfices pour la Bulgarie de l’adoption de l’euro : partager une monnaie unique avec une population de 340 millions de personnes, éliminer les risques de crise monétaire, augmenter la notation et la réputation du pays, encourager le commerce, le tourisme, et les investissements étrangers, améliorer la surveillance des banques et du marché financier. (Troud)

Ikonomist consacre une analyse détaillée à la décision du ministère des finances de révoquer tout un service – 250 agents de l’unité des contrôles opérationnels de l’Agence nationale des recettes, comme une mesure de lutte contre certaines pratiques de corruption récemment mises au jour. (Ikonomist)

Économie

Le secteur des services externalisés en Bulgarie : 50 000 emplois, salaire moyen de 2 400 leva, un chiffre d’affaires de 3 milliards de leva par an, participation à hauteur de 3,6% au PIB : un aperçu dans 24 Tchassa. (24 TChassa)

Énergie

D’ici le 30 juin prochain, le gouvernement déposera au parlement une proposition de levée du moratoire de 2012 sur la construction d’une deuxième centrale nucléaire à Belene. « Il nous faut essayer de mettre à profit de la meilleure façon les actifs du projet Belene et permettre la tenue d’une procédure ouverte de sélection d’un investisseur stratégique », a relevé la ministre de l’énergie Temenoujka Petkova sur BNT. (Standart)

« Compter sans son hôte » : analyse de la dépendance de la Bulgarie au gaz russe. Les règles de libéralisation du marché du gaz resteront lettre morte tant que le pays n’arrive pas à diversifier ses sources, estime l’auteur. (Ikonomist)

Santé

Le total des dettes de la Caisse nationale d’assurance-maladie envers ses partenaires étrangers s’élève à 271 millions de leva, dont 133 millions d’arriérés. La majeure partie de ces dettes a été accumulée à la suite de prises en charge planifiées et non du fait d’abus de la part de Bulgares ayant cherché une prise en charge d’urgence dans un autre Etat membre de l’UE, comme l’affirmait récemment le ministère de la santé. En 2017, seuls 190 ressortissants bulgares ont reçu des soins à l’étranger remboursés par la Caisse. Un an plus tôt, ils étaient au nombre de 230. (Sega)

Europe

A la veille du sommet UE-Balkans, qui se tiendra le 17 mai à Sofia, les chefs d’Etats et de gouvernements se réuniront pour un diner informel, annonce 24 tchassa. Le journal cite la ministre en charge de la présidence bulgare du Conseil de l’UE, selon laquelle les premiers ministres des pays qui boycotteront éventuellement le sommet du 17 mai à cause de la présence du Kosovo, ne pourront pas ne pas assister au dîner en raison de son format informel. (24 tchassa)
Le discours du président français au Parlement européen a lancé la campagne électorale pour les prochaines élections européennes, écrit Ivan Krastev dans un article pour la Deutsche Welle, repris par Standart. Selon le politologue, en repoussant encore la perspective d’élargissement, Emmanuel Macron « a fait geler » le processus sans en même temps proposer une alternative. Et même si le Président français n’a pas tort dans sa thèse, ses propos risquent de dégrader davantage la situation dans les Balkans occidentaux, ajoute M. Krastev. (Standart)

Balkans

Ikonomist consacre un article à la connectivité ferroviaire des Balkans, faisant partie des priorités de la PBUE. 43 Mdrs € seront indispensables pour y parvenir, mais actuellement la source du financement n’est toujours pas claire, commente l’hebdomadaire. (Ikonomist)

International

La présidente exécutive de la Banque mondiale a accordé une interview à la BNT et a présenté devant des journalistes bulgares les plans pour l’avenir de la banque et la hausse de son capital à la hauteur de 13 Mdrs $. Concernant la Bulgarie, Kristalina Gueorguieva souligne que le pays a une forte possibilité d’adhérer à la zone euro mais devrait améliorer les conditions de faire des affaires et remédier à la pauvreté. (tous media)

« La ‘communauté internationale’ punit et condamne suivant la logique calculatrice cynique de ses intérêts du moment » : commentaire du journaliste Filip Bourov qui pose la question de savoir pourquoi le monde libre n’est pas aussi prompt à défendre avec ses missiles les victimes au Yemen, à Gaza, à Afrin ou au Myanmar ? (Ikonomist)

Dernière modification : 23/04/2018

Haut de page