Lundi 7 janvier

Politique

Vignette électronique : lancement difficile du nouveau dispositif (suite)

Le désordre suscité depuis le 1er janvier dernier par l’introduction d’un système de vignette électronique a coûté les postes de trois hauts fonctionnaires. Samedi, à la demande du premier ministre Borissov, le directeur des péages à l’Agence d’infrastructure routière (API) Anton Antonov, le membre du Conseil d’administration d’API et responsable du système électronique de perception des taxes routières Vesselin Davidov et le conseiller de la ministre du développement régional Radoslav Nikolov ont quitté leurs fonctions. Par ailleurs, l’API a annoncé qu’en raison des problèmes avec la vente de vignettes et l’absence de distributeurs aux postes-frontières, la société Kapsch, chargée de la mise en œuvre du nouveau dispositif, sera contrôlée et sanctionnée selon les résultats du contrôle. Selon la ministre du développement régional, Petia Avramova, le nouveau système fonctionne et les problèmes techniques, dont quelques tentatives de piratage, sont résolus. (tous media)

Gonflant encore les rangs des mécontents, le président de la République Roumen Radev a relevé que le « chaos avec les vignettes est l’illustration d’un style de gouvernement, se caractérisant par l’absence de transparence et de responsabilité ». (tous media)

Nationalité bulgare

Dans une interview accordée à la Btv, Petar Popov, Bulgare ethnique de Moldavie, a témoigné de la « vente de la nationalité bulgare pour la somme de 1000 euros pendant les premières années » en Moldavie. Selon lui, c’est ainsi que 70% des 30 000 Bulgares de Moldavie, titulaires d’un passeport bulgare, l’ont obtenu. Les délais pour obtenir la nationalité bulgare varient en fonction du paiement ou du non-paiement de sa délivrance. M. Popov affirme qu’il y a des personnes corrompues en Moldavie qui seraient liées avec l’Agence des Bulgares à l’étranger. Il aurait refusé d’être impliqué dans ces schémas de corruption mais n’aurait pas jugé nécessaire de saisir les autorités de l’enquête bien qu’il connaisse personnellement les personnes qui y étaient impliquées. (btv.bg, Sega)

Élections européennes 2019

Le président du groupe parlementaire du GERB et vice-président du parti, Tsvétan Tsvétanov, sera à la tête des quartiers généraux du GERB pour les élections européennes de 2019. Une réunion nationale préélectorale aura lieu le 20 janvier pour présenter l’organisation de la campagne électorale et tous les événements associés, dont un « dialogue citoyen national » sur le thème « L’Europe chez nous » qui se déroulera entre février et avril dans toutes les régions du pays. (24 Heures)

Sega consacre un article au sujet des coalitions prévues pour les élections européennes entre « les petits partis ». Selon l’article, le leader d’Ataka, Volen Sidérov, et le député européen, Nikolaï Barékov, dont le parti « Recharge la Bulgarie » ne disposerait plus de soutien en Bulgarie, se sont refaçonnés en conservateurs pour monter une coalition et se positionner au sein du groupe des Conservateurs et réformistes européens. De leur côté, les partis d’opposition de la centre-droite chercheraient à s’unir, mais auraient du mal à le faire, alors que l’ex-ministre de la Santé, Pétar Moskov, serait en train de préparer un nouveau projet de droite tout en s’approchant du FNSB de Valéry Siméonov. « Plus les chances des politiciens bulgares de devenir députés européens sont petites, plus leur envie et les stratégies qu’ils inventent sont grandes », note le journal. (Sega)

Défense

La modernisation de l’armée : moins d’avions pour plus d’argent

A l’issue d’une cérémonie militaire, le président de la République Roumen Radev a de nouveau critiqué le gouvernement pour la procédure de choix d’avions de combat de l’armée de l’air. Le gouvernement a choisi le gagnant à l’encontre de ses propres règles et de celles de l’Assemblée nationale, a-t-il indiqué en soulignant que les gouvernants se sont engagés à payer une somme énorme en surplus de l’enveloppe budgétée. « Pour moi, c’est un triple coup contre la Bulgarie. On nous disait, que nous n’achetons pas de chasseurs pour qu’il y ait de l’argent pour les retraites. Maintenant, non seulement il n’y aura pas d’argent pour les retraites, mais nous dépenseront beaucoup plus pour moins d’avions », a tempêté le président de la République. Selon lui, c’est aussi un coup contre la confiance des partenaires européens que le gouvernement a utilisé comme des figurants dans la procédure. Parmi les « victimes », il a mis aussi les partenaires américains qui, « aux yeux des Bulgares, ont gagné non en respectant les règles, mais en faisant du lobbying politique ». (tous media)

