Mardi 16 octobre

Politique

GP Group commence à se retirer de certains marchés publics mais ne reconnaît pas avoir manqué à ses obligations

A la suite de l’appel du premier ministre Boïko Borissov au retrait de GP Group de tous les projets financés par les fonds publics européens et nationaux, ce groupe a déclaré se retirer d’un deuxième marché public concernant la rénovation de la ligne du tramway N° 5 d’un montant de 40 millions de leva. Sega informe que la maire de Sofia Yordanka Fandakova, qui a initialement déclaré que le marché sera attribué au deuxième candidat retenu à l’issue de l’appel d’offres, a dû annoncer l’annulation du marché après que les media ont révélé que ce deuxième candidat était lié à GP Group. Mme Fandakova a déclaré que « GP Group achèvera le projet de rénovation de la rue Graf Ignatiev » d’un montant de 20 millions de leva. Le site Mediapool souligne que selon les registres publics, pendant la période 2014-2020 le groupe s’est fait attribuer individuellement ou conjointement avec d’autres sociétés des marchés publics relatifs à des projets d’un montant de 600 millions de leva financés par des fonds européens et qu’il participe actuellement conjointement avec des investisseurs étrangers à deux grands appels d’offres pour la reconstruction de la voie ferrée Elin Pelin – Kostenets (354 millions de leva) et la construction de l’interconnexion gazière avec la Grèce (290 millions de leva). Ce média précise qu’il n’est pas légalement possible d’écarter le groupe de la procédure qui est à l’étape de l’étude des offres techniques des candidats.

Dans une interview à la chaîne Nova, l’un des propriétaires de GP Group, Vladimir Jitinski, a déclaré que « certains groupes de personnes nous mettent en quarantaine, nous isolent et nous subissons par conséquent d’importantes pertes. Les pourparlers se poursuivront au tribunal. Nous avons toujours respecté les lois dans ce pays. Nous n’avons jamais bénéficié d’aucune protection économique ou politique ou d’une autre nature. C’est du lynchage public, alors que nous travaillons sur plusieurs sites. ». M. Jitinski précise que le groupe n’a pas eu d’entretien avec le premier ministre, ni avec le gouvernement et que de tels entretiens ne peuvent avoir lieu qu’au niveau institutionnel.

Kristian Viguenin a reproché au premier ministre de « rendre justice par les media », ce qui traduit selon lui « l’incompréhension du sens de la notion d’Etat de droit ». Le deuxième problème selon M. Viguenine, « c’est que de tels ordres sont exécutés, alors qu’il faudrait que nous ayons des institutions stables qui puissent dire que cela n’est pas possible. Il faut que la distinction des pouvoirs soit claire », a-t-il précisé en soulignant que c’est à l’OLAF de venir et de se prononcer sur le cas de GP Group.

Registres du commerce : les motifs d’un marché public urgent pour l’achat d’un espace de stockage ont semé le doute relatif à un nouveau blocage

L’Agence des inscriptions qui gère le registre du commerce a publié un marché public urgent, pour l’achat d’un espace de stockage de 300 téraoctets dont le montant prévisionnel du prix s’élève à 190 mille leva. Quatre sociétés sont invitées à présenter des offres. Cette urgence qui justifie le choix d’une procédure de gré à gré est motivée par le fait que « l’espace libre du disque diminue de 1,5 téraoctets par jour, en raison de l’archivage hebdomadaire et de la réalisation de projets liés au renforcement de la capacité du registre, et sera ainsi épuisé dans environ 20 jours au centre d’information et dans 14 jours au centre de réserve à Choumen. Cela donnera lieu au blocage des bases de données et des fonctionnalités des registres, ainsi que du fonctionnement de toute l’infrastructure informatique de l’Agence ». Pour étayer ces motifs, l’Agence se réfère à l’exemple du blocage du registre en août dernier. A la suite de la reprise de cette information par les media, l’Agence des inscriptions a assuré dans une position que « toutes les fonctionnalités de tous les registres qu’elle gère fonctionnent pleinement », tout en précisant que « seuls 120 téraoctets doivent être assurés en toute urgence et dans le respect des dispositions légales en vigueur ». Selon une source de Sega, la publication de ce marché public, qualifié d’ urgent, serait motivée par la crainte d’une décision d’annulation de la Commission pour la protection de la concurrence, comme cela est arrivé en février 2016, en raison du délai trop court pour présenter les offres. Selon Sega un autre appel d’offres pour l’entretien de serveurs, de disques durs et d’outils d’archivage a été annulé en mars dernier par cette Commission.

