Mardi 24 septembre

Élections municipales

Anguel Djambazki, candidat de l’ORIM à la mairie de Sofia

Samedi dernier, le parti ORIM du vice-premier ministre et ministre de la défense Krassimir Karakatchanov a officiellement présenté la candidature de l’eurodéputé Anguel Djambazki à la mairie de Sofia. Devant Nova TV, le candidat a résumé ses priorités pour Sofia : démolir les constructions illégales roms, renforcer les effectifs de la police communale et la vidéosurveillance, rapprocher le mont Vitocha aux Sofiotes, etc. Aux élections municipales de 2015, la candidature de M. Djambazki avait obtenu 4,88% des voix des électeurs de Sofia. (tous media)

Maïa Manolova présente son programme

La candidate à la mairie de Sofia, Maïa Manolova, a présenté son programme de gouvernance pour la capitale. Le programme présenté en 80 pages, contient plus de 340 mesures, réparties en 5 grands piliers : (i) les référendums et les services en ligne et la transparence ; (ii) l’environnement ; (iii) l’aménagement urbain et les transports ; (iv) les services sociaux ; (v) les facilités aux entreprises. (24 Heures, Sega, Dnevnik, Douma)

Justice

La mise en liberté anticipée du prisonnier Palfreeman divise l’opinion publique

La libération avant terme de l’Australien Jock Palfreeman, condamné à 20 ans de prison pour le meurtre (durant une bagarre, de nuit, à Sofia) en 2007 de l’étudiant Andreï Monov, fait l’objet d’une vive polémique dans les media. L’affaire a été commenté tour à tour par le premier ministre, le ministre de l’Intérieur, le procureur général, des députés. Ayant purgé douze ans et demi de sa peine, l’Australien avait demandé sa mise en liberté aux termes d’un niveau dispositif introduit au Code de procédure pénale en 2017 (libération conditionnelle), en application de recommandations de la Cour européenne des droits de l’homme et du Comité des ministres du Conseil de l’Europe. Comme la décision définitive de la Cour d’appel de Sofia, prononcée la semaine dernière, a suscité de vives indignations et des manifestations organisées par les partis ORIM et Ataka, la formation de trois juges, présidée par Kalin Kalpaktcheiv, a voulu expliquer de manière accessible, dans une lettre adressée aux media, ses motifs : plusieurs récompenses (pour bonne conduite) attribuées en prison à Palfreeman, participation active à un grand nombre de programmes et formations (dont apprentissage du bulgare et obtention d’un diplôme d’études supérieures) ; assistance prêtée à l’administration pénitentiaire dans ses relations avec des détenus étrangers ; création d’une association d’aide aux détenus ; évaluation positive de la personnalité du condamné et absence de risque de récidive, etc. Toutefois, cette position de la Cour a été considérée comme « injustifiée » par le ministre de la Justice Danaïl Kirilov. S’exprimant à titre de « citoyen », il a soutenu que les rapports de l’administration pénitentiaire, sur le détenu Palfreeman, ont été négatifs et que « le privilège octroyé » à ce dernier est infondé. (tous media)

Médias

Position de RSF au sujet de la tentative de priver d’antenne une journaliste de la BNR

Dans un communiqué, repris par plusieurs médias bulgares, l’organisation non-gouvernementale « Reporters sans frontières » (RSF) réagit contre la tentative de priver d’antenne la journaliste de la radio nationale BNR, Silvia Vélikova : « Cette tentative pour « bâillonner » une journaliste afin de protéger l’unique candidat du parti au pouvoir au poste de procureur, illustre le manque d’indépendance de l’audiovisuel public bulgare et la mainmise de certains dirigeants politiques sur leur ligne éditoriale ». Pour rappel, en 2019, RSF a positionné la Bulgarie à la 111ème place dans son Classement mondial de la liberté de la presse. (Dnevnik, Sega, Mediapool, Svobodna Evropa)

Économie

La faillite de Thomas Cook se fait ressentir en Bulgarie

Au lendemain de la faillite du tour-opérateur britannique Thomas Cook, les impacts du krach de ce géant du tourisme se font ressentir aussi en Bulgarie. Le problème : selon la ministre du Tourisme, Nikolina Anguelkova, le voyagiste faisait venir entre 350 000 et 450 000 touristes étrangers par an dans le pays, soit entre 3,8% et 5% de tous les touristes (y compris les Bulgares) en 2018. En outre, la part de Thomas Cook dans le trafic aérien aux aéroports de Varna et de Bourgas, en été, est de 35% à 50%, ce qui a conduit Mme Anguelkova à pronostiquer une baisse du nombre des touristes étrangers en Bulgarie pour l’été prochain. La ministre a convoqué une réunion dès aujourd’hui avec des représentants de l’hôtellerie, des tour-opérateurs et de l’ambassade du Royaume-Uni, pour discuter des procédures de paiement des indemnités éventuelles pour les services réalisés par les partenaires bulgares de Thomas Cook. (tous médias)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 25/09/2019

Haut de page