Mardi 10 juillet

Politique

Après l’accord atteint lors du sommet 16+1 d’exporter vers la Chine du tabac bulgare, à raison de 10 000 tonnes de matière séchée (10 millions de tonnes de tabac non séché), les producteurs attendent l’arrivée d’experts chinois pour évaluer les premières quantités à exporter dès 2019. A ce stade, il n’y pas de clarté sur les paramètres de cet accord, a commenté Tsvetan Filev, président de l’Association des producteurs de tabac. Selon lui, l’intérêt de la Chine serait attiré par le tabac oriental. La Bulgarie peut en proposer jusqu’à 8 000 t sur les 16 000 t de tabac séché, toutes variétés comprises, produit annuellement dans le pays. « Il a fallu probablement une décision politique pour que la Chine, qui est le plus grand producteur mondial de tabac, accepte d’acheter notre tabac », conclut M. Filev en louant ce succès du gouvernement bulgare. (bnr.bg, 24 Tchassa)

« Pour la réalisation du projet Belene, la Bulgarie recherchera un investisseur chinois et un grand investisseur européen avec l’entremise des Chinois », a indiqué le ministre de l’économie et de l’énergie Emil Karanikolov dans une interview sur BNT, en soulignant que la mise en œuvre des grands projets resterait soumise aux règles européennes. (Sega)

« Le maintien de bonnes relations commerciales avec la Chine revêt une valeur positive pour l’économie bulgare, mais après les fanfares et l’entourage médiatique je n’ai pas le sentiment de savoir quels accords le gouvernement a vraiment signés », observe le financier et économiste Lioubomir Datsov, ancien vice-ministre des finances. « Pour l’instant, ce n’est qu’un signe positif de la part de la Chine sans grand impact pour l’économie bulgare. Je ne vois rien dans ces schémas ou projets dont on parle qui pourrait apporter de la valeur ajoutée ». (bnr.bg)

« Il n’y a pas de séismes au sein du gouvernement, seulement de légères vibrations » : réponse du vice-premier ministre Tomislav Dontchev à la question de l’animateur du bloc matinal de bTV sur la stabilité du gouvernement secoué par certains désaccords exprimés par les Patriotes unis vis-à-vis de projets de loi portés ou promus par le GERB. (dnevnik.bg)

Le député européen Anguel Djambazki (ORIM) et le conseiller au Conseil municipal de la ville de Sofia Carlos Contrera (tête de liste de l’ORIM aux élections municipales en 2015 et président du parti politique « Patriotes pour Sofia - ORIM et Ataka ») ont adressé une lettre au premier ministre Boïko Borissov afin de demander la fermeture des trois centres de placement de réfugiés sur le territoire de Sofia. Ils insistent également dans cette lettre pour que tous les autres centres d’accueil de réfugiés dans le pays soient de type fermé. Cette dernière position a déjà été exprimée par le président de l’ORIM et vice-premier ministre Krassimir Karakatchanov qui s’est également opposé à l’ouverture de la Bulgarie aux migrants clandestins et aux retours de migrants en provenance d’Allemagne et d’autres pays en Bulgarie. (tous media)

Dans une lettre adressée aux trois coprésidents des Patriotes unis, le PSB demande la démission de la vice-ministre du travail et de la politique sociale Soultanka Petrova en raison de la mort tragique d’un jeune gardien d’un chantier dans le bâtiment de l’Assemblée nationale, place Kniaz Alexander Battenberg, employé par une société de gardiennage qui serait liée à la famille de la vice-ministre relevant du quota des Patriotes unis. Dans un reportage de la bTV, Philippe Tchipev, propriétaire unipersonnel et gérant de ladite société, a expliqué être « le père des petits enfants de la ministre et pas l’époux de sa fille » tout en précisant que « l’époux de Soultanka Petrova est son mandataire et l’aide parfois pour établir contact avec des gardiens ». Selon ce même reportage, la société avait initialement appartenu à Mme Soultanka Petrova. Pour sa part, Krassimir Karakatchanov a considéré qu’il ne peut pas s’agir d’un conflit d’intérêt dans la mesure où à la date de la conclusion du contrat avec la société de gardiennage, le 21 avril 2017, « Mme Petrova n’a été personne » dans la mesure où elle n’a pas été élue député le 26 mars 2017 et n’a été nommé vice-ministre que le 12 ou le 15 mai ». (tous média)

Selon le dernier classement d’Eurostat, l’indice du volume du PIB par habitant en standards de pouvoir d’achat (SPA) de la Bulgarie est de 47 par rapport à la moyenne de l’Union européenne (EU28) fixée à 100 et est par conséquent le moins important en Europe. Avec un indice de 266 le Luxembourg occupe la première place dans ce classement. (Standart)

