Mardi 13 octobre

Coronavirus

Bilan

• Nombre de personnes contaminées : 24 989 (+ 587 en 24h)
• Nombre de guérisons : 15 975 (+ 128 en 24h)
• Nombre de décès : 915 (+ 23 en 24h)

Politique

La Russie expulse deux diplomates bulgares

Hier, la Fédération de Russie a déclaré persona non grata deux diplomates bulgares en poste à Moscou. Le service de presse du ministère russe des Affaires étrangères a annoncé qu’il s’agissait d’une « mesure en miroir » de la décision des autorités bulgares d’expulser, en septembre dernier, deux diplomates du service économique et commercial de la Russie à Sofia, accusés par le Parquet bulgare d’espionnage. (tous media)

Justice

La Cour suprême de cassation reconnaît les droits de propriété de Siméon de Saxe-Cobourg-Gotha sur le palais de Tsarska Bistritsa

La Cour suprême de cassation a statué : le palais de Tsarska Bistritsa dans le mont de Rila appartient à l’ancien roi de Bulgarie Siméon de Saxe-Cobourg-Gotha (premier ministre 2001-2005) et à sa sœur Marie-Louise. L’arrêt se fonde sur une décision interprétative de la Cour constitutionnelle de 2019. C’est la première perte judiciaire essuyée par l’État dans une série de litiges concernant les « immeubles royaux ». Confisqués par une loi en 1947, ces biens ont été restitués aux héritiers de la famille royale à la veille du retour de Siméon II en Bulgarie et pendant son mandat de premier ministre (au titre d’une décision de la Cour constitutionnelle de 1998 considérant comme annulée la loi de 1947). En 2009, avec la venue du GERB au pouvoir, l’État, en la personne du ministère du Développement régional et des Travaux publics, a déclaré son intention de reprendre les biens restitués. Jusqu’à présent, l’État a obtenu gain de cause en dernière instance pour le chalet de chasse Saraguiol (Borovets) et le palais de Sitniakovo (Rila), ainsi que pour le palais de Kritchim (région de Plovdiv). D’après le site Defacto.bg, les seuls litiges pendants, en première instance, restent ceux du palais de Vrana (Sofia) et des forêts au mont Rila (16,5ha). (tous media)

Médias

Une conférence sur la liberté de la presse avec la participation de la vice-présidente de la Commission européenne, Vera Yourova a eu lieu à Sofia et à Bruxelles

Une conférence en ligne et en présentiel, à Sofia et à Bruxelles, a été organisée hier à l’initiative de l’eurodéputée PSB/PES, Elena Yoncheva, et du rédacteur d’EUROACTIV pour la Bulgarie, Gueorgui Gotev. Au début de la conférence, le thème de la liberté des médias a été commenté par la vice-présidente de la Commission européenne, Vera Jourova. Elle a souligné l’importance de l’indépendance des médias pour le renforcement des principes démocratiques et a assuré que, d’ici à la fin de l’année, la Commission européenne va présenter deux plans d’actions : le premier pour la démocratie européenne et le second pour les médias audio-visuels, en vue d’assurer la protection des journalistes et dans le but de poursuivre la transformation digitale dans le secteur. Tout en rappelant les principaux problèmes (notamment : le manque de transparence dans la propriété des médias, la pression sur les plus petits journaux exercée à travers la publicité d’État, le harcèlement sur les médias indépendants et d’investigation à travers la menace de représailles physiques, de l’ouverture d’un procès judiciaire, еtc.) Mme Jourova a annoncé que la Commission a initié une série de « projets pilotes » qui doivent mettre en évidence les risques pour le pluralisme médiatique, et offrir un soutien aux journalistes d’investigation en mettant à leur disposition une assistance juridique et pratique.

En outre, l’eurodéputée Elena Yoncheva a souligné comme problème principal le fait que les fonds européens destinés au soutien du journalisme, sont distribués par les gouvernements nationaux. Elle a fait appel à la création d’un mécanisme global de régulation de l’environnement médiatique, et à la mise en place d’une uniformisation des standards relatifs à la propriété des médias au niveau européen. Le représentant de l’association « Reporters sans frontières », Pavol Szalai, a déploré le fait qu’après avoir élaboré une feuille de route pour l’amélioration des médias en Bulgarie, en accord avec le premier ministre qui devait l’étudier. Mais depuis, l’association n’a plus de réponse. P. Szalai a également proposé la création d’une commission « nationale, indépendante et pluraliste visant à renforcer la liberté d’expression ». Selon M. Szalai, la Commission européenne doit publier des recommandations en fonction de la situation spécifique de chaque État membre, liées à l’état des médias. Il a également proposé l’imposition de sanctions pour les pays qui ne respectent pas les valeurs fondamentales.

Cette conférence s’inscrit dans une série d’évènements sur le même sujet organisés à Sofia, par des organisations non gouvernementales, par des instituts culturels, dont l’Institut français, et grâce au soutien des Pays-Bas, de l’Allemagne et de la France. (Dnevnik, Mediapool)

Défense

Le chef de la défense confirme que de nouvelles troupes américaines ne seront pas déployées en Bulgarie

Le chef de la défense, l’amiral Émile Eftimov, a déclaré que la question du déploiement de troupes américaines supplémentaires en Bulgarie n’a pas été discutée lors de la visite du ministre de la Défense, Krassimir Karakatchanov, aux États-Unis, la semaine dernière. Selon l’amiral, la feuille de route en matière de coopération militaire qui a été signée entre les deux pays ne prévoit pas l’augmentation des effectifs américains. Pour rappel, en fin juillet, le Wall Street Journal a écrit que les États-Unis pourraient redéployer leurs troupes basées en Europe, en transférant une partie vers la Bulgarie et la Roumanie. (Dnevnik, Sega)

Énergie

Manifestation contre la construction du gazoduc Turkish Stream

Plusieurs dizaines de personnes se sont réunies aux alentours du village de Makresh (Nord-Ouest) pour manifester contre la construction du gazoduc Turkish Stream. La manifestation a été organisée par l’association civique BOETS (« combattant »), et a réuni également des représentants du parti politique « Bulgarie démocratique », ainsi que d’autres organisations. Sur sa page Facebook, BOETS a écrit n’avoir trouvé sur le chantier « que des entreprises russes et biélorusses avec des travailleurs russes ». L’association a également annoncé qu’elle lancera une campagne à Bruxelles, afin d’informer la Commission et le Parlement européens sur la situation autour du chantier.

Le site web d’investigation Bivol informe que selon les travailleurs sur place, leur employeur est la société publique biélorusse « Beltruboprovodstroy ». D’après Bivol, cette dernière a été écartée d’un marché public en Lituanie, sur fond de préoccupations liées à la sécurité nationale. Bivol affirme aussi que le gouvernement bulgare aurait financé le gazoduc avec 9 millions de leva, dont 85% de financements européens. (Svobodna Evropa, Bivol)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 13/10/2020

Haut de page