Analyse du Centre d’études de la démocratie : le commerce illégal de carburants augmente, tandis que celui des cigarettes diminue

Selon une analyse du Centre d’études de la démocratie, la part du marché illégal de carburants, qui s’élève à environ 600-700 millions de leva en 2017, est en augmentation par rapport à 2016. En revanche, celle des produits illégaux de tabac, qui s’élève à 170-200 millions de leva en 2017 équivalent à 1,3 milliards de cigarettes, est en diminution. Seuls 57 millions de cigarettes illégales, soit 5% de toute la production illégale, ont été saisies.

Le PSB a introduit sa motion de censure contre le gouvernement

Le PSB a déposé hier au parlement une motion de censure contre le gouvernement de M. Borissov, qui est la troisième depuis le début de l’actuelle législature. Elle est fondée sur « les échecs du gouvernement dans le domaine de la santé ». Selon la présidente des socialistes, Kornelia Ninova, l’objectif poursuivi par cette démarche n’est pas de provoquer la chute du gouvernement (le PSB ne dispose que de 79 voix sur 240), mais un débat susceptible de démontrer les carences et les impuissances du gouvernement et une alternative incarnée par le PSB. (tous media)

L’INSS approuve les propositions gouvernementales pour le prochain budget de la sécurité sociale

L’Institut national de la sécurité sociale a approuvé le projet de loi relatif au budget 2019 de la sécurité sociale, a informé le ministre du travail et de la politique sociale Bisser Petkov, qui est également président du Conseil de surveillance de cet organisme. Par rapport à l’année en cours, il est prévu d’indexer les pensions de retraite de 5,7%, à partir du 1er juillet prochain. Le plafond des pensions serait porté de 910 à 1 200 leva : une mesure qui concernerait plus de 40 000 retraités qui touchent actuellement des pensions inférieures à leurs contributions. Le revenu maximum de référence, pris en compte pour le calcul des versements à la sécurité sociale, serait porté de 2600 à 3 000 leva par mois. Cette modification a rencontré le désaccord des représentants des organisations patronales au sein du Conseil de surveillance de l’INSS, qui ont mis en avant les importantes dépenses sociales qu’elle entraînerait pour les employeurs. Un autre amendement clé est la décision de l’INSS de fixer, à partir de 2019, à 1,2 le coefficient pondérant le poids de chaque annuité dans la formule de calcul des futures retraites (actuellement, ce coefficient est de 1,5). Cette mesure, très contestée par les partenaires sociaux, marque en fait un pas en arrière des ambitions déclarées du gouvernement d’atteindre un accroissement de 40% pour les nouvelles pensions pendant les prochaines années, juge Sega. (tous media)

Hausse record du taux d’inflation

Le taux de l’inflation en Bulgarie a franchi la barrière psychologique de 3%, indiquent les dernières données de l’Institut national des statistiques. Après plusieurs années de déflation ou de niveaux très bas de l’inflation, en septembre dernier le taux mesuré a été de 3,6% par rapport à la même période de 2017. Sur cette periode, les prix des produits alimentaires ont augmenté de 3,2%, et ceux des carburants de 15%, alors que les factures d’eau, d’électricité et de chauffage ont progressé de 4,6%. (tous media)

Ça bouge au sein du PSB

Une interview de l’eurodéputé Gueorgui Pirinski apporte des explications à certaines dissensions récentes au sein du PSB et aux motifs de la pétition signée par cinquante membres du Conseil national contre la présidente du parti. Pour M. Pirinski, la « ligne rouge » avait été franchie avec la décision de la présidente Kornelia Ninova de remplacer l’éditeur en chef de l’organe du parti Douma sans l’aval du Conseil national du parti. Accusant Mme Ninova d’avoir personnalisé la direction du parti, il estime que cette « personnalisation », lorsqu’elle n’est pas accompagnée par un soutien large au sein du parti, se transforme facilement en autoritarisme. (24 Heures)

Dernière modification : 16/10/2018

Haut de page