Mardi 11 décembre

Politique

2019 : l’inflation guette au coin

Une flambée des prix à partir du Nouvel An, annonce Sega à sa une. Le coût de l’eau augmenterait dans la plupart des régions (de près de 10% pour Sofia et Bourgas), si la Commission pour la régulation de l’eau et de l’énergie approuve les demandes des opérateurs locaux. Le groupe Bulgartransgaz a demandé pour sa part une hausse de 3,5% du gaz naturel et les prix de l’électricité pour les entreprises sur le marché libéralisé a déjà augmenté de 350% depuis le début de l’année, écrit le journal en précisant que la pression énorme sur les denrées alimentaires se fait déjà sentir. (tous media)

Sondage de l’Institut Afis

Selon le dernier sondage de l’Afis, 58% des personnes interrogées considèrent que la corruption augmente en Bulgarie. Selon les sociologues, cela est dû à la défiance envers le système judiciaire (68%). C’est notamment le système public qui est considéré comme souffrant le plus de la corruption (43%), suivi par ceux les douanes (34%), de la santé (24%), de la police (19%) et les partis politiques (17%). 66% des sondés sont méfiants à l’égard de la nouvelle commission de répression de la corruption et de la confiscation des biens acquis de manière illégale. (tous media)

La corruption coûterait 11 milliards d’euros par an à la Bulgarie

La corruption en Bulgarie coûterait au pays 11 milliards d’euros par an, ce qui représente 14% de son PIB, révèle une étude sur les coûts de la corruption dans l’Union européenne qui a été préparée par le groupe des Verts au Parlement européen, et publiée, dimanche dernier, à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption. Selon cette étude, les pertes encourues par la corruption seraient 1,8 fois plus élevées que le budget dédié aux dépenses sociales (6,1 milliards d’euros), 360 fois plus élevées que les dépenses pour le programme national pour l’emploi (environ 31 millions d’euros) et dépasserait trois fois le budget pour la santé. L’étude se base sur des informations officielles des institutions européennes : la Commission européenne, l’Office européen de lutte antifraude (OLAF), l’office de statistique de l’UE (Eurostat), des rapports du Parlement européen. (Sega)

Le ministère de la Défense aurait dépensé 31 millions de léva sans marché public

Le ministère de la Défense aurait dépensé 31 millions de léva (15,9 millions d’euros) depuis 2015 pour satisfaire aux besoins alimentaires de l’armée, sans avoir lancé une procédure de marché public, selon un reportage de bTV relayé par Sega. En 2015, le ministère de la Défense a ouvert une procédure de marché public à laquelle 18 entreprises se sont présentées, dont 7 ont été retenues. Cela a donné lieu à des recours juridictionnels, définitivement tranchés en avril 2018 lorsque la Cour administrative suprême a enjoint au ministère de la Défense de reprendre la procédure de marché public. Mais le Ministère y a mis fin. Durant cette période, le ministère de la Défense payait, d’abord, les militaires au lieu de distribuer de la nourriture, mais suite à un changement législatif intervenu en 2016, il a lancé plusieurs procédures d’une valeur de 30 000 léva, ce qui permet de négocier directement avec les fournisseurs. (Sega)

Baisse du niveau de vie en Bulgarie entre 2010 et 2017

La Bulgarie est en dernière place dans l’Union européenne quant au niveau de vie, et les écarts avec les autres États membres de l’UE se sont aggravés entre 2010 et 2017. C’est le constat d’une étude préparée par deux chercheurs de l’Institut de recherches économiques auprès de l’Académie bulgare des sciences. Les auteurs ont également étudié les différences et les changements de niveau de vie entre les régions : ainsi, le Sud-Ouest reste en tête sur toute la période étudiée, le Centre-Nord et le Centre-Ouest auraient enregistré des améliorations significatives, alors que le Centre-Sud serait parmi les perdants. (Troud, Sega)

Europe

La non-admission de la Bulgarie et de la Roumanie à l’espace Schengen est discriminatoire et inéquitable

