Lundi 8 juillet

Politique

Une conférence du GERB met fin à l’ère « Tsvetanov »

Lors de la conférence nationale du GERB, hier, la démission de Tsvetan Tsvetanov (numéro deux de ce parti), déposée au lendemain des élections européennes, le 30 mai dernier, a été acceptée. Le départ de M. Tsvetanov, provoqué par des suspicions de corruption dans le contexte de l’« Appartmentgate », le scandale des biens immobiliers luxueux acquis à prix inférieur aux prix du marché, s’est déroulé en deux temps. Fin mars, Tsvetanov a quitté son siège de député, mais il a attendu deux mois avant de se séparer de ses fonctions à la tête du parti, comme vice-président du GERB, membre de la commission exécutive et chef du l’état-major électoral. Sa démission a été approuvée avec 1046 « pour », 10 « contre » et 11 abstentions. Devant les journalistes, M. Tsvetanov a fait part de son intention de créer un centre euro-atlantique d’analyses stratégiques, spécialisé dans le domaine de la sécurité.

Les participants à la conférence ont également démis Roumiana Batchavrova de ses fonctions de membre de la commission exécutive, en raison de sa nomination au poste d’ambassadeur de Bulgarie en Israël. Deux nouveaux membres de cette commission ont été élus à sa place et à celle de M. Tsvetanov : Tsveta Karayantcheva, présidente de l’Assemblée nationale, et Todor Todorov, coordinateur pour la région de Silistra.

Des modifications ont été apportées aux Statuts du GERB afin de créer, à l’initiative du président du parti, Boïko Borissov, une commission de déontologie. Son objectif sera de veiller sur le comportement éthique des membres du parti et, de manière préventive, sur celui des cadres dirigeants. Le nouvel organe a été immédiatement saisi de deux signalements, venus de Sandanski et Bansko. Les deux villes sont dirigées par des maires du GERB. Par ailleurs, les cotisations versées par les membres seront augmentées et calculées en fonction du revenu. (tous media)

Le statut du Kosovo à l’origine d’un différend entre la Bulgarie et la Serbie

Interrogé par la radio nationale (BNR), au sujet l’impact de la nomination de l’espagnol Josep Borel sur l’intégration des pays des Balkans occidentaux, le premier ministre Boïko Borissov a expliqué qu’un fonctionnaire européen ne peut défendre que l’intérêt de l’Union, et que si Josep Borel était nommé Haut représentant de l’Union, il ne pourrait pas imposer la position de l’Espagne aux pays qui ont reconnu le Kosovo.

Cette prise de parole a suscité la colère du ministre des affaires étrangère serbe, Ivica Dačić, qui a conseillé à Boïko Borissov de respecter la position de l’UE, et non pas de donner des leçons à Josep Borel. « J’en ai déjà assez. Et dire qu’il y a quelques mois, nous t’avons décoré ! »

Les ministres des affaires étrangères de la Bulgarie et de la Serbie se sont vus obligés de rappeler leurs ambassadeurs afin d’obtenir des précisions au sujet de ces prises de paroles. Pour sa part, le président serbe Vucic a qualifié ce différend d’ « un malentendu transitoire » et a promis de s’entretenir avec le président Radev et le premier ministre Borissov afin que « nos relations retrouvent leur niveau d’excellence ». Il a rappelé que « la minorité bulgare habitant la Serbie ne devrait pas pâtir de tels désaccords ».

Économie

Mise en concession de l’aéroport de Sofia

Sous le titre « En tant que seul consortium composé à 100% d’opérateurs aéroportuaires, nous sommes capables d’augmenter le trafic et le tourisme à Sofia », 24 Heures publie une interview avec Edward Arkwright, directeur général exécutif du Groupe Aéroports de Paris (ADP) et président du conseil d’administration de TAV Havalimanlari Holding, au sujet de l’offre déposée par le consortium pour la procédure de mise en concession de l’aéroport de Sofia. Selon M. Arkwright, le consortium investira 900 millions d’euros « avec un coût zéro pour l’État bulgare », alors que l’État devrait recevoir 5,3 milliards d’euros de revenus pour toute la période de la concession, dont 281 millions lui seront versés initialement. Le quotidien rappelle que le Groupe ADP, partenaire principal au sein du consortium avec 75%, gère 25 aéroports dans 13 pays et a desservi 281 millions de passagers en 2018. (24 Heures)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie

Dernière modification : 08/07/2019

Haut de page