Roumen Hristov a été élu à la tête de l’Union des forces démocratiques (UDF). Dans des interviews accordées à Standart et à la chaîne bTV, il a précisé que l’UDF sera une opposition extraparlementaire positive et soutiendra la candidature de la Bulgarie à la zone euro et à l’Union bancaire et si celle-ci aboutissait, féliciterait le gouvernement au pouvoir. (tous média)

L’Institut national de la statistique (INS) a soumis à la consultation publique un document régissant le déroulement et le contenu du recensement en 2021 qui fera ensuite l’objet d’un projet de loi spéciale. L’ORIM, Ataka et le MDL ont déjà eu l’occasion de s’opposer à ce que des données relatives à l’appartenance ethnique soient collectées. La question relative aux sexes n’est pas expressément prévue au document soumis à la consultation publique mais risque de donner lieu à une divergence d’opinions, souligne Sega. (tous media)

Selon un sondage de l’agence Mediana, 43% des Bulgares considèrent que la Bulgarie n’a pas tiré profit de sa première présidence de l’UE. 56% sont plutôt déçus du gouvernement de Boïko Borissov et en cas d’élections anticipées 24,8% voteraient pour son parti, contre 20,5% pour le PSB, 9,7% pour les Patriotes unis et 8,3% pour le MDL. Un éventuel parti de l’animateur Slavi Trifonov remporterait 4,7% et serait donc représenté au Parlement. (Sega)

Selon l’analyse du ministère du travail et de la politique sociale, le seuil de pauvreté s’élèvera à 348 leva en 2019. (tous media)

Media

Le Centre européen pour la presse et la liberté des media (ECPMF) a publié en avance certaines conclusions de sa mission en Bulgarie, réalisée en juin dernier et basée sur seize interviews de terrain. L’organisation y souligne la propriété opaque des media, la redistribution inéquitable des financements publics destinés à la presse, l’influence corrosive des forces politiques et l’utilisation de la législation comme outil de pression sur les journalistes. (https://ecpmf.eu/news/press-releases/ecpmf-fact-finding-mission-bulgaria, Sega)

L’Union des journalistes en Bulgarie proteste dans une lettre ouverte contre l’examen par le parlement d’un « projet de loi inepte, proposé par Delian Peevski et autres députés MDL, qui ne cherche à éclairer ni le rôle du pouvoir dans la répartition de fonds publics ou européens au profit de media qui sont à ses ordres, ni le financement occulte de ce type de media par les banques, ni l’influence du gouvernement sur le marché publicitaire et la diffusion de la presse ». L’organisation exprime sa profonde indignation contre les atteintes aux droits des journalistes devenus particulièrement fréquentes ces derniers mois. (Douma, dnevnik.bg)

Balkans

Le président de la République Roumen Radev a assisté à la cérémonie de prestation de serment de son homologue turc Recep Tayyip Erdoğan. « Mon objectif est de bâtir des relations de confiance et de respect mutuels avec tous les chefs d’Etat des pays voisins. N’oublions pas que dans le contexte actuel et surtout dans notre région, le bon voisinage joue un rôle clé pour le maintien de la paix et de la stabilité », a indiqué M. Radev en réponse à une question journalistique quant à l’opportunité de sa présence à Ankara où il était le seul chef d’Etat d’un pays membre de l’UE. (tous media)

« La Turquie n’est plus une république parlementaire, ce n’est plus l’Etat que nous connaissions » : analyse de l’expert Vladimir Tchoukov provoquée par l’inauguration du nouveau régime présidentiel en Turquie. « Nous devons nous rendre compte que nous avons pour voisin un pays de 80 millions d’habitants, au pouvoir autoritaire, qui a l’ambition de devenir un leader mondial. Tout cela doit changer le regard que nous portons sur la Turquie. Il est très important de préserver nos relations de bon voisinage, mais sans devenir dépendants vis-à-vis d’Ankara. Il faut voir si aux prochaines élections législatives [en Bulgarie], il y aurait des formations politiques du type de DOST [parti créé et dirigé par Lioutvi Mestan], directement financées et soutenues par Ankara ». (Standart, bnr)

Europe

Le premier ministre Boïko Borissov participera aujourd’hui à la cinquième édition du sommet du Processus de Berlin à Londres qui vise à réaffirmer le soutien à la perspective européenne des pays des Balkans occidentaux. Des questions relatives au développement de l’infrastructure, à l’amélioration de la croissance économique dans la région, à la sécurité et à la migration y seront traitées. (tous médias)

Dernière modification : 10/07/2018

Haut de page