Mardi 21 avril

Coronavirus

Bilan

Le nombre total de personnes infectées par le COVID-19 est de 966, dont 556 à Sofia. Sur les 51 nouveaux cas, recensés depuis hier, 19 ont été enregistrés parmi les employés d’une usine de textile à Pléven. À partir d’aujourd’hui, les consultations pédiatriques et prénatales, les vaccinations obligatoires et les opérations chirurgicales planifiées reprennent. Les consultations pédiatriques et les vaccinations se feront les mardis et les jeudis sur rendez-vous.

Nouvelles restrictions des déplacements

Jeudi dernier, à la veille des jours fériés autour des Pâques orthodoxes, le ministre de la Santé, Kiril Ananiev, a interdit toute entrée et sortie de Sofia jusqu’à nouvel ordre, à l’exception des déplacements professionnels et d’urgence dûment justifiés. Le professeur Moutaftchiyski a motivé cette décision, annoncée lors d’une conférence de presse extraordinaire à 23h, par l’exode massif, constaté depuis la veille, des Sofiotes en direction de la province, et les risques de propagation du virus. La police procédera à la vérification des motifs de déplacements, mentionnés dans les attestations de sortie et d’entrée de la capitale, et saisira le parquet si elle constate des écarts entre les informations fournies, a annoncé hier le chef de la police à Sofia, Gueorgui Hadjiev. Aujourd’hui, le ministre Ananiev a partiellement assoupli ces restrictions, en annulant les plages d’horaires de 6h à 8h et de 18h à 20h qui avaient été fixées pour les déplacements professionnels en provenance ou à destination de Sofia.

Manifestations contre les mesures antiépidémiques

Vendredi dernier, des centaines de résidents du quartier rom de Fakulteta, à Sofia, se sont rassemblés devant le poste de contrôle de police pour manifester contre les mesures antiépidémiques. Pour rappel, Fakulteta et Filipovtsi avaient été placés en quarantaine deux jours plus tôt, car ces quartiers auraient enregistré un nombre relativement élevé de cas de COVID-19. Dimanche, des Sofiotes ont manifesté dans trois localités différentes, évoquant les conséquences des mesures antiépidémiques sur leur situation financière.

Des mesures en soutien aux secteurs touchés à Sofia

Jeudi dernier, le conseil municipal de Sofia a adopté plusieurs mesures en soutien aux entreprises touchées par la crise sanitaire et les mesures de distanciation sociale. Un fonds de garantie d’un million de leva sera créé pour garantir jusqu’à 50% des prêts aux petites et moyennes entreprises et aux travailleurs non-salariés, dans la limite de 15 000 leva par emprunt. Un nouveau programme « Solidarité dans la culture » à hauteur de 150 000 leva verra également le jour pour financer les artistes et les opérateurs culturels indépendants. Les entreprises louant des locaux appartenant à la municipalité pourront bénéficier de réductions ou seront entièrement dispensées du paiement du loyer. Le paiement de la taxe sur les déchets a été reporté de deux mois, jusqu’au 30 juin, alors que les établissements ayant fermé seront dispensés de la taxe sur l’usage des trottoirs (payée notamment par les restaurants et les cafés). Enfin, les centres municipaux de soins ambulatoires pourront obtenir des prêts pour assurer un salaire minimal à leurs employés pendant deux mois.

Justice

Daniel Mitov, ancien ministre des affaires étrangères, et son adjoint définitivement acquittés

Une des affaires très médiatisées de corruption, engagées par l’ancien procureur général Sotir Tsatsarov contre des anciens politiciens, membres du Bloc réformateur, partenaire du GERB au gouvernement de 2014 au 2017, s’est terminée par un acquittement définitif. La Cour suprême de cassation a confirmé l’arrêt de la juridiction d’appel qui avait admis que les accusations d’abus de fonction, lancées en 2017 contre l’ancien ministre des affaires étrangères Daniel Mitov et son adjoint Hristo Anguelitchine sont infondées. Les deux hommes étaient accusés d’avoir conclu un accord avec le ministère de l’agriculture en vue de mutualiser les commandes de billets d’avion, au lieu de lancer un appel d’offres spécialement pour le ministère des affaires étrangères. Aucun dommage survenu en résultat de cet accord n’a pu être démontré par le Parquet.

Le maire de Blagoevgrad est démis de ses fonctions

Aujourd’hui, la cour suprême administrative s’est prononcée définitivement en faveur de la cessation prématurée du mandat du maire de Blagoevgrad, Roumen Tomov qui avait gagné les dernières élections municipales en tant que candidat indépendant, soutenu par le PSB. La décision de révoquer M. Tomov fait suite à la plainte de son concurrent, membre du GERB, Atanas Kambitov auprès de la Commission électorale municipale. Il avait dénoncé le fait que M. Tomov était enregistré comme le propriétaire d’une entreprise privée au moment de son élection. La loi définit un délai d’un mois après la publication des résultats des élections pour se désister de cette responsabilité avant d’occuper le poste de maire. La décision avait fait l’objet d’un appel, mais finalement, selon la Cour suprême administrative « le non-respect de l’exigence de procéder aux modalités nécessaires dans un délai d’un mois pour suspendre ses activités privées est un fondement suffisant pour mettre fin d’une manière anticipée au mandat du maire élu » (Dnevnik)

