Mardi 23 février

Coronavirus

Bilan

• Nombre de personnes contaminées : 238 591 (+ 1 925 en 24h)
• Nombre de guérisons : 201 029 (+ 777 en 24h)
• Nombre de décès : 9 933 (+ 79 en 24h)
• Nombre d’hospitalisations : 3 933 (dont 334 en réanimation / soins intensifs)
• Nombre de vaccins administrés : 131 063 (+ 11 709 en 24h)

Politique

Le Président de la République a appelé les autorités à réagir aux signalements de discrimination à l’encontre des bulgares en Macédoine du Nord

Le Président de la République, Roumen Radev a appelé les autorités compétentes en Bulgarie et en Macédoine du Nord à réagir rapidement aux signalements émis par des ressortissants d’origine bulgare résidents en Macédoine du Nord, qui ont été victimes de discriminations. Des signalements ont été envoyés à l’institution présidentielle. Le chef de l’Etat a rappelé que plus de 100 000 citoyens de la République de Macédoine du Nord ont obtenu la nationalité bulgare de leur propre gré, après avoir fait état de leur origine ethnique bulgare. Selon M. Radev les autorités macédoniennes sont tenues de prendre des mesures, afin de combattre les discours de la haine à l’égard de la Bulgarie : « Les Bulgares en Macédoine du Nord doivent jouir des mêmes droits que les autres citoyens du pays, conformément aux standards européens les plus élevés »
En réponse le Ministère des affaires étrangères bulgare a fait part de son accord avec la Présidence, et a souligné que le Ministère s’est toujours montré disponible pour répondre à tels signalements. (bTV)

Elections

Les Bulgares à l’étranger demandent des amendements législatifs visant à alléger la procédure de vote

Des citoyens bulgares résidant à l’étranger demandent au Parlement bulgare d’adopter, avant la fin de son mandat, des amendements au Code électoral visant à alléger le processus électoral qui se déroule en dehors des frontières bulgares. En particulier, ils souhaitent que les restrictions relatives à l’ouverture de bureaux de vote dans les pays n’appartenant pas à l’Union européenne (35 bureaux au maximum par pays tiers), soient supprimées ou allégées. Il s’agit plus concrètement du cas du Royaume-Uni, soumis à cette limitation depuis le Brexit. Les Bulgares aux Etats-Unis et au Canada sont également concernés. A ce propos le « Réseau des volontaires aux élections à l’étranger » a publié une pétition contenant toutes leurs réclamations. (Mediapool)

Justice

Le président de la Cour suprême de cassation fustige la possible réélection sans concours de la directrice de l’Institut national de la Justice

Le conseil d’administration de l’Institut national de la Justice (INJ) a adopté de nouvelles règles, par lesquelles le mandat de la directrice actuelle de cette institution, Miglena Tatchéva, peut être renouvelé sans concours pour cinq ans de plus, alerte le président de la Cour suprême de cassation, Lozan Panov, qui est également président du conseil d’administration de l’INJ. Selon M. Panov, les nouvelles règles, proposées par Mme Tatchéva, stipulent que la procédure d’élection d’un nouveau directeur est initiée au plus tôt trois mois et au plus tard un mois avant la fin de son mandat. Pourtant, une nouvelle procédure est créée qui devance celle-ci, en prévoyant que le directeur puisse déposer une demande de réélection dans les cinq à trois mois avant la fin de son mandat, accompagnée d’un rapport d’activité. Le conseil d’administration évalue ensuite ce rapport avec l’une des notes suivantes : « satisfaisant », « bien » ou « très bien ». Si la note est « bien » ou supérieure, le conseil peut décider de renouveler le mandat du directeur. Selon L. Panov, une procédure ouverte à d’autres candidats ne peut être initiée que si le directeur ne demande pas le renouvellement de son mandat ou si la note de son rapport est « satisfaisante ». « Sont violés tous les principes auxquels doit se conformer la procédure d’élection du responsable de cette institution, engagée avec la formation des magistrats : l’égalité d’accès, la publicité et la transparence », ajoute L. Panov, qui a été le seul membre du conseil d’administration à ne pas avoir soutenu ces amendements. (Mediapool, Sega, Dnevnik, 24 Heures)

Le placement en garde à vue de Plamen Ouzounov, secrétaire du président de la République, est non motivé et illégal, a tranché le juge

Selon le Tribunal administratif de Plovdiv, en juillet 2020, Plamen Ouzounov, secrétaire du président de la République aux affaires juridiques et la lutte contre la corruption, a été placé illégalement en garde à vue. M. Ozounov est ainsi la troisième (et dernière) personne, mise en garde à vue lors de l’opération du Parquet à la présidence de la République l’été dernier, à avoir obtenu gain de cause dans son recours contre cette mesure. Deux autres juridictions s’étaient en effet déjà prononcées sur les arrestations en violation de la loi de l’homme d’affaires Plamen Bobokov et du conseiller présidentiel Ilia Milouchev. Dans ces trois cas, les motifs des juges ont été indentiques : la décision de placement en garde à vue ne contenait pas l’ensemble des éléments requis, et les raisons de l’arrestation de l’intéressé, de même que les faits reprochés, n’ont pas été indiqués. Peu de temps après les arrestations, Plamen Ouzounov et Plamen Bobokov étaient mis en examen pour trafic d’influence, alors qu’Ilia Milouchev, dans le cadre d’une autre enquête, était accusé de divulgation de d’informations classifiées. L’opération en question du Parquet et l’entrée de la police et de procureurs dans le bâtiment de la présidence le 9 juillet 2020 ont déclenché des manifestations de protestation qui ont duré plus de deux mois, demandant la démission du gouvernement et du procureur général. (tous media)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie

Dernière modification : 23/02/2021

Haut de page