Lundi 25 novembre

Politique

Plus de 15% des bulletins de vote (soit plus de 450 000) pour les conseillers municipaux ont été déclarés invalides

Dans une étude, l’Institut pour le développement de l’environnement publique (IPED) révèle que 466 077 bulletins de vote pour les conseillers municipaux (soit 15.1%) ont été déclarés invalides lors des dernières élections municipales. Ce chiffre, qui représente une hausse d’un point de pourcentage par rapport au scrutin de 2015, est sensiblement plus élevé qu’aux élections européennes de cette année (3.83% de bulletins invalides) et aux dernières élections législatives de 2017 (4.6%). Selon l’IPED, il y a deux explications possibles : i) la mauvaise sensibilisation des électeurs quant à la manière de voter, ce qui serait dû à des insuffisances dans la campagne d’information de la Commission électorale centrale, ou bien ii) la formation insuffisante des membres des bureaux de vote. Les experts de l’IPED recommandent, entre autres, l’engagement des partis politiques dans la formation des membres des bureaux de vote, ainsi que la simplification des procès-verbaux. (Sega, Darik News)

Manifestation des mères d’enfants handicapés contre la nomination de V. Siméonov à la vice-présidence du parlement

Vendredi dernier, des mères d’enfants handicapés ont manifesté devant l’Assemblée nationale contre la nomination du président du FNSB, Valéry Siméonov, à la vice-présidence du parlement. Elles ont demandé la démission de M. Siméonov, ainsi que celles des 118 députés qui ont voté pour sa nomination. Pour rappel, l’année dernière, dans le cadre des débats sur la loi sur les personnes handicapées et les manifestations des mères d’enfants handicapés, M. Siméonov, qui était vice-premier ministre à l’époque, a traité celles-ci de « groupe de femmes criardes » qui auraient spéculé avec « leurs enfants prétendument malades ». Une nouvelle manifestation est prévue pour ce soir.

Pour sa part, M. Siméonov a déclaré qu’il ne démissionnerait pas, justifiant du droit de la coalition des Patriotes unis (dont fait partie le FNSB) d’avoir un vice-président du parlement. De son côté, le groupe parlementaire du PSB, dont certains députés ont soutenu la nomination de M. Siméonov, a publié une déclaration dans laquelle il explique qu’il s’agissait d’un vote « institutionnel et non pas d’une indulgence pour les actes passés de Valéry Siméonov ». « Notre soutien à Valéry Siméonov était un acte inutile de bonne volonté et une erreur. Nous nous excusons auprès des mères qui ont été insultées et humiliées par ses propos (…). Nous l’exhortons à démissionner de ce poste », peut-on lire dans la déclaration. (tous médias)

Empoisonnement de l’homme d’affaire Emilien Guébrev

Le journal d’investigation Bellingcat a publié une nouvelle enquête selon laquelle huit officiers des services de renseignement militaire russe (GRU) sont impliqués dans l’affaire d’empoisonnement d’Emilien Guébrev, qui travaille dans le domaine de la production d’armes et de l’exportation de munitions à l’étranger. M Guebrev, son fils, ainsi que le directeur de son usine de production ont été empoisonnés par un agent innervant du type du « Novichok » l’année dernière. Selon lui, cette tentative d’assassinat est liée à son projet d’acheter une deuxième usine de production d’armes, située à la frontière avec la Roumanie. Les médias bulgares et britanniques ont fait un rapprochement entre l’empoisonnement de Guébrev et celui de Skripal et de sa fille, car l’agent secret du GRU Serguei Fedotov (identifié plus tard comme Denis Sergeev) était présent en Bulgarie au moment de l’empoisonnement. Les autres agents des services du renseignement militaire ont visité plusieurs fois la Bulgarie avant de passer à l’acte. Le journal Bellingcat a identifié vingt agents sous couverture, appartenant au GRU et qui ont de l’expérience militaire et des connaissances approfondies dans différentes domaines de la défense. Ces agents sont soupçonnés de participation aux opérations d’annexion de la Crimée, aux tentatives de déstabilisation de la Moldavie, à la tentative de coup d’Etat au Monténégro et au référendum d’indépendance de la Catalogne. Suite à la publication du site d’investigation Bellingcat, le député russe Andrei Lougovoï a déclaré qu’il s’agit « d’une attaque absurde mais coordonnée, qui a pour but de discréditer les services de renseignement russes, et de diminuer leur succès dans la lutte contre le terrorisme, surtout en Syrie ». « Ce n’est pas par hasard si le scandale d’espionnage en Serbie éclate juste avant l’arrivée du Président serbe à Moscou. Avant c’était au Monténégro, maintenant c’est la Bulgarie » a-t-il ajouté. (Articles de Bellingcat et The Guardian, repris par Svobodna Evropa et 24 heures)

