Mardi 10 novembre

Coronavirus

Bilan

• Contaminés : 78 976 (+ 3 816 en 24h)
• Guérisons : 25 283 (+ 875 en 24h)
• Décès : 1 771 (+ 106 en 24h)
• Nombre d’hospitalisations : 4 004 (dont 270 en réanimation / soins intensifs)

De nouvelles restrictions seraient mises en œuvre jeudi

S’exprimant ce matin sur Nova TV, le ministre de la Santé, Kostadin Anguelov, a annoncé que de nouvelles mesures antiépidémiques seraient instaurées à partir de ce jeudi, sans pour autant aller jusqu’au confinement total. Les écoles où le taux de contaminations dépasse les 20% devront continuer d’assurer l’enseignement à distance. Les bars de nuit devraient rester fermés, alors que l’heure de fermeture des restaurants serait uniformisée sur l’ensemble du territoire (probablement autour de 23h30, comme c’est le cas actuellement à Sofia). Les grands espaces communs de travail ne devraient opérer qu’à 50% de leur capacité, et des plages d’horaires seraient réservées aux personnes âgées pour faire leurs courses dans les magasins. (24 Heures, Dnevnik)

Manifestation contre l’élevage de visons en Bulgarie

Suite aux informations relatives à l’apparition, dans des fermes de visons au Danemark, d’une mutation du virus de la Covid-19 potentiellement résistante aux anticorps, se transmettant aux humains, une manifestation contre l’élevage d’animaux à fourrure en Bulgarie était prévue samedi dernier, à côté d’une ferme située dans le village de Madjérito (région de Stara Zagora). La manifestation a finalement été reportée en raison de la situation épidémique, mais elle s’est déroulée par des actions en ligne et la création d’une plateforme par laquelle chacun peut écrire aux autorités nationales et leur demander de mettre fin à cette pratique. Pour mémoire, un projet législatif visant à interdire les « fermes à fourrures » a été introduit au Parlement il y a plus d’un an, après l’obtention de 51 000 signatures de soutien, mais il n’a pas encore été examiné par toutes les commissions parlementaires. (bTV, BNT, Darik News)

Politique

La Bulgarie marque le 31ème anniversaire de la chute du communisme

Il y a 31 ans, la session plénière du comité central du Parti communiste bulgare a voté la démission de Todor Jivkov, alors secrétaire général de ce comité : un événement ayant sonné le glas du régime communiste en Bulgarie. À cette occasion, le premier ministre, Boïko Borissov, a écrit sur Facebook : « Cette date a changé le destin de la Bulgarie et de chaque personne. Nous sommes passés par une transition très difficile, mais l’important c’est que nous avons préservé la paix et nous avons continué en avant ». « Il faut se souvenir que durant toute la transition, il y a avait un parti qui menait successivement la Bulgarie à des faillites bancaires, à l’hyperinflation, à un système de coupons, des pénuries d’électricité et à l’isolement européen », a-t-il ajouté.

À son tour, le président de la République, Roumen Radev, a écrit : « Trois décennies après le début de la transition, la corruption s’est substituée à l’idéologie, et la loi s’éloigne de plus en plus de la morale » ; « L’autocratie et ses partenaires en coulisses ont ramené la société au point de départ de la transition ». (Darik News, BNR, Focus News)

Balkans

Processus de Berlin : Sofia et Skopje coprésident le 7ème Sommet

Les premiers ministres de Bulgarie et de la République de Macédoine du Nord Boïko Borissov et Zoran Zaev coprésideront aujourd’hui depuis Sofia le 7ème Sommet du processus de Berlin, qui se tiendra en visioconférence. Aux côtés des Etats membres de cette initiative, des institutions européennes et d’autres organisations internationales et régionales prendront part au Sommet : le Conseil de coopération régionale, CEFTA, l’OCDE, la Banque européenne d’investissement, la Banque pour la reconstruction et le développement, la Banque mondiale et l’Office régional pour la coopération de la jeunesse des Balkans (RYCO).

Le premier ministre macédonien Zoran Zaev est arrivé ce matin à Sofia, accompagné de plusieurs ministres. Les relations entre la Bulgarie et la Macédoine du Nord sont restées tendues, même pendant la présidence conjointe du processus de Berlin. « S’il n’y a pas de réconciliation réelle et juste, de bonne foi, une volonté de mettre sur la table et de résoudre les questions en suspens, rien ne sera possible », a relevé la ministre bulgare des Affaires étrangères Ekaterina Zaharieva dans une interview en soulignant que ces derniers mois, ses équipes avaient recensé plus de 10 000 publications anti-bulgares dans les media macédoniens. Dans le même temps, Berlin reste déterminé à franchir la prochaine étape de l’élargissement de l’Union européenne d’ici la fin de l’année. Hier, à l’issue de la rencontre des ministres des Affaires étrangères des pays participant au Processus de Berlin, le ministre allemand Heiko Maas a indiqué que « les intérêts de la Bulgarie vis-à-vis de la République de Macédoine du Nord doivent être protégés pour que le processus d’intégration européenne se poursuive. Le Conseil européen ne peut pas résoudre les problèmes bilatéraux. La Bulgarie et la Macédoine du Nord doivent résoudre les contradictions existantes. Sinon, le processus d’adhésion et d’élargissement ne pourra pas avancer ». (tous media)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 10/11/2020

Haut de page