Mardi 23 octobre

Politique

Manifestations pour la démission du Vice-premier ministre Simeonov

Quelques centaines de personnes réclamant la démission du vice-premier ministre Valery Simeonov au motif de ses propos désobligeants à l’égard des mères d’enfants handicapés ont manifesté hier devant le Conseil des ministres. Interrogé à ce sujet, le premier ministre Borissov a renouvelé ses excuses pour les propos de son vice-premier ministre et a appelées les mères à arrêter la manifestation. Il a souligné que l’éventuelle démission de Valery Simeonov provoquerait la chute du gouvernement. Pour sa part, le vice-premier ministre Simeonov a estimé que « dire la vérité n’implique pas de donner sa démission qu’il ne la donnerait que si son partenaire de coalition Krasimir Karakatchanov [vice-premier ministre et ministre de la défense et co-président des Patriotes unis] la lui demandait ». Le parti de M. Karakatchanov n’a pas encore tranché mais le troisième co-président de la coalition et président du parti Ataka, Volen Siderov, a bel et bien appelé à la convocation d’urgence du Conseil de la coalition en vue de la démission de Valery Simeonov. (tous media)

Quatre organisations patronales ont menacé de répondre à la manifestation des mères d’enfants handicapés par une manifestation de 20 000 ouvriers en soutien du vice-premier ministre Simeonov. La presse précise que M. Simeonov avait défendu les intérêts des employeurs en s’opposant à la disposition de la loi sur le handicap qui prévoit que 2% des emplois dans les entreprises de 50 à 100 employés soient réservés aux personnes handicapées et que les chefs d’entreprises payent 30% du salaire minimal pour chaque emploi non pourvu. (tous media)

Réorganiser la santé par la porte de derrière ?

Le Conseil de surveillance de la Caisse nationale d’assurance-maladie a approuvé son projet de budget 2019 à l’issue d’un débat animé portant moins sur les paramètres financiers que sur les projets de réorganisation du système des soins. Les Bulgares prévoient, entre autres, la suppression de deux organismes, le Fonds pour le traitement d’enfants et la Commission pour le traitement à l’étranger, et le transfert de leurs compétences à la CNAM, ainsi que la fusion de l’Agence des transplantations et de l’Agence d’audit médical au sein d’une nouvelle agence de contrôle de la santé aux compétences élargies. Il est proposé également que de nouveaux établissements hospitaliers ne soient créés que par décision de l’Assemblé nationale et que les hôpitaux déjà existants subissent une nouvelle procédure d’agrément auprès de la nouvelle agence de contrôle de la santé. Le moratoire sur l’ouverture de nouveaux hôpitaux et services serait prolongé d’un an. Selon une autre proposition, les activités médicales ne seraient remboursées que si elles ont été exécutées par un médecin engagé sur un contrat de travail dans l’établissement concerné.

Au total, le budget 2019 de la CNAM s’élèverait à 4,350 Mds leva (2,1 Mds €), soit une augmentation de 490 M leva par rapport à l’année en cours. Une bonne partie de ces fonds supplémentaires serait consacrée au remboursement de la dette de la Caisse (dont 80 M leva envers des hôpitaux à l’étranger). Les fonds pour les soins hospitaliers augmenteraient de 200 M leva et dépasseraient donc 2 Mds de leva. Les dépenses pour le remboursement de médicaments atteindraient 1,1 Mds leva, soit 117 M leva de plus par rapport à 2018. (tous media)

Crime

De faux billets fabriqués dans un souterrain d’hôtel

Une imprimerie illégale de fausse monnaie a été démantelée dans les sous-sols de l’hôtel Cantilena sur la station balnéaire de Slantchev Briag. Les policiers ont saisi 11,6 millions de fausses coupures d’euros et 1,9 million de coupures de dollars, à différentes d’étapes de fabrication, stockées sur place ou ailleurs. Il s’agirait de la plus grande installation de faux billets mise au jour en Bulgarie depuis onze ans. Les procureurs ont souligné l’excellente qualité des fausses coupures, dotées de filigrane et de bande iridescente. La police était sur les traces des malfaiteurs depuis janvier dernier, en coopération étroite avec les services britanniques et Europol. Des techniques spéciales d’enquête ont été utilisées afin de pouvoir surprendre les criminels en flagrant délit. Trois Bulgares et un Ukrainien, dont le propriétaire de l’hôtel, ont été arrêtés. Selon Troud, l’Ukrainien arrêté serait Alexandre Krihtine, déjà connu des services de police et fiché pour faux monnayage. (Troud, dnevnik.bg

Dernière modification : 23/10/2018

Haut de page