Le Parlement européen votera aujourd’hui le rapport présenté par l’eurodéputé Sergueï Stanichev, appelant à l’adhésion immédiate de la Bulgarie et de la Roumanie à l’espace Schengen. Dans plusieurs interventions devant les media, M. Stanichev a protesté contre la politique de « deux poids, deux mesures » appliquée par le Conseil européen à l’égard de ces deux Etats membres qui ont satisfait, depuis 2011, à l’ensemble des critères d’adhésion. Selon lui, les tentatives de lier la question de l’élargissement de l’espace Schengen aux résultats du mécanisme de suivi (MCV) ou de proposer une adhésion partielle (par mer et par air) sont inéquitables et contredisent les règles européennes et le bon sens. (tous media)

Propos de la vice-première ministre et ministre des affaires étrangères sur la crise entre l’Ukraine et la Russie

Interrogée par des journalistes sur le conflit entre l’Ukraine et la Russie la vice-première ministre et ministre des affaires étrangères Ekaterina Zaharieva a déclaré, en marge de sa participation au Conseil des affaires étrangères, que « personne ne veut que la tension augmente. Nous appelons à la libération immédiate des marins et des vaisseaux de navigation ». Selon M. Zaharieva, le Conseil a appelé à ce que l’élection présidentielle en Ukraine ne soit pas reportée.

Balkans

Ekaterina Zaharieva : L’intérêt bulgare exige que la Macédoine adhère à l’OTAN et à l’UE

La signature du traité de bon voisinage entre la Bulgarie et la Macédoine ne signifie pas que tout a été fait, ce n’est que le début de ce qui doit être fait, a observé la ministre des affaires étrangères Ekaterina Zaharieva depuis Bruxelles où elle s’était rendue pour assister au Conseil des affaires étrangères de l’UE. Selon Mme Zaharieva, l’intérêt national bulgare suppose que la Macédoine adhère à l’OTAN et entame des négociations d’adhésion avec l’UE. Appelant à des résultats des travaux de la commission mixte bulgaro-macédonienne chargée d’épurer les dissensions historiques, la ministre s’est dite confiante que ses membres sauront rapprocher leurs positions sur la base des témoignages historiques existants, tels qu’autobiographies, documents écrits, etc. « Nous ne voulons rien d’inhabituel, seulement la vérité sur l’histoire de nos deux pays. […] Aucun Etat européen ne veut que nous apportions, au sein de l’UE, nos problèmes. Il ne faut pas que des questions non résolues restent au moment de l’ouverture des négociations, lorsque chaque Etat membre aura l’obligation de donner son accord chapitre par chapitre », a conclu Mme Zaharieva. (dnevnik.bg)

International

Le Pacte mondial sur les migrations

Des représentants de plus de 150 pays réunis à Marrakech ont formellement approuvé le Pacte mondial sur les migrations. La Bulgarie n’avait pas envoyé de représentant à Marrakech et son gouvernement avait décidé de « s’abstenir d’une adhésion au Pacte ». Se référant au procès-verbal de la dernière réunion du Conseil des ministres, le site dnevnik.bg cite les propos du vice-ministre des affaires étrangères Gueorg Gueorguiev au sujet de la position de la Bulgarie sur le Pacte mondial sur les migrations selon lesquels « le pays se réserve le droit d’appliquer les textes du documents qui sont au service de ses intérêts ». (tous media)

Sur les réseaux sociaux :

Ognian Mintchev, politologue, à propos des récentes déclarations du vice-premier ministre Alexandre Karakatchanov selon lesquelles la Bulgarie pourrait s’opposer à l’adhésion de la Macédoine à l’OTAN et à l’UE si ce pays ne respecte pas l’histoire commune qu’il partage avec les Bulgares : « Les relations entre la Bulgarie et la Macédoine sont d’une priorité essentielle à l’échelle des intérêts de long terme de ces deux pays pour qu’elles soient instrumentalisées à des fins opportunistes ou, en vue d’ambitions politiques personnelles. […] Les conflits et les contradictions, notamment lorsqu’ils touchent aux visions du passé, doivent être surmontés sereinement, pas à pas, avec la conscience claire que certains stéréotypes sur l’histoire, l’identité et les relations bilatérales ne peuvent pas être effacés de la conscience sociale en quelques jours ou semaines. Laissez la commission bilatérale faire son travail ! Arrêtez vos déclarations politiques pleines d’intolérance, de menaces, d’exigences catégoriques et de conditions ! L’intérêt national bulgare ne saurait être défendu avec du radicalisme et une surenchère de prétentions ! » (Facebook)

Dernière modification : 11/12/2018

Haut de page