Justice

Une des infirmières bulgares condamnées en Libye par le régime de Kadhafi obtient gain de cause

Douze ans ou presque après leur retour en Bulgarie à bord de l’avion de l’épouse de l’ancien président français, Cécilia Sarkozy, une des cinq infirmières bulgares, accusées d’avoir contaminé du virus du SIDA des enfants libyens, Nassia Nenova, a réussi à faire condamner par une juridiction bulgare neuf de ses tortionnaires pour traumatismes et souffrances subies dans les geôles libyennes. L’action en justice, engagée devant le Tribunal de grande instance de Sofia en 2012, a finalement abouti : les neuf agents libyens, dont un général et des colonels de la police, devront payer à Mme Nenova la somme de 500 000 leva à titre de dommages immatériels et 26 617 leva pour les dommages matériels subis. Les recours introduits par les quatre autres infirmières bulgares contre des fonctionnaires libyens sont soit pendants (ceux de S. Dimitrova et V. Tcherveniachka), soit arrêtés pour des problèmes de procédure (Kr. Valtcheva et V. Siropoulo). Comme l’observe les média, le jugement du TGI de Sofia, qui n’est pas définitif, n’a qu’une valeur de réconfort moral.

Europe

Le ministre des Transports participera à la manifestation des transporteurs bulgares à Bruxelles

Le ministre des Transports, Rossen Jéliazkov, participera à la manifestation des transporteurs bulgares, prévue pour le 10 janvier devant le siège du Parlement européen (PE) à Bruxelles, contre « le paquet mobilité ». C’est ce qui est ressorti d’une réunion de travail, vendredi dernier, entre les organisations des transporteurs bulgares et des députés bulgares du PE et des représentants des autorités nationales, dont le vice premier ministre, Tomislav Dontchev. « Il y a de l’hypocrisie, on dit qu’on protège des droits sociaux tout en limitant la libre circulation des personnes, des marchandises et des services », a commenté M. Jéliazkov. (24 Heures, Mediapool)

International

Un diplomate libyen est aujourd’hui à Sofia pour tenter d’éviter une « guerre navale » entre la Lybie et la Bulgarie

24 Heures consacre sa une et les deux pages suivantes à un différend commercial entre la Bulgarie et la Lybie ayant dégénéré en un contentieux entre ces deux Etats. Arrêté en novembre 2017 au port de Bourgas à la demande de la société BULGARGEOMIN en raison de créances dues par la Lybie, le 21 décembre le pétrolier libyen BADR s’est vu changer d’enseigne, de pavillon et d’équipage par un huissier de justice accompagné d’agents d’une société de gardiennage privée, de la Police aux frontières et de l’Administration maritime de Bourgas malgré l’arrêt de la Cour administrative suprême bulgare ordonnant sa libération. Le 28 décembre, ce pétrolier libyen, rebaptisé BDIN, a quitté le port de Bourgas sous pavillon panaméen avec son nouvel équipage et son capitaine ukrainien en dépit des consignes données par le ministère des affaires étrangères qui a été saisi par l’Etat libyen de plusieurs notes. L’administration maritime libyenne a riposté en ordonnant l’arrestation de tout bateau enregistré sous pavillon bulgare ou possédé par une société bulgare qui entre dans les eaux territoriales libyennes. A cette occasion, le diplomate libyen Jamal Ali Omar al-Barak, ancien ambassadeur en Allemagne et actuellement directeur du département des relations internationales du ministère des affaires étrangères libyen est aujourd’hui en Bulgarie pour « convaincre les autorités bulgares d’intervenir en vue de la libération du pétrolier BADR et de l’ouverture de poursuites pénales à l’encontre de tous ceux qui ont été impliqués dans cette affaire sans précédent dans le droit international. » (24 Heures)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie

Dernière modification : 07/01/2019

Haut de page