Une initiative citoyenne propose la création d’un registre public des dépenses d’Etat

Des spécialistes de différents domaines, dont l’économie et la jurisprudence, ainsi que des experts auprès de l’initiative citoyenne « Prospérité » se sont réunis autour de l’idée de mettre en place un registre public disponible en ligne, contenant toute l’information relative aux dépenses effectués lors de l’Etat d’urgence. Ils insistent sur le fait que toutes les dépenses, liées à la lutte contre l’épidémie, doivent être enregistrées et visibles pour les citoyens. Ils demandent aussi à ce qu’on indique la source des fonds exploités et les critères d’éligibilité. Ils souhaitent la mise en ligne des détails relatifs aux prêts octroyés dans le cadre de la mesure de soutien économique 60/40. Les économistes demandent une distribution équitable et transparente des fonds européens dont la valeur est estimée à 1.5 milliards d’euros. L’initiative citoyenne met en garde contre « l’éventualité d’abus colossaux liés à des sommes colossales » et rappelle que dans la situation actuelle « un tel acte serait non seulement illégal mais immoral » (Dnevnik)

Media

La Bulgarie demeure 111e au classement 2020 des Reporters sans frontières

Dans leur nouveau Classement mondial de la liberté de la presse, Reporters sans frontières ont maintenu la 111e place (sur 180) attribuée à la Bulgarie l’année dernière, la laissant ainsi dans le groupe des pays où l’existence des media indépendants reste particulièrement difficile. Les seuls pays, en Europe, qui tiennent compagnie à la Bulgarie dans cette catégorie, sont la Russie, la Biélorussie et la Turquie. « Malgré une pression internationale croissante, la situation des médias en Bulgarie ne s’est pas améliorée en 2019. La tentative de la direction de la Radio nationale bulgare (BNR) de suspendre une journaliste expérimentée et critique, Silvia Velikova, en septembre 2019, a échoué, et a mis en lumière les méthodes autoritaires au sein du media public », rappellent les Reporters sans frontières, en intitulant leur analyse « Le mouton noir de l’Union européenne ». (rsf.org/fr/bulgarie)

Le journaliste Milen Tsvetkov tué dans un accident de la route

Le journaliste Milen Tsvetkov est mort suite à un accident de la route grave, survenu le 19 avril au soir à Sofia. Pendant qu’il attendait au feu rouge, sa voiture a été percutée par un 4x4 roulant à 100 km/h dans la même direction. Les constatations n’ont pas relevé des traces de freinage. Le conducteur Kristian Nikolov, 22 ans, qui n’avait pas respecté le feu rouge, était sous l’emprise de cannabis et d’amphétamines, a indiqué la police. Kristian Nikolov et ses deux compagnons, dont l’un est le fils d’un député du GERB, ont été placés en garde à vue. La mère de l’auteur de l’accident a été également mise en garde à vue. Il s’agit de Dessislava Pachova-Nikolova, directrice exécutive de l’entreprise Vinprom Karnobat et associée de l’homme d’affaires Miniou Staïkov, détenu depuis plus de vingt mois pour fraude aux fonds européens. Des sociétés inscrites au nom de la mère ont également étaient bénéficiaires de fonds européens (près de 500 000 leva au total, d’après la BNT). Le Parquet vérifiera l’origine des fonds utilisés pour l’acquisition du véhicule incriminé.

Milen Tsvetkov était un journaliste de télévision. Sa carrière commence au début des années 1990 dans l’émission estudiantine Kou-Kou sur BNT, très populaire à cette époque. Reporter au sein de différentes émissions d’actualité, il quitte la télévision publique en 1997, en dénonçant des tentatives de censure à son égard. En 2000, il rejoint Nova TV comme animateur (« 60 minutes avec Milen Tsvetkov », l’émission d’actualités « Calendrier », « L’heure de Milen Tsvetkov », le bloc matinal « Salut la Bulgarie »). En août 2018, Nova TV met fin à son contrat avec le journaliste sans fournir d’explications. Début avril 2020, il lance, conjointement avec la journaliste Guenka Chikerova, elle aussi contrainte de quitter Nova TV en 2019, un nouveau projet sur la chaîne en ligne TV1. Intitulée « Alternative », cette émission se veut « faite par des journalistes indépendants et qui pensent, et destinée à des spectateurs indépendants et qui pensent ».

International

Il n’y a pas de danger suite à l’incendie dans la région de Tchernobyl

Lors d’un briefing extraordinaire, qui s’est déroulé au Conseil des Ministres, le directeur de la Direction générale « Protection contre les incendies et protection de la population », le commissaire Nikolai Nikolov a expliqué qu’il n’existe à présent aucun danger pour la santé des bulgares suite à l’incendie survenue le 4 avril en Ukraine dans la région de Tchernobyl. « L’incendie a été maîtrisée et les niveaux de radiation détectés sont très bas ». Les craintes d’émissions radioactives vers la Bulgarie sont infondées. Le journal Svobodna Evropa souligne l’importance particulière d’une prise de position du gouvernement bulgare dans un cas qui implique l’incident à la centrale nucléaire à Tchernobyl, car durant la période communiste, les autorités ont mis en péril la vie de la population bulgare dans leur tentative de dissimuler le fait que des émissions nocives étaient présentes dans l’air après l’incident. (Svobodna Evropa)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 18/05/2020

Haut de page