Lundi 25 janvier

Coronavirus

Bilan

• Nombre de personnes contaminées : 214 817 (+ 121 en 24h)
• Nombre de guérisons : 179 068 (+ 180 en 24h)
• Nombre de décès : 8 820 (+ 9 en 24h)
• Nombre d’hospitalisations : 2 874 (dont 283 en réanimation / soins intensifs)
• Nombre de personnes vaccinées : 26 143 (+ 24 en 24h)

Déconfinement partiel à partir de février ; tous les voyageurs venant en Bulgarie devront réaliser un test PCR

Les autorités envisagent d’autoriser la réouverture des gymnases, des salles de sport, de danse et d’activités culturelles, ainsi que des magasins dans les centres commerciaux dès le début du mois prochain. De leur côté, les élèves des classes de 5ème à 12ème (de CM2 à la terminale, selon le système français) reprendront l’enseignement en présentiel dès le 4 février, selon un schéma strict à déterminer. C’est ce qu’a annoncé ce matin le service de presse du gouvernement, à la suite d’une réunion entre le premier ministre, Boïko Borissov, et des autorités sanitaires. Le ministre de la Santé, Kostadin Anguelov, a été chargé avec la tâche de discuter avec les propriétaires de restaurants des différentes possibilités de réouverture de leurs établissements. M. Anguelov a annoncé l’introduction prochaine de l’obligation pour tous les voyageurs, y compris pour ceux en provenance des pays de l’Union européenne, de présenter un test PCR négatif à leur entrée sur le territoire bulgare.

Huit cas confirmés de la nouvelle variante plus contagieuse du coronavirus ont été détectés en Bulgarie, y compris des personnes qui viennent d’arriver du Royaume-Uni, a annoncé devant la BNT le directeur du Centre national de maladies infectieuses et parasitaires, Pr Todor Kantardjiev, en annonçant les résultats d’une étude de séquençage du génome viral. (tous médias)

International

Écho en Bulgarie des manifestations en défense de Navalny

Sofia et Varna se sont jointes aux manifestations organisées en Russie en défense du chef de l’opposition russe Alexeï Navalny.

À Sofia, plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées samedi devant l’ambassade de Russie. L’organisateur des protestations était le Russe Evgueniï Tchoupov, qui a récemment reçu l’asile politique en Bulgarie. « Il n’y a pas de liberté en Russie. Nous n’avons pas peur de Poutine et nous lutterons contre son régime », a-t-il déclaré. Parmi les protestataires, on notait la présence de représentants des partis « Oui, Bulgarie » de Hristo Ivanov et de « Républicains pour la Bulgarie » de Tsvetan Tsvetanov, ainsi que de l’association civile Boets.

À Varna, une autre manifestation a réuni près de 120 citoyens russes devant le consulat général de de Russie, pour demander la libération immédiate de Navalny. L’ancien député de la Douma, Guénnadi Zoubkov, a déclaré à la BNR qu’il vivait actuellement à Varna, craignant d’être arrêté s’il rentrait à Moscou, mais que son fils continuait de « se battre sur place, en Russie ».

« Nous condamnons les arrestations de manifestants pacifiques soutenant Alexeï Navalny dans toute la Russie et appelons à leur libération immédiate. La liberté de manifestation pacifique doit être respectée », a posté sur Facebook et Twitter la ministre des Affaires étrangères Ekaterina Zaharieva.

Lors d’une visite à Slivnitsa (région de Sofia), le premier ministre Boïko Borissov a appelé M. Roumen Radev à prendre position sur la détention de l’opposant russe : « La position du gouvernement bulgare, comme celle des institutions européennes, est claire : nous appelons à sa libération ». Mais « le silence du chef de l’État est assourdissant », a-t-il ajouté. « Il ne s’agit pas de s’immiscer dans les affaires intérieures de la Fédération de Russie. Il s’agit d’un processus purement démocratique : toute personne de l’opposition, ou toute personne qui n’aime pas un certain gouvernement, a le droit de le dire », a souligné le premier ministre.

Quelques heures plus tard, le président Radev a répondu aux critiques : « Les problèmes de la démocratie bulgare sont trop dramatiques pour qu’on les dissimule derrière des poses théâtrales de préoccupation. Je laisse ce rôle à Boïko Borissov ». Selon le chef de l’État, « Borissov ne s’est préoccupé ni des manifestants ou des journalistes bulgares battus, ni de l’empoisonnement de l’homme d’affaires Emilian Guebrev. S’il arbore maintenant la pose d’un défenseur de la démocratie, c’est parce qu’il y a déjà mis fin en Bulgarie. Il peut maintenant ‘libérer’ d’autres nations ».

La commission LIBE adresse des questions aux autorités compétentes en Bulgarie portant sur l’avancement des enquêtes impliquant des personnalités politiques importantes

La Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE) du parlement européen a adressé des questions supplémentaires portant sur le développement d’une série d’enquêtes et d’autres sujets de grande importance : au procureur général (Ivan Gueshev), à la ministre de la justice (Desislava Ahladova) et à la ministre des affaires étrangères (Ekaterina Zaharieva) qui est aussi responsable de la réforme judicaire en Bulgarie. Les eurodéputés du groupe de suivi de la démocratie, de l’État de droit et du respect des droits fondamentaux (DRFMG) s’intéressent à plusieurs affaires : quel est l’avancement de l’enquête de blanchiment d’argent dans le cadre de l’affaire connue sous le nom de « la maison à Barcelone » impliquant le premier ministre bulgare, Boiko Borisov ? Y a-t-il des enquêtes ouvertes, au sujet des enregistrements audio où l’on entend une voix similaire à celle de M. Borisov, ainsi qu’au sujet des photos prises dans sa résidence ? La Bulgarie envisage-t-elle de supprimer la procédure législative permettant d’obtenir la citoyenneté bulgare en échange d’investissements (les « passeports dorés ») ? Est-ce que l’on prévoit des amendements législatifs visant à réduire l’influence du procureur général au sein du Ministère public ? Suite à la dégradation de l’environnement médiatique en Bulgarie, des mesures, garantissant le pluralisme médiatique, la sécurité des journalistes et la mise en place de structures de propriété transparentes sont-elles envisagées ? Etc.

Dans ce contexte, quelques dizaines de personnes ont marqué le 200ème jour depuis le début des manifestations cet été. Les protestataires se sont réunis devant le Conseil des ministres et ont bloqué temporairement la circulation des voitures sur quelques grands boulevards. Quelques-uns ont tenté de s’infiltrer à l’intérieur du bâtiment, mais ils ont tout de suite été bloqués par un cordon de police. Les manifestants ont scandé pendant des heures le slogan connu : « la Mafia dehors » (Mediapool)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie

Dernière modification : 25/01/2021

Haut de page