Energie

Un sénateur tchèque saisit le Parquet bulgare au sujet de la centrale thermique de Varna

Le sénateur tchèque Lukáš Wagenknecht (Parti pirate) s’est rendu le 21 novembre en Bulgarie pour déposer un signalement au Parquet faisant état de doutes quant à la signature d’un contrat de vente désaventageux par le groupe CEZ, au profit de l’acheteur de la centrale thermique de Varna. CEZ étant un groupe public, le sénateur a également saisi la justice tchèque. Lukáš Wagenknecht estime que les soupçons sérieux d’irrégularités imposent l’ouverture d’une enquête : la centrale thermique a été vendue à une société bulgare (Sigda) sans expertise en matière d’énergie, qui l’a revendue quelques mois après à un homme politique, le président d’honneur du MDL Ahmed Dogan. En outre, le prix de vente fixé par CEZ était nettement inférieur à celui d’acquisition de la centrale, et ce malgré les nombreuses améliorations apportées par le groupe tchèque. (Douma)

Media

Un réseau dense de sites et de noms vise à crédibiliser des thèmes inspirés par GRU

Une étude réalisée par l’Observatoire Internet de l’Université de Stanford, sur le réseau en ligne mis en place par les services de renseignement militaire russes (GRU), met en lumière l’existence d’un tissu épais de centres d’analyses et de sites ayant pour objectif de faire relayer, par des media influents, des thèmes et des idées diffusés par GRU. L’analyse est intitulée « Livre blanc des sites et des personnages Potemkine », et couvre la période 2014-2019. La Bulgarie y figure avec un exemple de 2017, lorsque la « nouvelle » de l’implication du pays dans une filière de vente d’armes à Al Qaïda, via la Syrie, s’est trouvée reprise par le quotidien Troud et la chaîne Kanal 3. L’information provenait du site Infobalkans, créé en 2012 par GRU et administré depuis la Bulgarie, la Russie et les Etats-Unis. Ce site, resté des années non utilisé, n’a été activé qu’en 2017. (dnevnik.bg)

International

La visite du PM Borissov aux États-Unis

Le premier ministre Boïko Borissov s’entretiendra aujourd’hui avec le président américain Donald Trump. C’est la deuxième visite officielle de M. Borissov à la Maison Blanche, après sa rencontre en 2012 avec le président Obama. Le premier ministre bulgare est aussi, parmi ses homologues d’Europe centrale et orientale, le dernier à rencontrer l’actuel président américain, relèvent les media. Est-ce une récompense pour le contrat d’acquisition, par la Bulgarie, d’avions F-16 ? Non, a répondu dimanche, dans une interview sur bTV, l’ambassadrice américaine à Sofia en assurant qu’il s’agit d’approfondir et de porter à un niveau supérieur le partenariat stratégique entre les deux pays. Il est attendu qu’au centre de l’échange figurent, du côté bulgare, la politique de défense, l’énergie, la levée des visas pour les ressortissants bulgares. M. Borissov est accompagné par les vice-premiers ministres Tomislav Dontchev et Krassimir Krakatchanov (ministre de la défense), le ministre des finances Vladislav Goranov et le ministre de l’économie Emil Karanikolov. (tous media)

Dans une interview accordée à la rédaction bulgare de Deutsche Welle, l’ancien ambassadeur américain à Sofia James Pardew (2002-2005) souligne que les F-16 figureraient en bonne place durant l’entretien à la Maison Blanche. « Je suis sûr que le président Trump voudra lui-même cueillir les lauriers de la vente des F-16, montrer qu’au moment où l’on demande sa destitution, il œuvre pour l’industrie américaine. Le président profitera également de cette entrevue pour commenter des points politiques de l’agenda des Etats-Unis, pas de celui de la Bulgarie. […] En somme, il s’agit d’une rencontre normale entre deux chefs de gouvernement. Ils veulent tous deux valoriser le marché des F-16 et, quant à M. Borissov, il cherchera aussi à redorer son blason […] Je ne pense pas que cette rencontre puisse aboutir à autre chose », conclut l’ambassadeur Pardew. (www.dw.com/bg/)

Dernière modification : 25/11/2019

Haut de page